Luc-Olivier Chamberland

Chrysler Sebring Cabriolet d'occasion (1996-2011)

Le meilleur boulevardier américain

Chrysler Sebring Cabriolet d'occasion (1996-2011)

Le meilleur boulevardier américain

Le Sebring eut la facile tâche d’assurer le remplacement du Chrysler Lebaron après la retraite bien méritée de cette dernière. Toute nouvelle en 1996, le Sebring s’est instantanément imposé sur le marché des véhicules cabriolets à quatre places. Il faut se mettre dans le contexte de cette époque où seule les Camaro et Mustang étaient disponibles avec cette configuration. Les grandes différences qu’offrent le Sebring, et ce peu importent la génération, sont son élégance avec un tempérament de luxe, le côté pratique pour quatre personnes et aucune prétention sportive. Le Sebring cabriolet est certainement l’une des meilleures interprétations américaines de ce que doivent être ces voitures qui roulent lentement sur les boulevards de Las Vegas la nuit venue.

Première génération (1996-2000)

Le Sebring cabriolet partage son nom avec une version coupé, les deux véhicules sont profondément différents. Le convertible est passablement plus long pour permettre l’accueil de quatre personnes en tout confort. Son style unique est rafraichissant et vieilli très bien. L’aspect extérieur de la voiture n’a pas encore pris une seule ride. C’est tout dire comment le design d’origine fut bien exécuté. Il faut se rappeler que cette génération marque aussi le retour de l’écusson Chrysler utilisé dans les années 20.

Trouver un véhicule d'occasion

L’habitacle est un peu plus décevant. Bien qu’il y a une applique de plastique qui cherche à reproduite une boiserie, l’effet n’est pas à la hauteur. L’intérieur est simple, mais facile d’usage. Bien que le Sebring ait une prétention de luxe, ce n’est qu’une apparence.

En matière de motorisation on retrouve deux choix. Un quatre cylindres de 2,4 litres de 150 chevaux. Ce moteur permet une économie d’essence où il pèche par son manque de puissance, surtout à quatre. Pour un véhicule mieux équilibré, il faut se tourner vers la version V6 2,5 litres d’origine Mitsubishi bon pour 155 chevaux. Trois niveaux d’équipement sont aussi offerts, JX, JXi et Limited à partir de 1998. Il est préférable d’éviter cette génération, elle est victime d’un nombre élevé de rappels sur plusieurs composantes.

Deuxième génération (2001-2006)

Cette génération permit au Sebring d’attendre l’apogée de son art. Plus près de la berline et toujours éloigné du coupé, le Sebring adopte ce que certains qualifieront comme parmi les plus belles lignes sur le marché. Il intègre la grande calandre en coupe-frite similaire à celle que l’on retrouve chez Ferrari. Il faut noter que cette génération du Sebring fut de 2001 à 2004 le cabriolet le plus vendu dans le monde.

À l’intérieur, Chrysler reprend la thématique du luxe à rabais avec beaucoup d’appliques de fausse boiserie trop lustré qui trahit leur texture. Il faut donner de bonnes notes à l’accroissement de l’espace intérieur qui augmente passablement le confort, surtout à l’arrière. La visibilité arrière est toujours problématique avec ou sans la capote en place.

Chrysler continu son offre de deux choix de moteurs. À la base, il s’agit du quatre cylindres de 2,4 reconduit de la génération précédente qui offre 150 chevaux. Plus haut dans la gamme on retrouve le V6 de 2,7 litres de 200 chevaux.

En 2003, la partie avant est rafraichie et adopte une calandre centrale proéminente. Malgré l’attrait que son style peut avoir, il faut éviter cette génération qui est toujours problématique en matière de fiabilité.

Troisième génération (2007-2011)

Chrysler tenta tant bien que mal de faire une révolution stylistique avec cette version du Sebring. Certaines personnes ont louangé ses lignes, d’autres les ont canardés. La voiture conserve ses proportions habituelles, cette fois les appliques et les stries sur le capot rendent l’ensemble plus lourd. Près de la berline, elle en partage l’essentiel des lignes. La qualité du véhicule évolue peu. La finition est en décalage avec la compétition. Dès sa naissance, le Sebring 2007 est daté et ses lignes vieillissent moins bien que les deux précédentes générations. Il faut noter qu’il est possible de trouver deux types de toit. Pour la première fois, le Sebring est disponible avec un toit dur rétractable. Il faut savoir que l’exécution du toit souple est très bien réussie, donc il est plutôt inutile de payer plus cher pour un véhicule à toit dur.

Dans l’habitacle, la présentation est très réussie avec une applique transversale qui reproduit le logo de Chrysler. La qualité des matériaux est en retrait par rapport à la catégorie qui, elle se raffine.

Chrysler va un peu plus loin en matière de motorisation avec un choix de trois moteurs. Le quatre cylindres de 2,4 litres offre maintenant 172 chevaux et peine à la tâche devant le poids important de la voiture. Pour être un peu moins juste, il faut regarder du côté du V6 de 2,7 litres de 200 chevaux. Pour les personnes qui désirent plus de confort en accélération et lors des dépassements, il faut se tourner vers le V6 de 3,5 litres qui propose 235 chevaux.

Encore une fois, la fiabilité n’est pas au rendez-vous. De multiples rappels ont été faits concernant des problèmes électriques et de transmission.

Conclusion

Le Sebring est un véhicule qui s’est toujours identifié par trois choses : ses quatre places, un style différent et une fiabilité désolante. Il est dommage que le Sebring ait connu autant de problèmes, comme ses ventes l’ont démontré il a tout pour réussir, le souci est que le succès ne dure pas dans le temps.

Tarifs approximatifs :

Génération : 1996-2000

3 500 – 5 500 $

Génération : 2001-2006

5 000 – 15 000 $

Génération : 2007-2011

12 500 – 24 500 $

Moteurs :

Quatre cylindres 2,4 litres (150ch.) (1996-2006)

V6 2,5 litres (155ch.) (1996-2000)

V6 2,7 litres (200ch.) (2001-2011)

Quatre cylindres 2,4 litres (172ch.) (2007-2011)

V6 3.5 litres (235ch.) (2007-2011)

Transmissions : automatique à quatre rapports, automatique à cinq rapports, manuelle à cinq rapports

Configuration : traction avant

Carrosserie : cabriolet quatre places intermédiaire

Compétition : Chevrolet Camaro, Ford Mustang, Toyota Solara, Mitsubishi Eclipse

Suivez-nous sur Twitter @AutonetFR