Marc Bouchard

BMW M1 2011

Oulala...

BMW M1 2011

Fiche d'appréciation

Cote d'ensemble:

7/10

Forces et faiblesses:

  • Silhouette agressive
  • Moteur puissant
  • Direction chirurgicale
  • Confort aléatoire
  • Coût d’achat
  • Freinage lourd

Cote de l'auteur:

  • Prix: 8/10

  • Performance: 8/10

  • Confort à l'avant: 4/10

  • Consommation: 6/10

Oulala...

"Les séries M de BMW sont, clairement des machines de guerre, destinées à des pilotes capables d’en apprécier la qualité mécanique tout autant que la facilité de conduite."

Dans les faits, les M sont de véritables bêtes de performant, ce, qui ont leur place autant sur la route que sur les pistes. Une réputation qui n’échappe pas non plus à la M1.

Il faut dire que la M1 est une M dans toute sa splendeur : les freins, les suspensions, la direction et le différentiel arrière sont tous tirés directement de la M3, alors que le moteur est plutôt proche parent de la Z4 335is. Rapidement résumé, disons seulement que la petite M a toute la puissance qu’il lui faut pour se propulser comme une fusée.

Voir la vidéo de l'essai routier de la BMW M1 2011

Look unique

En matière de style, la M1 est unique en son genre. Bien sûr, elle reprend les courbes propres au petit coupé de la famille, mais on y a joute des éléments aérodynamiques tout à fait propre à la voiture, notamment des rideaux appelés Air curtain system, qui ne sont en fait que des trous supplémentaires permettant de faire enter l’air devant les roues, et de la ressortir derrière les roues, assurant une meilleure ventilation des feins et limitant la trainée aérodynamique.

Car bien que la petite série 1 soit très présente en termes de style, on a beaucoup misé sur l’aspect plus méchant de la petite machine. On a par exemple, élargi les arches de roues, bien sûr pour laisser place aux pneus 19 pouces Pirelli qui équipent notre modèle, mais aussi pour lui donner une assise plus large sur la route.

Ajoutez à cela la couleur orange distinctive, et il vous sera littéralement impossible de laisser passer la M1 sans retourner la tête.

Quant à l’habitacle, il est étonnamment confortable pour ce type de voiture. En fait, bien que ce soit un coupé ce qui complique considérablement l’accès arrière, Fiston préférait de loin l’espace disponible dans la M1 que dans la Audi S5 pourtant généralement plus vaste. Fiston deviendrait-il difficile?

Le confort des sièges, à toutes les positions, est remarquable, et enveloppe littéralement tous les passagers. Quant aux accessoires, ils sont BMW dans toutes leur splendeur, incluant le système multimédia pas toujours intuitif, ou les petits boutons de commande qui ne sont jamais amis avec mes gros doigts.

En matière de style cependant, la M1 a son propre look, incluant des coutures apparentes sur les sièges et le volant qui sont spectaculaires.

Voir les versions disponibles de la BMW série 1 M1 coupé 2011

La vraie bête

Mais là où la bête se déchaine, c’est sur la route, alors que le petit moteur turbo fait sentir sa présence avec une vigueur inégalée.

En fait, les 335 chevaux de la M1 s’emballent dès que l’on appuie avec un peu d’insistance sur l’accélérateur. Et la boite de 6 vitesses à rapports courts permet d’enchainer les demandes avec précision. En mode le plus sportif, le turbo reçoit aussi une petite injection de pression supplémentaire, qui limite considérablement le délai de réponse. Résultat : la M1 s’envole littéralement dès qu’on la sollicite.

Pour se marier à une telle mécanique, impossible de négliger la direction d’une précision remarquable, qui permet elle aussi d’enfiler les virages avec aisance. La première prise en main donne pourtant une impression de lourdeur qui disparait dès que l’on s’active avec un certain dynamisme derrière le volant.

Quant aux freins et aux suspensions, ils sont efficaces et précis, bien que le freinage puisse parfois paraître moins radical qu’on le souhaiterait. Mais c’est sans doute qu’à ce moment, on roulait plus vite qu’on ne le devrait…

Pratique aussi

N’en déplaise à certains de mes passagers qui ont trouvé la randonnée un peu excessive en matière d’inconfort (il est vrai que les suspensions sportives retiennent peu de chose), il faut avouer que la M1 peut aisément se faufiler dans le trafic quotidien.

Elle offre un espace de chargement raisonnable pour sa taille, des accessoires nombreux (dispendieux et optionnels, mais tout de même présents) et un usage tout à fait conforme aux exigences.

En fait, si ce n’était de son prix de 55 600 $ et de sa consommation qui frôle les 10 litres aux 100 kilomètres même en étant poli, la M1 serait beaucoup plus populaire.

Ce qui explique sans doute qu’elle en soit dans sa dernière année de production sous cette forme du moins. Dommage, car elle est certainement née pour être la définition même d’une « fusée de poche ».

Suivez-nous sur Twitter @AutonetFR

Fiche technique

  • Véhicule d’essai: 2011 BMW M1
  • Consommation affichée: 10,5 l./100km
  • Concurrence générale: Infiniti G coupé, Audi TT
  • Garantie de base: 48 mois/ 80 000 km