Fred Mercier

Volkswagen Coccinelle: l'héritage d'Adolf Hitler

Difficile de croire que l’histoire de la si mignonne Volkswagen Coccinelle est intimement liée à celle du chef nazi responsable de la Deuxième Guerre mondiale.

Coccinelle

C’est pourtant le cas. Désirant offrir au peuple allemand un véhicule accessible, fiable et économique en essence, Hitler fit appel aux services d’un certain Ferdinand Porsche, qui rêvait encore, à l’époque, de révolutionner l’industrie automobile comme Henry Ford l’avait fait au début du XXe siècle.

À son arrivée au pouvoir à titre de chancelier, en 1933, Hitler se donna pour mission de redonner ses lettres de noblesse au peuple allemand, notamment en revitalisant l’industrie automobile.

En 1934, Porsche présenta son projet au chancelier, et celui-ci fut enchanté. Rapidement, Hitler présenta les esquisses de celle qui allait devenir la célèbre Volkswagen, la voiture du peuple.

Des objectifs difficiles à atteindre

Hitler présenta la voiture, baptisée Kraft Durch Freude (KDF), c'est-à-dire "La force dans la joie". Le Führer expliqua alors que la voiture du peuple serait capable d’atteindre les 100 km/h, consommerait moins de 7 litres aux 10 kilomètres et pourrait accueillir jusqu’à quatre personnes avec leurs bagages, le tout pour un prix ne dépassant pas 1000 reichsmarks, un prix remarquablement bas.

À sa sortie officielle, en 1938, la petite voiture allemande coûtait finalement 1240 reichsmarks, livraison et assurance comprises. En à peine un an, 350 000 Allemands passèrent la commande et envoyèrent l’argent nécessaire. En raison du début de la Deuxième Guerre, ceux-ci ne reçurent jamais leur Volkswagen et leur argent servit plutôt à financer les dépenses militaires.

Durant la guerre, l’usine de KDF, située à Wolfsburg, servit à produire de l’armement ainsi que des véhicules militaires.

La seconde vie de la Coccinelle

Visiblement destinée à une fin aussi abrupte que celle de Hitler et des troupes nazies, la Coccinelle allait pourtant connaître un avenir bien plus heureux, gracieuseté d'Yvan Hirst, militaire britannique chargé de se rendre à l’usine de Wolfsburg et d’y constater les dégâts causés pas les nombreux bombardements.

Parmi les décombres, Hirst découvrit une épave de l'une des Coccinelles qui avait déjà été construite. Charmé, Il fit relancer les activités de l’usine aux commandes de Heinrich Nordhoff, si bien que les Allemands pouvaient finalement prendre possession de leurs Volkswagen dès 1949. À la fin de la même année, la Coccinelle débarquait en sol américain et y commençait sa longue carrière.

À l’été 1955, la millionième Coccinelle sortait de l’usine de Wolfsburg. Sept ans plus tard, le compte atteignait cinq millions d’exemplaires! En 1964, la production de la mythique voiture fut transférée à Puebla, au Mexique, où l’on poursuivit la tradition jusqu’en juillet 2003. Au total, 21 529 464 exemplaires de la Coccinelle auront été produits.

Au fil de sa carrière, la Coccinelle a accueilli plusieurs moteurs, tous à quatre cylindres, allant de 1,1 litre à 1,6 litre. Le moteur de la petite Volkswagen était situé à l’arrière et était refroidi à l’air.

Un clin d’œil au passé

En 1998, Volkswagen a fait plaisir aux nostalgiques en lançant la New Beetle, un modèle complètement indépendant de la Coccinelle originale mais arborant pourtant une allure très familière.

Le succès fut tel que le constructeur allemand conserva le même modèle sans y apporter de changement majeur pendant plus d’une décennie. Ce n’est qu’en 2012 qu’une nouvelle version de la New Beetle, simplement rebaptisée Beetle pour l’occasion, fit son apparition.

Aujourd’hui, la nouvelle Beetle de Volkswagen se vend à un prix de base de 22 175 $. Trois moteurs sont offerts, soit un quatre cylindres de 2,5 litres, un quatre cylindres turbocompressé de 2 litres ou un diesel, lui aussi de quatre cylindres et de 2 litres. Des transmissions manuelles à cinq et six vitesses, ainsi qu’une automatique à six rapports, sont aussi disponibles, suivant la version choisie.

Bien des années après le développement de la première Coccinelle par Ferdinand Porsche et Adolf Hitler, sa binette sympathique continue de faire tourner des têtes, et parions que sa retraite est encore loin.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13

À lire aussi

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs