Frédéric Mercier

Toyota Land Cruiser: L’élite des 4x4

Avec ses 63 ans d’histoire derrière la cravate, il n’y a aucun doute. Le Land Cruiser a sa place au sein de l’élite mondiale des véhicules hors route.

Classiques_Land Cruiser

Quand on pense aux meilleurs véhicules tout terrain de l’histoire de l’automobile, ce sont souvent les noms de Jeep et de Land Rover qui font surface. Le Toyota Land Cruiser, plus méconnu, n’a pourtant pas grand chose à envier à ses rivaux occidentaux.

L’économie japonaise était loin de bien se porter lors du début officiel de la production du Land Cruiser, en 1951. Encore ébranlé par les conséquences désastreuses engendrées par la Deuxième Guerre mondiale, le Japon se remettait à peine des deux bombes nucléaires larguées sur Hiroshima et Nagasaki en 1945.

À la guerre comme à la guerre

Une guerre se terminait à peine qu’une autre commençait. En 1950, la tension entre la Corée du Nord et la Corée du Sud éclatait. Pour un fabricant automobile comme Toyota, cela représentait avant tout une occasion en or de vendre des véhicules militaires aux pays impliqués dans la guerre.

Dès l’année suivante, le premier Land Cruiser, alors simplement appelé Jeep BJ, sortait de l’usine de production.

Au premier coup d’œil, cette première version du véhicule à tout faire japonais faisait immédiatement penser au Jeep Willys, introduit quelques années auparavant par nos voisins du Sud.

Bien que similaire sous plusieurs aspects, le BJ offrait des dimensions plus grandes que son rival américain. La motorisation du Toyota était aussi supérieure à celle du Willys, le Land Cruiser BJ possédant un moteur à six cylindres en ligne de 3,4 litres.

En 1954, une motorisation à 3,9 litres faisait son entrée, donnant ainsi naissance au légendaire modèle FJ. Cette année-là, le nom Land Cruiser faisait aussi surface pour une première fois.

De la boue à la rue

Prenant naissance avec une vocation purement militaire, le Land Cruiser allait changer drastiquement d’objectif. Voyant le potentiel de son modèle, Toyota misait gros avec son 4x4. C’était le véhicule qui allait propulser le constructeur nippon vers les marchés occidentaux.

La deuxième génération du modèle, lancée en 1955, abondait en ce sens. Conservant une allure robuste, le nouveau Land Cruiser était d’abord et avant tout pensé pour le marché civil, et non militaire.

Toyota confirma ses ambitions internationales en instaurant une ligne de production de Land Cruiser au Brésil, en 1958. Le 4x4 nippon devenait le premier véhicule Toyota construit à l’extérieur du Japon.

Si cette deuxième génération donnait le coup d’envoi à la commercialisation de masse du Land Cruiser, c’est la troisième qui allait lui donner le vent dans les voiles.

Connue sous le nom de Série 40, cette génération est la plus classique, la plus admirée de la longue histoire du Land Cruiser. Faisant son apparition en 1960, le véhicule n’allait se retirer qu’en 1984, tout près d’un quart de siècle plus tard. Quand on parle d’un modèle inoubliable!

Le FJ40, version phare de cette génération, était équipé d’un moteur à six cylindres en ligne de 3,9 litres développant quelque 125 chevaux. Celui-ci allait tirer sa révérence en 1975 pour faire place à une motorisation plus puissante de 4,2 litres. Quelques moteurs diésel vinrent s’ajouter à la gamme en plus de nombreuses avancées techniques qui permirent au véhicule de rester dans le coup.

L’histoire continue

Avec le Land Cruiser, Toyota remportait son pari. Et haut la main à part ça. La production du véhicule se poursuit encore aujourd’hui, alors que le Land Cruiser a adopté une allure nettement plus urbaine.

Le Land Cruiser n'étant plus disponible en Amérique du Nord depuis un bon moment déjà, Toyota propose tout de même aux consommateurs canadiens l’imposant FJ Cruiser, un clin d’œil évident au mythique FJ40.

Avec ses 63 ans d’histoire derrière la cravate, il n’y a aucun doute. Le Land Cruiser a définitivement sa place au sein de l’élite mondiale des véhicules hors route.

 

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs