Fred Mercier

Honda Prelude: en voilà une qui nous manque

La Prelude démontrait aux conducteurs nord-américains qu’Honda était bel et bien capable de construire plus qu’une petite Civic.

Honda Prelude

Les voitures japonaises représentent aujourd’hui une très grande partie des ventes automobiles en Amérique du Nord.

Mais ce ne fut pas toujours le cas. Avant l’avènement de Honda et de sa petite Civic, les grosses bagnoles américaines avaient quasiment le monopole.

Et même si la Civic a su en séduire plus d’un, Honda avait besoin de prouver aux Nord-Américains que ses produits pouvaient aussi être plus gros… et plus agréables à conduire.

Et c’est là que la Prelude entre en jeu.

L’âme d’une sportive

C’est en janvier 1979 que la jolie Prelude fut présentée pour une première fois au monde occidental dans le cadre du Salon automobile d’Amsterdam.

Suivant les modes de l’époque, le coupé deux portes japonais affichait des lignes très carrées, ce qui ne l’a pas empêché de bien vieillir. Trente-cinq ans plus tard, la Prelude de première génération est assurément devenue un classique.

Les performances du véhicule, par contre, n’ont plus rien à voir avec celles des coupés sport d’aujourd’hui.

Avec son moteur à quatre cylindres de 1,6 litre, la Prelude 1979 développait 80 maigres chevaux. Assez décevant pour un coupé sport.

Il faut dire que le modèle a fait son entrée sur notre marché à une époque bien difficile pour les constructeurs. Après la crise pétrolière de 1973, des normes environnementales beaucoup plus strictes sont entrées en vigueur au Canada et aux États-Unis, forçant notamment les constructeurs à installer des catalyseurs sur leurs produits.

Résultat, les performances ont pris tout un coup. Même les plus gros 8 voyaient leur puissance réduite à des chiffres dérisoires.

Changer les mentalités

Malgré son peu de puissance, la Prelude démontrait aux conducteurs nord-américains qu’Honda était bel et bien capable de construire plus qu’une petite Civic.

Non seulement la Prelude était-elle jolie, mais elle présentait aussi plusieurs caractéristiques qui prouvaient que voiture japonaise ne rimait pas nécessairement avec petit budget. Le toit ouvrant électrique était d’ailleurs offert de série. Assez rare, pour l’époque!

Au fil des ans, la Prelude a continué de se faire un nom et, technologies aidant, la performance de ses moteurs a pris du galon. Dès l’entrée en scène de la deuxième génération du modèle, en 1983, la puissance passait à 105 chevaux.

Au fil des cinq générations du modèle, cette progression s’est poursuivie et a continué de forger la réputation de Honda dans le créneau des voitures sportives.

Avec le temps, toutefois, les véhicules à deux portes ont perdu en popularité. Si bien qu’en 2001, après plus de 20 ans, la Prelude s’éteignait.

Depuis ce temps, mis à part la Civic Si, aucun modèle n’a vraiment pris la relève chez Honda.

Qui sait, si Toyota en vient réellement à ressusciter la Supra, comme le veut la rumeur, peut-être qu’un retour de la Prelude commencera à trotter dans la tête des dirigeants de Honda.

Croisons les doigts!

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs