Le duel des mal-aimées: Toyota Avalon et Kia K900

Une Camry coussinée et une démonstration de pouvoir à la coréenne: Voilà un bon résumé de ce que sont les Toyota Avalon et Kia K900. Mais laquelle saura le mieux afficher sa suprématie?

Kia K900 et Toyota Avalon 2015

IMG_477

Toyota Avalon Berline 4 portes Limited

Cote d'ensemble:

8/10

  • Consommation:

    7/10

  • Prix:

    7/10

  • Équipement:

    7/10

  • Apparence:

    7/10

  • Confort à l'avant:

    8/10

  • Confort à l'arrière:

    8/10

  • Comportement:

    8/10

  • Performance:

    7/10

  • Rangement:

    8/10

IMG_475

Kia K900 Berline Prime 4 portes

Cote d'ensemble:

8/10

  • Consommation:

    6/10

  • Équipement:

    9/10

  • Prix:

    8/10

  • Apparence:

    8/10

  • Confort à l'avant:

    9/10

  • Confort à l'arrière:

    8/10

  • Comportement:

    7/10

  • Performance:

    9/10

  • Rangement:

    8/10

Peu de gens ont le cœur à acheter une voiture pleine grandeur si elle ne vient pas d’une marque de prestige. Et encore! Il ne s’est vendu en 2014 que 44 Cadillac ELR, 38 Mercedes S550 et 6 Acura ZDX. Un bel indice de non-popularité du segment. La Toyota Avalon, grande gagnante des ventes, fait meilleure figure avec 996 exemplaires. Un grain de sable dans l’univers de l’automobile. La Kia K900? On n’en parle même pas avec un score de 23 ventes canadiennes!

Poids lourd

La Kia K900 semble une démonstration de force de la part de Kia. La marque a un passé (lointain, mais encore gravé dans les mémoires) de véhicules à la qualité douteuse. Mais s’il a survécu jusqu’à aujourd’hui, c’est que Kia a su améliorer la qualité et en offrir davantage pour le prix. On ne se rappellera pas du constructeur coréen comme on l’a fait d’un certain russe.

Kia s’est placé à l’avant-garde en complémentant les plus petites voitures de sa gamme par des extras que l’on ne retrouvait que chez les marques de prestige. Les sièges chauffants, le volant chauffant et la caméra de recul sont monnaie courante depuis 2012. Il a donc le devoir de pousser la note quand vient le temps de vendre un véhicule réellement onéreux. Et encore!

Il faut prendre place derrière le volant pour comprendre qu’on a affaire à une toute autre gamme de voitures. On offre un véhicule qui a les atouts d’une Mercedes-Benz Classe S pour la moitié de son prix. C’est ce qu’on appelle un gros «deal»! La Kia K900 V8 est la Maybach de la marque. Seul hic, il y a un logo Kia à l’avant.

Parlant de gros, tout est à la démesure dans ce mastodonte de deux tonnes et de plus de cinq mètres! On a l’impression de conduite d’une limousine. Les sièges valent mieux qu’un sofa Lazy-boy. À peu près, tout ce qui tombe sous l’œil dans l’habitacle est magnifique, soigné, épuré et contemporain. Les commandes des sièges, réglables de façon électrique à l’avant comme à l’arrière, ont l’allure de celles de Mercedes. Seul le volant détonne sur l’ensemble. Franchement, un tribrachial n’a pas sa place, et encore moins quand le centre occupe 70% de l’espace.

Le comportement est agréable, très doux et un peu lourd. Avec la motorisation V8 de 420 chevaux, on arrive bien à pallier au surpoids. Le rayon de braquage peut vous rappeler vos souvenirs de Pontiac Parisienne. Le freinage est digne d’un Ford Fairlane, et elle a l’agilité d’un Lincoln Continental. La différence, c’est qu’il y a un sacré beau moteur pour propulser tout ça et qu’une fois conduite avec douceur, vous vous en tirerez vers les 11,5L/100km. J’ai bien aimé la petite nostalgie des « bateaux sur roues» qu’elle m’a fournie au cours de la semaine.

Les mentalités s’affrontent
Par Frédéric Mercier

Les voitures pleine grandeur comme l’Avalon et la K900 ne sont pas créés pour renflouer les coffres de leurs constructeurs. Ce travail-là, on le laisse aux compactes et aux petits VUS.

La mission des deux bagnoles que nous avons mises à l’essai en est une de crédibilité. Un «statement», comme disent si bien les anglos.

On veut prouver ce qu’on sait faire, tout simplement. Et de ce point de vue, la K900 vole littéralement la vedette à l’Avalon.

Avec sa grosse berline, Kia veut prouver au monde entier que ses produits n’ont désormais plus rien à envier aux constructeurs japonais, américains ou même allemands. Utopie? Peut-être, mais ils sont assurément sur la bonne voie.

C’est fou, tout le chemin parcouru par Kia depuis une décennie. La K900 est bien construite et le nombre de technologies intégrées à l’intérieur est sans précédent pour la marque coréenne.

Chez Toyota, on opte visiblement pour une stratégie beaucoup plus conservatrice, se contentant de proposer une Avalon sobre, très confortable et agréable à manier. Oubliez les technologies. Même la version Limited n’en a à peu près pas.

On propose le V6 de 3,5 litres qu’on peut aussi retrouver sous le capot de la Camry. Chez Kia, un V6 est aussi offert, mais on peut aussi opter pour un monstrueux V8 de 5,0 litres. «Statement», encore une fois.

À long terme, l’Avalon vieillira mieux et gardera une valeur de revente de loin supérieure à celle de la K900.

Mais au-delà des ventes, l’objectif de Kia est bien clair. Prouver qu’on peut maintenant se frotter à de gros joueurs comme Toyota. Et c’est réussi.

 

Fiches techniques

Kia K900 2015
Prix de base : 49 998$
Configuration : Véhicule à rouage intégral
Mécanique de base: Moteur V6 de 3,8L (311 cv, 293lbpi)
Mécanique en option : Moteur V8 de 5,0L (420cv, 376lbpi)
Transmission : Automatique à huit rapports
Consommation d’essence V6 : 13,3 L/100 km (ville), 8,9 L/100km (route)
Consommation d’essence V8 : 15,7 L/100 km (ville), 10,3 L/100km (route)
Concurrence K900 Premium et V8 : BMW série 5, Mercedes-Benz Classe S550

Toyota Avalon 2015
Prix de base : 40 110$
Configuration : Véhicule à rouage avant
Mécanique de base: Moteur V6 de 3,5L (268 cv, 248lbpi)
Transmission : Automatique à six rapports
Consommation d’essence V6 : 11,3 L/100 km (ville), 7,5 L/100km (route)

Concurrence: Nissan Maxima, Ford Taurus, Volkswagen Passat

Kia K900 2015

Toyota Avalon 2015

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs