Alain McKenna

Porsche 911 Turbo et 911 Turbo S : recette simple pour un succès légendaire

Johannesburg, Afrique du Sud — Décidément, Porsche ne fait pas les choses à moitié. Désireux de démontrer l’effet positif des importantes retouches apportées à sa légendaire 911 Turbo, le fabricant allemand a invité des journalistes spécialisés à mettre ses nouveautés à l’épreuve sur une piste de course. Et pas n’importe laquelle : Kyalami, une piste rachetée par Porsche South Africa en 2015, et entièrement rénovée pour accueillir des championnats de calibre international.

Porsche 911 Turbo et Turbo S 2017

Fiche d'appréciation

Cote d'ensemble:

9/10

Forces et faiblesses:

  • La 911 Turbo est à nouveau dans une classe à part.
  • Elle risque de vous faire souffrir avec les conditions routières québécoises...

Cote de l'auteur:

  • Confort à l'avant: 8/10

  • Consommation: 7/10

  • Équipement: 9/10

  • Comportement: 9/10

  • Performance: 9/10

  • Prix: 6/10

Parlant de calibre mondial, les 911 Turbo et Turbo S millésimées 2016 (en Europe) et 2017 (chez nous) semblent conçues exprès pour ce type de circuit : beaucoup de mouvement, de freinage et au moins trois belles droites où accélérer le pied au plancher est fortement conseillé. Avec leur muscle ajouté, les turbos recalibrés et quatre roues motrices, les deux 911 en mettent plein les sens.

L’accélération est si franche qu’on croit s’envoler, le freinage est juste, et en virage, où le rouage intégral rehausse le contrôle du bolide (et où l’électronique surveille de très loin seulement si tout tient bien la route), on s’amuse tellement avec les transferts de poids qu’on finit par se prendre au jeu... Mais au moment où on commence à se prendre au sérieux, il faut déjà rentrer aux puits.

Aussi bien comme ça. Cela dit, on n'aurait pas détesté essayer la 911 GT3 RS qui servait de véhicule de signalement sur la piste... Tant qu'à y être!

Au menu, un six cylindres biturbo de 3,8 litres bien grondant, faisant grimper la puissance de 20 chevaux (540 ch pour la Turbo, 580 pour la Turbo S), un rouage intégral amélioré, une boîte de rapports PDK très nerveuse jusque dans les plus bas régimes, et un volant d’inertie optimisé permettent d’aller chercher ce gain de muscle, tout en réduisant la consommation moyenne de l’iconique sportive à 9,1 litres aux 100 kilomètres/heure, selon le fabricant. En attendant la Mission E tout électrique...

Du coup, le chrono au 0-100 km/h est abaissé de 2 dixièmes de seconde, à 3 secondes dans le meilleur des cas.

991 Type II : quatre personnalités en une
Au volant, l’introduction d’une petite mollette de commande proposant quatre modes de conduite (Normal, Sport, Sport Plus et «Individual»), ainsi qu’un 20 secondes de puissance optimale, au besoin, résume toute l’affaire. Selon le mode, on hérite d’une voiture plus ou moins civilisée, qui peut tour à tour enfiler les chicanes et autres virages en épingle d’une piste de course de calibre mondial, et déjouer les bouchons de circulation à l’heure de pointe.

Porsche introduit aussi la fonction «Dynamic Boost» qui, lorsqu’on relâche puis qu’on appuie à nouveau sur l’accélérateur, assure un meilleur calibrage de la turbocompression afin de générer une accélération plus prononcée, ce qui accélère sensiblement les reprises.

La 911 Turbo n’est pas une voiture «pratique» dans le sens raisonnable du terme, mais c’est certainement une des sportives les plus confortables à piloter sur le marché... et qui peut tout de même générer un brin d’enthousiasme, tout en respectant les conditions routières et les limites permises par la loi.

Une 911 qui lève le nez
La 911 Turbo millésimée 2016 a pour nom de code 991 Type II (pour s'y retrouver dans les noms de code...), puisqu’il s’agit d’une révision du modèle introduit initialement en 2013. Visuellement, on la distingue assez rapidement en lorgnant du côté du bouclier avant, intégrant des entrées d’air plus volumineuses, ou de l’arrière, où la grille du capot a également été refaite pour améliorer l’échange d’air. Les phares monoblocs et les feux arrière «3D», inspirés de la Carrera, sont d’autres particularités des deux nouvelles 911 Turbo.

Sans parler des roues de 20 pouces, elles aussi exclusives à ce modèle... Des jantes «classiques» rappelant la première 911 Turbo, année-modèle 1973, sont proposées en option.

Détail intéressant, en plus de l’aileron ajustable à l’arrière, Porsche introduit une bavette qui s’adapte elle aussi à la conduite, réduisant la garde au sol, quand c’est utile. À l’inverse, un bouton sur le tableau de bord permet de relever la suspension avant de 3 centimètres, et le nez de la voiture de 4 cm, pour éviter de le frotter au pavé quand celui-ci n’est pas parfaitement lisse.

PCM4 et Apple CarPlay : connectique de pointe
On savait déjà que Porsche avait opté pour une sono multimédia intégrant exclusivement le système CarPlay, d’Apple, laissant en plan Google et sa propre offrande, baptisée Android Auto. CarPlay, qui donne vie à certaines applis tirées directement d’un iPhone par connexion USB ou via WiFi, s’ajoute aux fonctions de base du système PCM4, épuré mais néanmoins efficace, lequel récupère désormais de l’information via les réseaux mobiles, pour plus de précision dans certains contextes (la navigation GPS, par exemple).

Ceux qui prennent à cœur la qualité sonore de leur musique à bord ont le choix entre des enceintes signées Bose (de base) ou un ensemble Burmeister plus puissant, et plus coûteux.

Parlant de prix, comme on s’en doute, les options le font monter rapidement, mais de base, le coupé 911 Turbo démarre à 182 000 $, le cabriolet coûte 14 000 $ de plus, tandis que les 911 Turbo S, coupé et cabriolet, sont à vous moyennant 215 000 $ et 229 000 $, au choix.

•••

Porsche 911 Turbo 2016
Prix : 181 800 $ (coupé), 195 800 $ (cabriolet)
Mécanique : 6 cyl. à plat de 3,8 litres à double turbocompression
Transmission : automatique à 7 rapports (PDK)
Puissance/couple : 540 ch/523 lb-pi
0-100 km/h : 3,2 s
Consommation : 9,1 l/100 km

Porsche Turbo S 2016
Prix : 214 800 $ (coupé), 228 800 $ (cabriolet)
Mécanique : 6 cyl. à plat de 3,8 litres à double turbocompression
Transmission : automatique à 7 rapports (PDK)
Puissance/couple : 580 ch/553 lb-pi
0-100 km/h : 3 s
Consommation : 9,1 l/100 km
 

Six générations de Porsche 911

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs