Francis Lalonde

La course « vert » l’innovation

L'utilisation de matériaux renouvelables, biologiques et écologiques prend de plus en plus de place dans l’industrie de l'automobile.

Matériaux recyclés

L'utilisation de matériaux renouvelables, biologiques et écologiques prend de plus en plus de place dans l’industrie de l'automobile. Des garnitures fabriquées à partir de bouteilles d’eau, du chanvre employé pour les planchers et même de l’écorce d’orange au coeur des pneumatiques ; voilà les nouveaux produits écoresponsables qui se tracent dorénavant un chemin dans l'univers de l'ingénierie automobile.

De l’épicerie, à votre voiture

Ford figure parmi les constructeurs qui utilisent le plus de matériaux écologiques et recyclés dans la fabrication de ses véhicules. Plusieurs modèles Ford vendus en Amérique du Nord ont entre autres été conçus avec des bouteilles d'eau recyclées. C’est le cas de l’Escape qui contient 25 bouteilles d’eau, alors que l’on en retrouve 39 dans les matériaux de la Fusion.

Recyclez des matières comme l'acier et l'aluminium n'est pas la seule façon qu’ont trouvée les constructeurs automobiles pour être plus écoresponsables, comme l’affirme un récent article du site Métro de France. Des produits agroalimentaires sont de plus en plus exploités. BMW affirme que la planche de bord de sa voiture électrique i3 est entre autres fabriquée à partir d’eucalyptus, tandis que Ford emploie des pelures de tomates pour le développement de certaines composantes en plastiques.

Bio jusqu'au bout des pneus

Il n’y a pas que les fabricants de véhicules automobiles qui sont lancés dans cette démarche plus « verte ». Bien que la mission soit plus complexe pour le secteur des pneumatiques, de nombreux manufacturiers tels que Michelin travaillent également avec des matériaux recyclés afin d'atteindre de nouvelles normes environnementales plus strictes. Les pneus Michelins sont aujourd’hui composés à 75 % de produits pétroliers et à 25 % de caoutchouc naturel issu d’hévéa. Or, les réserves mondiales de caoutchouc s’épuisent rapidement. Le manufacturier français travaille donc en ce moment au développement d’une nouvelle matière première faite à partir de sucre de biomasse qui est par la suite transformé en caoutchouc synthétique.

Des alternatives écologiques

Il ne s'agit pas de la seule matière organique écologique utilisée par Michelin. Le responsable de la communication technique et scientifique de Michelin, Thierry Willer, révèle que la compagnie se sert aussi d'huile de tournesol et de résine tirée d'écorce d'agrumes pour la fabrication de ses pneus. L'huile aurait comme propriété de rendre le pneu plus souple à basse température, tandis que la résine rend le caoutchouc plus rigide dans son ensemble.

De son côté, Continental opte pour le 'Tara gum', connu sous le nom de pissenlit russe. Selon le fabricant de pneus, cette matière première serait comparable à celle du caoutchouc d'hévéa. Le manufacturier italien Pirelli mise quant à lui la guayule pour remplacer le caoutchouc naturel, une plante originaire du Mexique qui est très facile à cultiver.

« Vert » l’innovation

Bien que ce mouvement industriel écologique soit bien entamé et qu’une multitude de nouvelles possibilités s’offrent aux compagnies en quête d’écoresponsabilité, encore faut-il que les produits conservent la même qualité au final. De quoi donner de nombreux défis aux chercheurs lancés dans cette course « vert » l’innovation.

12 véhicules écoénergétiques à considérer

Source (consommation et autonomie) : Guide de consommation de carburant 2015, Ressources naturelles Canada.

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs