Enquête sur un levier confus

Le levier de transmission de certains modèles VUS de Fiat Chrysler est si confus que les autorités américaines ont lancé une enquête après que plusieurs conducteurs eurent quitté leur véhicule pensant qu’il était en position Park.

Enquête sur un levier confus

Il y a eu plus de 120 collisions causant 30 blessures. Le responsable, le levier électronique de transmission des boîtes automatiques de plusieurs modèles VUS de Fiat Chrysler. Une affaire assez sérieuse pour que l’administration américaine NHTSA lance une enquête.

Ce levier, semble-t-il, prête à confusion.

Ce qui se passe : les conducteurs quittent leur véhicule moteur en marche pensant que le levier électronique de transmission est en position P ou stationnement. Au contraire, le levier est encore en position Drive... moteur en marche et sans conducteur!

Pas de rappel pour le moment

L’enquête porte sur les Jeep Grand Cherokee 2012 à 2014, les Dodge Charger 2012 à 2014 et les berlines Chrysler 300 à moteur V6 3,6 litres. Le total de véhicules en cause, près de 856 000.

Cependant, pas de campagne de rappel pour l’instant, le temps de déterminer la cause du problème, mais ce dernier est rendu au niveau de l’analyse de l’ingénierie, soit l’étape juste avant un éventuel rappel.

Ce qui est connu par contre, c’est que le levier de transmission sur la console n’est pas assez intuitif ni ne donne assez de sensation tactile ou visuelle au conducteur, ce qui augmente le risque d’une mauvaise sélection de boîte.

Avec ce levier, les conducteurs des véhicules concernés doivent, pour passer de Drive à Park, pousser le levier vers l’avant trois fois. Après avoir choisi le rapport voulu, le levier revient toujours à sa position centrale.

Sur les modèles Grand Cherokee 2016, Charger et 300 2015, Fiat Chrysler a changé le type de levier pour un modèle plus classique qui fonctionne comme les gens sont habitués d’utiliser.

Grand Cherokee SRT8

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs