Francis Lalonde

Tour de rêve à Hawaii à bord d'une NSX 91

J'ai récemment eu l'immense plaisir de conduire une Acura NSX 1991 lors de mon passage à Honolulu, à Hawaii.

Acura NSX 91

Depuis le 31 janvier dernier, j’ai entrepris un voyage qui me mènera d’Hawaii jusqu'en Australie, puis vers la Thaïlande et finalement à Bali. Une aventure d’un peu plus de deux mois dont j’avais grandement besoin et qui souligne du même coup mes 35 ans.

Ma première escale m’amène à Honolulu, sur l’ile d’Oahu, dans l’État d’Hawaii. J’ai décidé pour cette première portion de mon voyage de me trouver une chambre par l’entremise de Airbnb, un site qui permet aux utilisateurs de trouver des logements temporaires un peu partout dans à travers le monde. Bien qu’ils n’avaient pas à le faire, mes hôtes Jennifer et Robert viennent me chercher de bon cœur l’aéroport après un vol de plus de 10 heures en provenance de Toronto.

Dès mon arrivée, nous échangeons sur de nombreux sujets et nous faisons rapidement connaissance. Nous nous dirigeons dans le quartier de Liliha-Kapalama qui se situe à quelques minutes du centre-ville d’Honolulu. Alors que nous sommes sur le point de nous stationner, j’aperçois une Acura NSX 1991 couleur argent stationnée dans un garage. Je demande subitement à Robert « C’est à qui la NSX ? ». Il me répond très calmement : « À moi ».

Souvenir d’une époque mythique

Wow ! Une NSX 91, juste là devant mes yeux. Un classique de l’automobile qui me replonge dans mon enfance alors que je suivais passionnément mon héros de l’époque, Ayrton Senna. Pour ceux qui ne le savent pas, le regretté champion de Formule 1 était à cette période pilote pour l’écurie McLaren Honda. Il fut attitré par le constructeur automobile nippon comme superviseur du développement de la NSX.

On sort de la voiture de Robert, puis on se dirige tous les deux dans son garage. Bien évidemment, on se met à parler de Senna et de cette glorieuse époque de la F1. Je lui explique que je travaille dans le domaine de l’automobile, puis sans hésiter, il m’invite à faire un tour avec lui le lendemain matin. Nul besoin de vous indiquer que j’ai rapidement répondu oui ! Même après un épuisant vol de près d’une demi-journée, en plus du décalage horaire de 5 heures, l’idée de conduire ce classique m’a tenue éveillé quelques minutes lorsque je me suis couché.

Direction, Lagoon Drive

Il est pratiquement 9h30. Je viens tout juste de finir de déjeuner et d’apprécier quelques heures plutôt le magnifique lever du soleil sur la ville d’Honolulu. Robert m’invite pour notre balade. « On va aller sur Lagoon Drive ». Je me dis à moi-même : « Eh ! On va où tu veux mon “chum” ! »

On roule sur l’autoroute, puis on prend une sortie qui nous mène à un long boulevard qui longe l’aéroport d’Honolulu et le Ke’ehi Lagoon. Robert conduit, très relaxe. De mon côté, j’apprécie le son incroyable qui s’échappe de ce moteur V6 de 270 ch. On s’arrête dans le stationnement au bout de la rue, là où l’on peut voir les avions atterrir et décoller. Rob, parce qu’on est rendu assez « chummy-chummy » pour que je l’appelle Rob, me propose de conduire sa voiture.

Premier sentiment : un bijou à l’état brut. La voiture ne possède pas de direction assistée et malgré tout, elle se manie à merveille. Autre constat, la douceur avec laquelle chacun des rapports de la boite manuelle passe l’un à l’autre. Je n’ose pas trop pousser la machine. Je me contente de rouler la limite et de contempler la magnifique vue que j’ai de la montagne Koolaus qui surplombe la ville d’Honolulu. « Tu devrais pousser la deuxième vitesse à son max, me dit tout bonnement Rob. C’est l’un des rapports les plus prodigieux jamais produits par Honda ».

Eh comment ! Le pied au plancher, je pousse la NSX à un peu plus de 80 mph, tandis que le moteur tourne à 8500 tours tout juste avant que je passe en troisième vitesse. Le son... quel son ! La voiture se comporte comme un charme, sans nervosité, elle qui est munie d’une suspension sport d’origine NSX-R. En fait, il n’y a que le volant qui ne soit pas d’origine sur la voiture, alors que Rob possède toujours ce dernier qui est bien rangé dans le garage. Même le radiocassette d’origine de la NSX est toujours bien en place. Les puristes auront remarqué sur les photos que la NSX de Robert porte le logo Honda. C’est toutefois bel et bien une Acura, alors que le modèle Honda fut exclusivement vendu au Japon.

Une révolution qui perdure

« Oui, il y a des voitures beaucoup plus puissantes et rapides que la NSX. J’aurais très bien pu me procurer une muscle car américaine pour la moitié moins, alors qu’elle aurait eu le double de force de moteur. Mais cette voiture, c’est bien plus que de la simple puissance. Lorsque je l’ai acheté, je me suis procuré tout ce qu’elle représente d’un point de vue historique. À l’époque, au début des années 90, Ferrari et Lamborghini trônaient au sommet des constructeurs de supercars. La NSX fut une révolution en soi grâce à son incroyable fiabilité. Encore aujourd’hui, je n’ai jamais encore connu d’ennui mécanique après 8 ans et plusieurs milliers de kilomètres. C’est aussi une voiture qui peut être utilisée au jour le jour vu la dimension du coffre arrière. J’ai dû attendre trois ans pour mettre la main sur ce bijou. On m’offre fréquemment de me l’acheter, mais je ne vois pas quel véhicule pourrait la remplacer par la suite. C’est un heureux problème. »

Une NSX c’est bien, mais deux c’est mieux

On finit notre tour, puis je souligne à Rob que je vais soumettre l’idée à Autonet de produire un article sur sa voiture. Il me suggère alors d’appeler un de ses amis, Fred, pour que nous fassions une séance photo avec sa NSX 95. Je rêve ou quoi ?! Comme première journée de voyage, je n’aurais jamais pu demander mieux.

On s’est donc donné rendez-vous quelques jours plus tard sur « The Old Pali Road ». Un paysage incroyable qui m’a permis d’apprécier une fois de plus ce classique de l’automobile renait de ses cendres cette année par Acura.

« Mahalo » à Rob et Fred pour leur générosité !

Pour en savoir plus sur l'Acura NSX

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs