Grande offensive européenne de Kia au Salon de Genève

Berline Optima hybride branchable, prototype Niro et familiale Sportswagon, Kia veut faire bonne impression devant le public européen réuni au Salon de Genève.

Kia @ Genève 2016

On connaissait l’Optima hybride, cette fois la berline sud-coréenne débarque sur les deux continents en version enfichable dans les salons d’importance, comme celui de Genève.

En mode purement électrique et doté de batteries haute capacité lithium-polymère de 9,8 kWh, elle aura une autonomie de 50 km grâce à son moteur de 50 kW capable de rouler jusqu’à 120 km/h. Elle peut aussi utiliser les deux moteurs, l’autre étant un bloc essence 2,0 litres injection directe.

Sur le plan des émissions, la moyenne des CO2 tombe à 37 g/km. Aussi, Kia en a profité pour revamper plusieurs détails par rapport à l’actuelle Optima, dont un nouveau système d’infodivertissement avec Apple CarPlay et Android Auto.

Proto Niro

Première apparition du prototype Niro en sol européen où Kia ira sonder les réactions des gens et amateurs présents au Salon pour ce VUS compact hybride.

Sa construction mixte acier et aluminium permet d’obtenir une rigidité et une légèreté pour combler les normes de résistance et obtenir des niveaux de bruit et de vibrations très bas.

Rappelons qu’il sera mû par un moteur électrique de 32 kW et d’un bloc 1,6 litre injection directe. Sa distribution va démarrer en Europe aussi tôt qu’au troisième trimestre 2016.

Optima Sportswagon

C’est la première version familiale (Tourer) de Kia qui sera présentée à Genève. Cette Sportswagon dont le design est inspiré du prototype Sportspace 2015 de Kia accueille une capacité cargo de 553 litres et d’une banquette divisible 40/20/40 pour accroître la polyvalence.

Kia prévoit produire cette deux volumes avec des mécaniques essence 2,0 litres, diesel 1,7 l CRDI et en version sportive GT turbo T-GDI 2,0 litres 245 ch pour le quatrième trimestre 2016.

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs