Francis Lalonde

Down Under en FJ Cruiser

Je profite de mon passage en Australie pour faire l'essai du FJ Cruiser 2016 de Toyota.

FJ Cruiser 2016

Fiche d'appréciation

Cote d'ensemble:

6/10

Forces et faiblesses:

  • Incroyables performances hors routes
  • Bonne valeur de revente
  • Mauvaise maniabilité sur route
  • Consommation d'essence élevée
  • Système de navigation à revoir

Cote de l'auteur:

  • Confort à l'avant: 7/10

  • Confort à l'arrière: 7/10

  • Consommation: 5/10

  • Équipement: 6/10

  • Comportement: 6/10

  • Apparence: 8/10

  • Performance: 9/10

  • Prix: 6/10

  • Rangement: 7/10

L’on dit que voyager, ça forme la jeunesse. Je peux vous affirmer de mon côté que mon séjour en Australie à cet effet sur moi et qu’il me fait redécouvrir certains petits plaisirs de la vie que j’avais oubliés.

Je me trouve en ce moment dans la région de Sydney où j’ai eu l’opportunité de conduire le FJ Cruiser de Toyota. Bien qu’il ne soit plus en vente chez nous, le VUS japonais est encore disponible en Australie, mais plus pour bien longtemps. Le FJ Cruiser en est à ses derniers « miles », lui qui devrait être retiré du marché à la fin de 2017.

Victime de lui-même

De nombreuses raisons ont causé la perte du véhicule nippon, à commencer par les désastreuses performances écoénergétiques de son moteur V6 de 260 ch qui consomme en moyenne 14 L/100 km (observé lors de mon essai). Il faut aussi ajouter à la liste le style « rétrofuturistique » qui ne laisse personne indifférent. On aime ou on n’aime pas du tout. Il n’y a pas de milieu avec ce look. Bien que de mon côté j’aime ce design pour le moins original, je ne crois pas que j’aurais ce qu’il faut au quotidien pour assumer ce style esthétique. Ajoutez à cela un habitacle dont la conception engendre quelques points morts visuels et vous avez là la recette idéale pour qu’un véhicule soit rapidement boudé par les consommateurs. Pourtant, le FJ Cruiser suscite énormément d’engouement sur le marché de l’usagé, lui qui se classe parmi les véhicules qui gardent le mieux leur valeur de revente. Mais pourquoi ?

Pourquoi aime-t-on le FJ Cruiser ?

Sur la route, le FJ Cruiser n’a rien d’exceptionnel. Sa conduite ne m’a pas impressionné ou déplu. Je n’étais pas inconfortable lors de mes déplacements de longues durées, dont le plus long était d’environ trois heures sans arrêt. J’ai trouvé que l’habitable était simpliste, que le système de navigation était archaïque et que la finition manquait sérieusement de punch. Normal pour un modèle dont la mort est annoncée depuis plus de trois ans. Alors pourquoi ? Pourquoi aime-t-on le FJ Cruiser ? De mon côté, c’est pour cette incroyable expérience hors route qu’il m’a fait vivre dans la région de Lithgow, à deux heures de route à l’ouest de Sydney.

Un heureux hasard

Comme la vie fait bien les choses, j’ai rencontré pendant mon séjour dans la région de Blue Mountains un passionné de conduite hors route. Ce dernier m’a fortement suggéré d’amener le FJ Cruiser non loin de la ville de Lithgow et de chercher Lost City, une région dont les parois rocheuses ressemblent quelque peu à des édifices. D’ailleurs, le gouvernement australien avait installé lors de la Deuxième Guerre mondiale d’énormes systèmes d’éclairage pour attirer et déjouer les bombardiers japonais dans le cas d’une éventuelle attaque aérienne. Il semblerait que le subterfuge était à s’y méprendre à l’époque et que Lost City ressemblait réellement à une ville vue des airs.

Un classique indémodable

Intrigué à l’idée de découvrir l’endroit, je me suis lancé dans les pistes hors routes de Lithgow. Des sentiers abrupts et étroits qui ont surtout été prévus pour des véhicules tout terrain. Qu’à cela ne tienne, le FJ Cruiser s’est conduit à merveille dans la panoplie d’obstacles que j’ai mis sur son chemin. Pas une seule fois ai-je senti que le VUS était surchargé par ces épreuves rocailleuses et boueuses. Ce fut un réel plaisir de conduire en mode 4x4 toute la journée à la recherche de Lost City qui se trouve, soit dit en passant, vraiment difficile à trouver comme endroit. C’est au beau milieu de nulle part !

Bien qu’il représente en quelque sorte un échec d’un point de vue commercial, cette expérience hors route m’a fait réaliser que le FJ Cruiser demeura encore pour bien longtemps un classique indémodable auprès des amateurs de véhicules hors route.

Fiche Technique
Modèle à l'essai: FJ Cruiser 2016
Prix du modèle à l'essai: 47 540 $ AUS
Configuration : 4X2 / 4X4
Motorisation : Moteur à essence V6 de 4,0L
Puissance : 260 chevaux et 241 livres-pied de couple
Boite de vitesse : Automatique 5 vitesses CRAWL Control
Garantie complète: 3 ans/ 60 000 km
Garantie groupe motopropulseur : 3 ans / 60 000 km
Concurrents: Nissan XTerra, Jeep Grand Cherokee, Jeep Wrangler

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs