L’ultime Véhicule Utilitaire Familial: la Chrysler Pacifica

Les seules choses qu’on en commun la Chrysler Town & Country et la Chrysler Pacifica, ce sont les sept places passagers et l’insigne ailé.

Chrysler Pacifica

Premier contact, Chrysler Pacifica 2017. Modèles pré-prod.

Fiche d'appréciation

Cote d'ensemble:

9/10

Forces et faiblesses:

  • Versatile
  • Douceur de roulement
  • Excellents équipements
  • Transmission rebutante

Cote de l'auteur:

  • Confort à l'avant: 9/10

  • Confort à l'arrière: 8/10

  • Consommation: 8/10

  • Équipement: 9/10

  • Comportement: 9/10

  • Apparence: 9/10

  • Performance: 7/10

  • Prix: 7/10

  • Rangement: 8/10

Adieu Chrysler Town & Country, bonjour Pacifica
Il y a de gros changements au sein du groupe FCA. Ils ne vous sauteront pas immédiatement au visage. Mais lorsqu’on voit la marque abandonner pour 2017 son plus petit modèle, soit la Chrysler 200 fraichement redessinée de 2014, et finir d’écouler son inventaire de Town & Country, il y a de quoi se poser des questions sur la direction que prendra la marque Chrysler. Après cet assassinat, il ne reste plus que la Chrysler 300. Heureusement, on vient épater la galerie avec un produit qui ne fait malheureusement jamais grand éclat par sa nature propre: une minifourgonnette!

Nous assistons donc à une période charnière chez Chrysler, et la plateforme de ce nouveau produit est prometteur, pas seulement pour eux, mais également pour tout le groupe FCA.

Redessinée, entièrement, pour les papas
Ici, c’est bien au-delà d’une mise à jour de la calandre ou de la ligne des phares. C’est l’ensemble de la plateforme qui s’est vue revisitée. Pour renforcer l’idée de nouveauté, l’équipe marketing a même préféré changer le nom. Si Town & Country est compréhensible et populaire chez nos voisins du sud. Le véhicule bénéficie maintenant d’un nom un peu plus versatile, peu importe la langue parlée en Amérique.

Mais ce qui nous intéresse maintenant, c’est que l’ensemble peut devenir le moyen de transport préféré de la « Soccer mom », mais également du papa bricoleur. La versatilité dans l’habitacle et la facilité à y accéder. Une fois les sièges rabaissés dans le très fameux format « Stow’n Go » que l’on connait de la Dodge Grand Caravan, on obtient un fond plat et suffisamment de dégagement pour y faire entrer des feuilles de contreplaqués de 4’X8’. Oui, maintenant votre fourgonnette peut être votre « pickup » familial, et ce jusqu’à 64 feuilles de plywood.

Réunir ce qu’on aime
L’aspect extérieur, grâce à la fenestration enveloppante et aux jantes de 20 pouces, offre un aspect qui s’approche davantage de celui des VUS actuels. On ne pourra berner entièrement les consommateurs, mais l’ensemble est très réussi. Tout particulièrement la lunette arrière qui s’étend sur les piliers arrière. Il s’agit toutefois d’un leurre en matière de visibilité, puisque la vitre noircie cache de solides piliers du châssis.

La conduite également n’a rien de celle de la minifourgonnette. Le moteur Pentastar de 3,6L de 287cv et 262lbpi mène une plateforme qui s’est vue rigidifiée et bien balancée, une direction rapide (malgré le point mort en position neutre), un système de suspension revisité et très doux. Le dispositif de suppression de bruits dans l’habitacle offre l’impression d’être au volant d’une voiture sedan. Nous étions quelques sceptiques lors de la présentation offerte par les représentants Chrysler, mais on peut dire qu’ils ont visé dans le mille. Au volant, on n’a absolument pas l’impression de conduire une minifourgonnette classique.

Drôle de mélange? Conduire une fourgonnette, au comportement routier de voiture intermédiaire, et au look d’un VUS dernier cri. Chapeau à Chrysler, c’est réussi!

Éventuellement, la Chrysler Pacifica sera également offerte avec une motorisation hybride rechargeable. On annonce une autonomie tout électrique de 48km, rechargeable en deux heures seulement. Incluant un réservoir d’essence plein, cela vous donne une autonomie théorique de 853km!

L’ombre au tableau
La seule chose qui me retiendrait d’acheter ce véhicule, c’est la boite de vitesse à neuf rapports. Introduite en 2014 avec le Jeep Renegade, puis reprise dans la Fiat 500X. Elle a présenté beaucoup de problèmes dans les premiers mois de sa mise en marché.

La synchronisation de cette boite est pénible. Tout simplement. On a l’impression que l’ordinateur de la voiture ne sait pas quoi faire d’autant de choix. Il y a un décalage évident lors des demandes d’accélération ou de changement de direction avant-arrière. ( Et c’est ainsi que nous avons abîmé un parechoc tout neuf en tentant d’éviter une barrière de stationnement qui s’ouvrait sur nous)  

Pourtant, les boites à multiples rapports ne sont pas que des ratés chez le groupe FCA. Il suffit de penser à la délicieuse huit rapports que l’on retrouve dans la Dodge Charger. Mais en matière de neuf rapports, je crois qu’il faudra laisser plus de temps aux ingénieurs pour régler son fonctionnement et quelques années pour voir quels problèmes en ressortent. Ce qui est dommage, c’est que vous n’avez pas de choix de boite de vitesse avec la Chrysler Pacifica, alors que Jeep et Fiat permettent un choix de boite manuelle pour contourner la terrible neuf.

Une minifourgonnette de luxe
Ça, c’est la partie qui accroche un peu l’oreille, n’est-ce pas? On n’a pas tendance à penser que Chrysler est une marque de prestige, du moins, pour tous ceux qui ne connaissent que les vingt dernières années du constructeur. Dans un groupe où Jeep garde les clés du royaume du hors-route, Fiat celles de la charmante Européenne, et Dodge de l’abordable familiale Américaine et du muscle car performant jusqu’à la moelle. Où est la place de Chrysler? L’introduction de cette nouvelle plateforme semble crier tout haut que FCA est en voie de rendre à Chrysler le glam qu’elle a perdu.

Avec un prix de départ de 43 995$, il y a de quoi parler prestige. Tout particulièrement quand on sait que Mercedes a annoncé sa future minifourgonnette, la Mercedes Metris, à compter de 29 945$ chez nos voisins américains.

Pour ce montant, le véhicule en entrée de gamme comprend la clé intelligente, la caméra de recul, le système de frein d’urgence électrique. Mais elle comprend également une pléthore d’équipements que l’on retrouvait dans la défunte Town & Country, seulement, à 2000$ de moins. On parle par exemple des sièges avant chauffants, d’écran pare-soleil intégrés à toutes les vitres, de l’ouverture et verrouillage électrique des portières, et de l’extraordinaire démarreur à distance. Dès le départ, la Chrysler Touring-L a ce qu’il faut pour vous rendre la vie tellement facile. Et en option, huit places assises.

Ensuite, la déclinaison Touring-L Plus à 46 995$ est très certainement celle à privilégier entre les trois. Elle ajoute des éléments que la famille adore, comme le dispositif de surveillance d’angles morts, le volant chauffant et la 2e rangée de sièges chauffants, les ports USB aux 2e et 3e rangées, et la possibilité d’ajouter le système de cinéma et audio.

Plonger dans la déclinaison Limited, pour 52 995$ devient alors de l’abus, à moins que vous ne puissiez pas vivre sans des rétroviseurs chromés, l’aspirateur intégré et une « super console et porte-gobelets lumineux ». Sérieusement, c’est écrit tel quel dans la fiche de description.

Tenez compte que le régulateur de vitesse adaptatif fait partie des options tout comme le super toit ouvrant panoramique triple, que vous vous payiez une fourgonnette à 47 ou 53 000 patates!

 

Fiche technique

Nom : Chrysler Pacifica 2017

Prix de base : 43 995$

Configuration : Véhicule à  roues motrices avant avec motorisation à l’avant

Mécanique : 6 cylindres Pentastar de 3,6 litres

Puissance/couple : 287 ch./ 262 lb-pi

Transmissions : Automatique à neuf rapports

Consommation d’essence annoncée : 8,4L/100 km (mixte)

Concurrence: Toyota Sienna, Honda Odyssey, Kia Sedona 

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs