Fred Mercier

Ford C-Max Energi : Vivre avec une hybride branchable

Conduire une voiture électrique n’est peut-être pas encore à la portée de tous, mais les modèles hybrides branchables représentent assurément une bonne option en attendant.

Ford C-Max Energi

Fiche d'appréciation

Cote d'ensemble:

7/10

Forces et faiblesses:

  • Consommation d’essence intéressante
  • Insonorisation impressionnante
  • Excellente visibilité
  • Autonomie électrique limitée
  • Espace coffre amputé par la batterie
  • Prix élevé

Cote de l'auteur:

  • Consommation: 8/10

  • Équipement: 7/10

  • Prix: 6/10

  • Apparence: 7/10

  • Confort à l'avant: 7/10

  • Confort à l'arrière: 7/10

  • Comportement: 7/10

  • Performance: 6/10

  • Rangement: 4/10

Pour plusieurs, la voiture électrique n’est encore qu’un rêve. La technologie est trop chère et l’autonomie limitée demeure problématique.

En attendant une réelle électrification des transports, il y a les modèles hybrides branchables. Comme la Ford C-Max Energi.

Équipée d’une batterie qui lui permet de se déplacer en mode 100% électrique sur une trentaine de kilomètres, la C-Max est aussi propulsée par un moteur à essence de quatre cylindres de 2,0 litres.

Quand l’autonomie électrique du véhicule est épuisée, le moteur thermique se met en marche, travaillant de concert avec la batterie pour faire passer la voiture d’une électrique à une hybride.

En théorie, c’est le meilleur des deux mondes. Mais en pratique?

Trop faible autonomie

Avec une pleine recharge, la C-Max Energi vous offre à peu près 30 kilomètres d’autonomie. C’est du moins ce que j’ai obtenu durant mon essai. Si vous conduisez comme un moine et que vous avez le vent dans le dos, vous vous rendrez peut-être à 40.

Pour bien des gens, c’est une distance trop courte pour réussir à faire l’aller-retour entre la maison et le travail. Pour certains, c’est même insuffisant pour se rendre au boulot sans que le moteur à essence se mette en marche.

C’est là la plus grande faiblesse de la C-Max. Son autonomie fait pitié. Comparez-là à celle de la Chevrolet Volt (80 km) et vous verrez que la différence est majeure.

Malheureusement, une si faible autonomie n’est pas propre à la C-Max, et c’est assurément l’un des éléments qui font en sorte que les véhicules hybrides branchables sont encore aussi marginaux.

Au moins, avec une borne de recharge de 240 volts pouvant être installée à la maison, la C-Max peut être rechargée à 100% en deux heures et demi.

Quand elle n’est pas rechargée, la C-Max se comporte comme une hybride, ce qui lui permet tout de même une consommation d’essence très acceptable pour un véhicule de ce gabarit.

Après près de 2000 kilomètres parcourus à bord de la C-Max, j’ai compilé une moyenne de consommation de 6,6 L/100 km. Si vous ne parcourez que de courtes distances et que vous avez accès à une borne de recharge, votre consommation pourrait toutefois baisser drastiquement.

Une voiture comme une autre

Mis à part sa motorisation marginale, la Ford C-Max se conduit comme n’importe quelle voiture à la seule exception que la décélération du véhicule se veut plus prononcée lors du relâchement de la pédale d’accélérateur.

La raison est simple: on utilise l’énergie produite par la décélération pour envoyer du jus à la batterie. Le même principe est appliqué sur à peu près toutes les voitures hybrides et électriques, de la Nissan Leaf à la Tesla Model S en passant par la BMW i3.

Pour le reste, la C-Max est vraiment une voiture comme une autre, avec ses qualités et ses défauts.

En prenant place à bord, on apprécie tout de suite l’excellente visibilité créée par les grandes pièces vitrées et par la position de conduite plutôt haute.

On apprécie aussi la très bonne insonorisation quand on roule à plus haute vitesse, un fait plutôt surprenant pour un véhicule aussi trapu.

Dans la colonne des points négatifs, mentionnons l’espace très limité dans le coffre arrière, amputé par la grosse batterie.

Mention honorable aussi au système GPS de Ford, qui a vraiment battu des records d’insignifiance en me dictant des commandes du genre «Dans deux miles, 250 mètres, un kilomètre». Je sais, ça ne veut absolument rien dire. Très décevant pour un véhicule dont la facture frôle les 40 000$.

Ça, évidemment, c’est avec toutes les options, frais de livraison, etc. La version la moins onéreuse de la C-Max 2016 est à vous pour 27 699$. À ce prix-là, la motorisation est hybride, mais pas branchable.

Si c’est la version Energi hybride branchable qui vous intéresse, le prix plancher est à 31 999$. À noter que vous pourrez bénéficier d’un bon rabais gouvernemental pour l’achat d’un véhicule vert qui rendra la facture plus facile à avaler.

Conduire une voiture électrique n’est peut-être pas encore à la portée de tous, mais les modèles hybrides branchables représentent assurément une bonne option en attendant.


Fiche technique

Nom : Ford C-Max Energi 2016
Prix de base : 31 999$
Prix du modèle à l’essai 38 329$
Configuration : Véhicule à roues motrices avant avec motorisation à l’avant
Mécanique : Moteur à 4 cylindres de 2,0 litres à cycle Atkinson
Puissance/couple : 141 ch/ 129 lb-pi
Transmission : Automatique à variation continue (CVT)
Consommation d’essence annoncée : 5,6 L/100 km (ville) 6,4 L/100 km (route)
Consommation d’essence observée : 6,6 L/100 km
Garantie de base : 3 ans/60 000 km
 

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs