Francis Lalonde

On a conduit le QX30 2017, le petit nouveau d'Infiniti

Infiniti mettra en vente son nouveau multisegment d'ici les prochaines semaines à venir.

Infiniti QX30 2017

Fiche d'appréciation

Cote d'ensemble:

8/10

Forces et faiblesses:

  • Très beau design
  • Bonne maniabilité
  • Manque de confort à l'avant
  • Clé intelligente à revoir

Cote de l'auteur:

  • Confort à l'avant: 7/10

  • Confort à l'arrière: 7/10

  • Consommation: 8/10

  • Équipement: 8/10

  • Comportement: 8/10

  • Apparence: 9/10

  • Performance: 8/10

  • Rangement: 7/10

Depuis plusieurs mois déjà, Infiniti se revampe avec la mise en place d’une nouvelle touche esthétique qui se reflète dans l’ensemble de sa gamme de véhicules. L’an dernier, le constructeur nippon réinventait la QX50 afin d’attaquer de plein fouet le segment des VUS luxueux qui ne cesse de croitre d’année en année. D’ici quelques semaines, la bannière japonaise proposera aux consommateurs nord-américains un tout nouveau produit, le QX30 2017. Le multisegment, qui est construit en partenariat avec Daimler, sera vendu sous trois déclinaisons, dont une à quatre roues motrices.

QX30 ou GLA ?

Les passionnés d’automobile auront sans doute remarqué que le design de la QX30 ressemble beaucoup à celui de la Mercedes-Benz GLA, et avec raison. Les deux voitures sont construites sur la même plateforme, en plus de partager la même motorisation, transmission et suspension.

Il faut cependant mentionner que ces trois derniers éléments mécaniques profitent d’une configuration qui est propre à la marque Infiniti. Le moteur quatre cylindres turbocompressé de 2,0 L, lié à une transmission automatique à double embrayage de sept rapports, développera 208 ch ainsi qu’un couple de 258 lb-pi. Ces performances sont exactement les mêmes que celles offertes par la GLA.

Le multisegment d’Infiniti propose toutefois un accélérateur revu dont le temps de réponse serait quelque peu amélioré, alors que d’autres ajustements ont aussi été apportés à la boite de transmission. Difficile de voir lors de cet essai d’une journée une différence notable de ce point de vue entre le modèle d’Infiniti et de Mercedes-Benz.

Design extérieur

La différenciation entre les deux véhicules se fait principalement par l’entremise de l’esthétisme extérieur et intérieur. Le QX30 présente, entre autres, des phares avant et des feux d’arrêt à la forme plus arrondie, en plus d’intégrer une grille avant pourvue d’un design plus rectangulaire.

L’autre démarcation majeure se situe au niveau du pilier arrière (C Pillar) grâce à la mise en place d’une finition à la forme d’un croissant inversé. L’on retrouve d’ailleurs cette même touche esthétique sur le QX60.

Les modèles QX30 et QX30 AWD (ratio 50/50) seront chaussés sur des roues en jante d’aluminium de 18 pouces, alors que l’édition QX30 Sport sera équipée de roues de 19 pouces. Le modèle à quatre roues motrices aura une garde au sol de 7,9 pouces (6,7 pour l’édition de base), alors que celle de la déclinaison sportive sera de 6,1 pouces.

Ajustements mécaniques

Point de vue mécanique, les trois véhicules auront le même groupe motopropulseur. La QX30 Sport proposera cependant une suspension plus rigide de 7 %. De son côté, la QX30 AWD équipera des suspensions avec une rigidité augmentée de 3 % ainsi qu’une barre antiroulis 85 % plus rigide.

Design intérieur

C’est sans aucun doute le design intérieur du QX30 qui le distingue le plus de son pendant allemand. Le tableau de bord présente des sorties d’air aux formes plus rectangulaires, tandis que l’écran tactile de sept pouces marque l’autre grande distinction.

Les sièges en cuir, pourvu de supports lombaires pour aider à réduire la fatigue, affichent eux aussi un cachet propre à Infiniti. En somme, l’intérieur du QX30 présente à mon avis une finition plus classique et plus discrète, ce qui a su me plaire.

Équipements et options

Trois groupes d’équipements seront offerts aux consommateurs. Le groupe Premium (QX30 et QX30 AWD), ajoutera entre autres le système de navigation, une chaine stéréo BOSE de 10 haut-parleurs, l’aide au stationnement ainsi qu’un toit panoramique.

L’ensemble Technologique proposera l’avertisseur de collision avant avec freinage assisté, l’avertisseur de maintien de voie, un système actif de l’éclairage avant (AFS), l’avertisseur d’angle mort, l’adaptateur de vitesse intelligent et des lumières d’ambiance DEL pour l’intérieur.

Finalement, le groupe Sport offrira une façade avant et arrière plus sportive, un volant sport aminci ainsi que des sièges en cuir nappa avec appui-tête intégré.

Pour l’instant, bien des détails demeurent toujours sous le couvert de l’anonymat. L’on ne connaît pas encore les prix de vente exacts, ni les capacités de remorquage, ni les consommations d’essence des trois différentes éditions. Lors de mon essai, j’ai pu noter une consommation moyenne de 7,6 L/100 km pour le QX30 Sport, ce qui est très similaire à ce que propose la GLA.

Appréciation et conduite

Quelques petits éléments ont accroché mon attention, comme le fait qu’il n’y ait pas de clé intelligente pour l’ouverture des portières, peu importe le groupe d’option choisi. Il faut débarrer les portes manuellement, et ce, même lorsque l’on éteint le moteur et que l’on veut sortir du véhicule.

Quant à elle, la fonction Stop/Start est plutôt brusque. L’on sent avec certitude que le moteur redémarre et je vais vous avouer que ça finit par me déranger. C’était aussi la même chose lorsque j’ai essayé la GLA. Si vous êtes comme moi, vous n’aurez tout simplement qu’à désactiver la fonction.

Je déplore aussi le fait qu’il n’y ait pas de place prévue spécifiquement pour le rangement du cellulaire afin que celui-ci demeure à portée de main. Infiniti n’est toutefois pas la seule bannière à blâmer en ce sens, tandis que l’ensemble des constructeurs de véhicules de luxes semble oublier que l’on est bel et bien à l’air du 2.0.

Pour ce qui est de la conduite, je n’ai tout simplement rien à souligner contre le nouveau véhicule d’Infiniti, si ce n’est que j’ai préféré le comportement du modèle Sport par opposition au modèle AWD. J’ai trouvé que la suspension du quatre roues motrices manquait un peu de mordant. Néanmois, ce n’est rien de dramatique. Dans son ensemble, la gamme QX30 propose une belle maniabilité et assez de puissance pour une conduite au jour le jour.

Comme je l’ai déjà indiqué, c’est au niveau de la finition intérieure et extérieure que le QX30 marque le plus de points lorsqu’on le compare au GLA. Je trouve la finition intérieure plus classique et plus sobre, alors que j’aime bien la forme arrondie des phares avant. Encore là, tout est question de gout ici.

 

Fiche technique

Nom : Infiniti QX30 2017

Prix de base : À venir

Configuration : Véhicule à traction avant ou quatre roues motrices

Mécanique : 4 cylindres turbo compressé et transmission automatique à 7 rapports

Puissance/couple : 208 hp/258 lb-pi

Consommation d’essence : À venir

Garantie : 4 ans/100 000 km + 6 ans/110 000 km motopropulseur

Concurrence : Mercedes-Benz GLA, BMW X1, Audi Q3

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs