Formula One passe aux mains du groupe Liberty Media pour 4,4 G$

C’est fait, Bernie Ecclestone cède la propriété de Formula One au grand groupe médiatique américain Liberty Media corporation dirigée par John C. Malone. Le Britannique demeure toutefois PDG de Formula One.

Formule Un

vente

La nouvelle est tombée mercredi soir, la compagnie à la tête des courses F1 est vendue au groupe américain Liberty Media corp., pour la somme de 4,4 G$ en liquide et en actions.

La nouvelle direction de Formula One sera occupée par le Chase Carey au poste de président, succédant à Peter Brabeck-Letmathe qui demeurera sur le conseil de direction. Quant à Bernie Ecclestone, le bouillant patron, demeure PDG de Formula One. Le siège social de l’organisation ne bouge pas d’un pouce, à Londres.

Situé au ColoradoLiberty Media est un grand groupe médiatique dirigé et détenu par John C. Malone. Si vous ne connaissez pas Liberty, vous connaissez sans doute la radio satellite SiriusXM, le club de baseball les Braves d’Atlanta (ainsi que leur stade) et possède des intérêts dans Time Warner, le groupe Viacom, la chaîne payante Starz et bien d’autres.

Cette transaction de 4,4 G$ porte ainsi la valeur totale (100 % des parts) de Formula One à près de 8 G$ US. Liberty Media détiendra 35% du capital, alors que le reste, 65%, demeurera dans les mains de divers partenaires, comme CVC.

En 2006, CVC Capital Partners, une firme londonienne, avait acquis une prise de contrôle majoritaire dans le capital de Formula One.

Si le groupe de John Malone voit du potentiel dans la Formule Un, c’est qu’il estime faire des gains dans le marché médiatique sportif en Amérique du Nord.

Une des embûches qui aurait retardé la transaction fut les accusations de corruption et de fraude à l’encontre de Bernie Ecclestone. En 2014, la justice allemande s’est entendue avec Ecclestone pour laisser tomber les accusations contre un paiement de 100 millions $.

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs