Quand les voitures sont mises à jour comme un téléphone

GM et Tesla ont ceci en commun, toutes les deux, mais surtout la seconde, ont instauré la maintenance à distance de leurs voitures par téléchargement d’une mise à jour logicielle.

Mises à jour logicielles

De plus en plus, les voitures ressembleront à de gros téléphones intelligents que l’on maintient à jour à l’aide de téléchargements logiciels par Wi-Fi depuis son propre réseau domestique sans fil ou par réseau cellulaire.

Et c’est déjà la réalité, surtout chez Tesla qui peut d’ores et déjà mettre à jour la gestion électrique des Model S e Model X, mais aussi celle du système Autopilot, le système de conduite semi-autonome. Au rythme où les systèmes de conduite autonome sont améliorés, le nombre de mises à jour logicielles ira en forte augmentation.

Avec le nombre de voitures électriques allant en s’accroissant, lesquelles ne nécessitent pratiquement aucun entretien mécanique, mais qui nécessitent des améliorations continues tant du point de vue de la gestion que du divertissement, les nouvelles fonctions s’installeront directement dans votre voiture, pendant que vous dormez!

On a vu pas plus tard qu’hier Tesla allait transmettre une importante mise à jour, la version 8.0, vers chacun des systèmes Autopilot pour améliorer sa performance et sa sécurité. Tesla met à jour ses voitures depuis 2012.

Outre Tesla, GM fait figure de précurseur avec OnStar, son système d’assistance routière et d’infodivertissement, qui est mis à jour par réseaux cellulaires depuis 2009. Depuis quelques années, les forces de police peuvent exiger qu’une voiture GM (si équipé d’OnStar) soit ralentie pour interception.

BMW, Mercedes et Volvo peuvent elles aussi envoyer des mises à jour d’applications et de cartographie directement à certains de leurs véhicules les plus récents.

Le journal New York Times écrit que le nombre de véhicules qui accepteront des mises à jour logicielles à distance augmentera de un à 34 millions en 2022, selon les chiffres de la firme de consultants IHS Markit.

Meilleures performances sur la route

Comme on l’a vu à quelques reprises, Tesla est en mesure d’aller chercher des centièmes de secondes en accélération pure pour ses modes Ludicrous en peaufinant la gestion électrique de l’antipatinage, question de narguer les supercars qui osent se frotter à une Model S P90D ou P100D. Ou encore d’introduire de nouvelles capacités comme le stationnement automatique avec Summon.

Comme un téléphone intelligent, la voiture de demain sera mieux équipée et plus performante au fur qu’elle prend de l’âge. Alors qu’en ce moment, avec les voitures actuelles, c’est le contraire.

Pour les propriétaires de voitures, c’est dans l’ensemble une bonne nouvelle. Une voiture améliorée sans avoir à défrayer des coûts et des déplacements chez le concessionnaire.

Par contre, certaines nouvelles fonctions pourront nécessiter un abonnement, une façon pour les constructeurs d’obtenir de nouvelles sources de revenus. Ou encore ils pourront proposer des applications en option comme ils offrent des caractéristiques supplémentaires moyennant un prix.

Tesla utilise déjà ce système d’options à la carte, par exemple, il faut payer 3000 $ pour activer Autopilot, même si le système est déjà installé dans la voiture.

Suivi à distance à la Big Brother

Ces capacités télématiques peuvent également servir aux constructeurs pour suivre tous ses véhicules pour enregistrer l’endroit, la manière de conduite, et ainsi collecter des données à des fins publicitaires.

La technologie Smart Driver de GM par exemple permet de pister et d’analyser les caractéristiques de conduite pour suggérer des comportements pour réduire la consommation.

Ultimement, dans un monde idéal, nous pourrons mettre à jour non seulement les systèmes logiciels, mais aussi mettre à niveau le matériel. Mais cela reste une tout autre histoire.

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs