Voici les 4 grands défis des voitures autonomes

Bien qu’elles sont technologiquement très avancées, les voitures autonomes éprouvent de nombreuses difficultés à certains endroits, comme les ponts qui les déboussolent complètement!

Cas complexes à gérer pour une voiture autonome

Ça bouge fort dans le domaine des voitures autonomes. Hier, le gouvernement américain a donné son aval avec son lot de mesures et normes à respecter.

Uber a lancé à Pittsburgh un vaste projet d’essai de voitures autonomes qui démarre à la fin du mois. Et que retrouve-t-on dans cette ville de Pennsylvanie? Des ponts, beaucoup de ponts. Cette ville en compte 500 !

Pour montrer aux journalistes américains les capacités des Volvo guidées par la technologie d’Uber, l’ingénieur ou le journaliste a dû à chaque fois prendre manuellement les commandes pour traverser un pont.

Les ponts

Malgré le recours aux données de position GPS, l’absence d’environnement de chaque côté de la route sur un pont (comme des immeubles) donne des maux de « tête » aux logiciels de conduite.

Autre difficulté, l’imposante infrastructure de poutres au-dessus et de chaque côté de la voiture déroute les capteurs qui ne savent pas comment les interpréter.

Les humains

Les comportements des autres usagers de la route sont aussi des éléments imprévisibles. La technologie est incapable de prédire le comportement des humains qui ne respectent pas toujours les règles comme la ligne double sur la chaussée ou qui empruntent un sens unique à contresens. Une des pistes de solution consisterait à équiper les voitures de systèmes de communications voiture-voiture. Mais cette mesure ne deviendrait efficace que si un très grand nombre de véhicules en sont équipés.

Les détours

Autre cas complexe mentionné par le New York Times, les routes en construction et les détours rendent obsolètes les cartes informatiques 2D et 3D les plus récentes. Les systèmes des voitures comparent en temps réel les données cartographiques avec celles des différents capteurs. Quand ça ne concorde plus, on passe en manuel.

Les nids-de-poule

Malgré les lasers, les caméras d’imagerie HD et autres radars laser, les nids-de-poule sont difficiles à cerner sur la route. Parce qu’ils reposent sous la surface de la route, les systèmes hésitent : est-ce rempli d’eau, un trou, une simple tache d’huile ou de l’asphalte fraîchement déposé dans le trou par les employés de la voirie? Parfois, une voiture autonome va soudainement ralentir à la vue d’une tache foncée sur la route à cause d’un nid-de-poule. Bref, ombre ou trou, il faudra aux systèmes autonomes recourir davantage au lidar (laser radar) ou encore recourir aux communications voiture-voiture pour y remédier.

D’autres difficultés devront être résolues, comme le mauvais marquage des routes ou des situations exceptionnelles pour rendre les voitures autonomes aussi sûres que les experts le disent.

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs