Fred Mercier

Scandale Volkswagen: Un an plus tard, toujours pas de réponses

Il y a un an jour pour jour, Volkswagen se faisait prendre dans ce qui allait devenir l’un des plus grands scandales de l’histoire de l’automobile.

VW Tricherie antipollution

Il y a un an jour pour jour, Volkswagen se faisait prendre dans ce qui allait devenir l’un des plus grands scandales de l’histoire de l’automobile.

Le 21 septembre 2015, le constructeur allemand admettait avoir développé un système de trucage lui permettant de trafiquer ses moteurs diesel pour que ceux-ci puissent passer les tests d’émissions polluantes de l’EPA (Environmental Protection Agency) tout en polluant beaucoup plus que ce qui était prévu par la Loi.

En gros, un système intégré au moteur lui permettait de détecter s’il se retrouvait en situation de test ou non. Lorsqu’il l’était, le catalyseur se resserrait pour respecter les normes en vigueur. Lorsqu’il ne l’était pas, le il pouvait polluer jusqu’à 40 fois plus que ce qui était permis par l’EPA.

Rapidement, le moteur TDI à quatre cylindres de 2,0 litres des modèles Volkswagen de 2009 à 2015 a été pointé du doigt. Quelques jours plus tard, le V6 TDI de 3,0 litres a aussi été pris en faute. Le «Dieselgate» était né.

Depuis un an, donc, Volkswagen ne vend plus aucun modèle à motorisation diesel en sol nord-américain. Et les propriétaires des voitures prises en défaut, eux, attendent toujours de savoir comment ils seront indemnisés.

Un dédommagement à prévoir

Dans les faits, si vous possédez une Volkswagen TDI de 2009 à 2015, votre vie n’est pas chambardée. Votre voiture démarre encore le matin et son comportement routier n’a pas changé du jour au lendemain.

Seulement, vous vous retrouvez avec une voiture beaucoup plus polluante que ce vous pensiez entre les mains. Une voiture qui risque d’être plus difficile à revendre, aussi.

Pour le moment, tous les consommateurs canadiens visés par ce scandale ont reçu une carte cadeau de 1000$ en guise de compensation. 500$ peuvent être dépensés chez Volks, et 500$ où bon leur semble.

Rien n’est encore confirmé, mais d’autres dédommagements pourraient bien venir pour les propriétaires touchés.

Aux États-Unis, là où le scandale a pris naissance, Volkswagen est toujours en discussion avec les autorités pour convenir des mesures qui seront entreprises pour indemniser les consommateurs.

Comme tout ça est encore en procédures, les informations transmises au public sont dévoilées au compte-gouttes. Ce qu’on sait, c’est qu’on vise une entente pour le 18 octobre.

Cette journée-là, Volkswagen USA et le gouvernement américain espèrent finalement pouvoir annoncé ce qui sera entrepris. Selon Thomas Tetzlaff, directeur des relations publiques chez Volkswagen Canada, une annonce canadienne devrait venir quasiment simultanément.

Compensation financière plus importante? Réparation des véhicules lésés? Crédit d’achat sur un nouveau véhicule? Difficile de dire ce qui attend les consommateurs canadiens impliqués dans cette affaire.

Un an après le scandale, on peut commencer à se demander ce qui prend autant de temps...

Un mensonge qui coûte cher

Depuis les révélations sur son système de tricherie, Volkswagen s’est engagé à verser des milliards de dollars en compensations financières  à différentes entités gouvernementales.

Un des ingénieurs impliqué dans l’affaire a même récemment plaidé à des accusations criminelles aux États-Unis. Le gouvernement américain n’aime vraiment pas se faire mentir...

Depuis le scandale, Volks n’a toujours pas recommencé à commercialiser des moteurs diesel en territoire nord-américain. Et le discours du constructeur a bien changé depuis l’automne dernier.

Quelques semaines après le scandale, Volkswagen assurait qu’il cherchait à trouver une solution pour ramener ses moteurs TDI dans son alignement. Aujourd’hui, on ne se gêne plus pour dire que l’ère du diesel est peut-être morte et enterrée.

Avant le Dieselgate, les produits à moteur diesel frôlaient les 20% des ventes totales chez Volks en Amérique du Nord. Pas besoin de vous dire que le chiffre d’affaires du constructeur allemand en a pris pour son rhume depuis un an.

À l’échelle mondiale, toutefois, les ventes de Volkswagen sont demeurées plutôt stables.

Visiblement, certains consommateurs ont déjà pardonné à Volkswagen ses écarts de conduite. Pour d’autres, ça prendre un peu plus de temps...

Pour toutes nos nouvelles au sujet de Volkswagen, c'est ici!

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs