Fred Mercier

Toyota Prius Prime 2017: Sans essence, mais pas pour longtemps

Avec une technologie hybride branchable et le look d’un vaisseau spatial, la Prius Prime n’est pas une Toyota comme les autres. Vraiment pas.

Toyota Prius Prime 2017

Fiche d'appréciation

Cote d'ensemble:

8/10

Forces et faiblesses:

  • Consommation d’essence dure à battre
  • Équipement de série complet
  • Qualités routières honnêtes
  • Autonomie électrique limitée
  • Style pas pour tout le monde
  • Prix encore inconnu

Cote de l'auteur:

  • Consommation: 9/10

  • Équipement: 8/10

  • Apparence: 5/10

  • Confort à l'avant: 7/10

  • Confort à l'arrière: 7/10

  • Comportement: 8/10

  • Performance: 6/10

  • Rangement: 7/10

Avec une technologie hybride branchable et le look d’un vaisseau spatial, la Prius Prime n’est pas une Toyota comme les autres. Vraiment pas.

Construite à partir du châssis de la Prius de quatrième génération, la Prius Prime peut parcourir 35 kilomètres en mode tout électrique, sans brûler une goutte d’essence.

Et quand on dit 35 kilomètres, c’est très conservateur. C’est l’autonomie électrique officielle annoncée par Toyota, mais lors de notre essai, nous avons réussi à franchir la barre des 40 kilomètres sans efforts. 

Il s’agit là d’une nette amélioration par rapport à la génération précédente de la Prius branchable, mais on est encore loin des 80 kilomètres annoncés par la Chevrolet Volt, son plus féroce rival. Avantage Chevrolet.

Écolo, mais pas ennuyante

Cette autonomie électrique provient d’un système de batteries lithium-ion de 8,8 kWh, qu’on peut d’ailleurs aussi retrouver dans certaines versions de la Prius «ordinaire». Une fois l’autonomie électrique épuisée, la Prius Prime est propulsée par un moteur à quatre cylindres de 1,8 litre.

On est loin d’une voiture sport, on s’entend, mais ses 121 chevaux et son comportement routier retravaillé lui permettent une certaine aisance sur la route. Tout n’est pas gris au volant de la Prius.

En considérant l’autonomie électrique, Toyota annonce une consommation d’essence théorique de 1,96 L/100 km. Sans compter les 35 kilomètres en mode tout électrique, on peut s’attendre à une consommation combinée ville/route tournant autour de 4,5 L/100 km, tout comme la Prius non-branchable. À ce chapitre, Toyota est le leader incontesté des hybrides, pas de doute là-dessus.

Si on avait été en mesure de proposer une autonomie ne serait-ce qu’un peu plus grande, la Chevrolet Volt aurait mangé une méchante claque au visage.

Un style qui détonne

On a longtemps reproché à Toyota de construire des véhicules sans âme, des modèles au design trop morose. À regarder le look de la nouvelle Prius Prime, il faudrait maintenant se demander quel genre de crack ont fumé les stylistes de la marque.

D’un pare-chocs à l’autre, la voiture hybride semble débarquée d’une autre planète. Et pas juste vue de l’extérieur.

À bord, la Prius Prime est tout aussi spectaculaire. L’utilisation de plastiques noir et blanc partout dans l’habitacle nous montre que Toyota pousse vraiment l’audace à l’extrême. Le genre de design qui est bien beau dans un Salon de l’auto, mais qui déçoit par son côté trop peu pratique.

On a tellement voulu rendre la Prius Prime excentrique à l’intérieur qu’on semble avoir oublié qu’une voiture se doit aussi d’être pratique. Les espaces de rangement sont trop peu présents à bord et la Prius Prime nous laisse vraiment cette impression que Toyota a préféré le tape-à-l’œil au rationnel.

De série, la Prius Prime est livrée avec un écran tactile de sept pouces. Certaines versions proposent également un écran vertical gigantesque de 11,6 pouces, à la manière de la Tesla Model S.

Là encore, on semble avoir priorisé le paraître. L’écran est bien beau, mais toutes ces commandes tactiles sont complexes et requièrent une trop grande attention. Ça en devient même dangereux.

Plutôt ironique de penser que le gouvernement nous interdit de consulter notre téléphone au volant, mais qu’il donne le droit aux constructeurs de commercialiser des écrans toujours plus intrusifs...

Pour pallier à ça, Toyota offre une panoplie de systèmes de sécurité active dans toutes les versions de la Prius Prime. Même dans sa livrée de base, la Prime offre ainsi un système d’alerte de changement de voie, un avertisseur en cas de collision imminente et un régulateur de vitesse adaptatif.

Vraiment, on a affaire à un véhicule franchement bien équipé. Toutefois, comme Toyota n’a pas encore révélé la gamme de prix de la Prius Prime 2017, il est difficile d’établir un comparatif avec la Volt à ce chapitre. 

Un coup d’épée dans l’eau

La Toyota Prius Prime 2017 n’arrivera pas chez les concessionnaires canadiens avant le printemps prochain. Ceux qui réussiront à passer par-dessus son look d’extra-terrestre découvriront un véhicule très bien construit.

Malheureusement, avec seulement 35 kilomètres d’autonomie électrique, les avantages que confèrent la Prime par rapport à la Prius non-branchable sont très limités. Et ceux qui veulent vraiment rouler sans essence risquent de se tourner vers la Volt, voire même vers un modèle 100% électrique...

Fiche technique
Nom : Toyota Prius Prime 2017
Prix de base : Encore inconnu
Configuration : Véhicule à roues motrices avant avec motorisation à l’avant
Mécanique : 4 cylindres de 1,8 litre assisté d’un moteur électrique de 8,8 kWh
Puissance: 121 chevaux
Autonomie électrique: 35 kilomètres
Transmission : Automatique à variation continue (CVT)
Consommation d’essence annoncée : 1,96 L/100 km (avec autonomie électrique)
Garantie de base : 3 ans/60 000 km
 

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs