Fred Mercier

Toyota 86 2017: Nouveau logo, même plaisir

La Scion FR-S change de nom cette année. En fait, elle change même de marque!

Toyota 86 2017

Fiche d'appréciation

Cote d'ensemble:

8/10

Forces et faiblesses:

  • Plaisir de conduire assuré
  • Devanture revampée
  • Transmission manuelle précise
  • Essence Super seulement
  • Places arrière symboliques
  • Peu d’espace dans le coffre

Cote de l'auteur:

  • Consommation: 7/10

  • Équipement: 7/10

  • Prix: 7/10

  • Apparence: 8/10

  • Confort à l'avant: 6/10

  • Confort à l'arrière: 2/10

  • Comportement: 9/10

  • Performance: 7/10

  • Rangement: 4/10

La Scion FR-S change de nom cette année. En fait, elle change même de marque! Après avoir annoncé la mort de Scion, Toyota s’est empressée de confirmer que sa sportive FR-S allait survivre. La voici donc, la nouvelle Toyota 86 2017.

Le chiffre 86 n’a pas été choisi au hasard. Il fait référence à un modèle mythique de la marque japonaise, la Corolla AE86. Dans le temps où la Corolla était amusante à conduire!

De nos jours, le plaisir au volant est loin d’être le premier aspect qui nous vient en tête en entrant dans un concessionnaire Toyota. Heureusement, la 86 devient l’exception qui confirme la règle.

Développée en partenariat avec Subaru (qui offre un modèle à peu près identique nommé BRZ), ce petit véhicule à roues motrices arrière est conçu pour le plaisir, et rien d’autre. Il n’est pas du tout pratique, il roule au Super, mais derrière son volant, on a le sourire fendu jusqu’aux oreilles.

Nouveau look, même moteur

Tant qu’à changer le logo sur sa FR-S/86, Toyota a pris la peine d’apporter quelques modifications à sa voiture sport.

À l’avant, le pare-chocs a été légèrement modifié, de même que les phares et les feux. On propose désormais de nouvelles roues en alliage d’un diamètre de 17 ou de 18 pouces, dépendamment de la version choisie.

Dans l’habitacle, pas grand chose de nouveau, si ce n’est que la caméra de recul est désormais offerte de série, tout comme l’écran tactile de 6,1 pouces au centre de la console.

Sous le capot, Toyota continue de faire appel au moteur Boxer à quatre cylindres à plat de 2,0 litres développé en partenariat avec Subaru spécialement pour ce modèle. Avec la transmission manuelle à six vitesses, celui-ci reçoit une légère hausse de puissance pour 2017. Les chiffres officiels passent ainsi à 205 chevaux et à 158 livres-pied de couple.

Avec la transmission automatique à six rapports, la puissance demeure à 200 chevaux, et le couple à 151 livres-pied.

Pas assez puissante, la Toyota 86?

Depuis ses débuts en 2013, le duo Scion FR-S/Subaru BRZ s’est toujours buté à la même critique. Pour plusieurs «experts», la petite voiture sport n’est tout simplement pas assez puissante pour être prise au sérieux.

Laissez-moi vous le dire tout de suite, ces gens-là n’ont rien compris.

Je vous l’ai dit plus haut, la Toyota 86 est construite pour un objectif, et un seul: Le plaisir de conduire. Pas pour être la plus rapide, ni pour impressionner vos amis avec le son de votre moteur. Et c’est parfait comme ça.

C’est l’une des rares voitures, avec la Mazda MX-5, qui continuent de privilégier un poids minimal au lieu de toujours ajouter des gadgets et compenser en augmentant la puissance. C’est  aussi l’un des uniques modèles à ne pas s’embourber de mille et une technologies aseptisantes. Avec la Toyota 86, il y a vous, la route, et c’est à peu près tout.

La 86 n’est pas très puissante, c’est vrai. Mais grâce à ça, peut faire révolutionner son petit moteur à 3000 ou à 4000 tours/minute sans nécessairement dépasser les limites de vitesse. Ça, c’est quelque chose que vous ne pouvez clairement pas faire au volant d’une Corvette de 600 chevaux. Et c’est merveilleux!

Reste que, ne serait-ce que pour attirer davantage de clients dans ses concessions, Toyota aurait tout à gagner à offrir une motorisation turbocompressée plus puissante en option à sa 86. Peut-être un jour, qui sait...

Reste qu’avec une suspension rigide, une direction précise et une boîte manuelle à rapports courts, la 86 est loin d’être ennuyante, même sans turbo.

Pas pour tout le monde

Bon, vous salivez à l’idée de prendre le volant d’une Toyota 86? Vous êtes sur le point d’appeler votre vendeur et de vous commander un exemplaire? Pas si vite!

C’est vrai, la 86 est amusante à conduire. Pour un véhicule disponible à partir d’à peine plus de 30 000$, c’est pas mal ce que vous pouvez trouver de mieux dans le créneau des sportives. Sauf que pour conduire une 86, il faut faire des compromis. Et ça, il faut bien le comprendre avant d’acheter.

D’abord, mettez une croix sur le confort. La 86 porte dur et elle n’est pas toujours facile à vivre au quotidien. Si vous avez une petite famille, pensez-y deux fois aussi. Toyota a beau se targuer d’offrir un véhicule à quatre passagers, mais en vérité, les deux places arrière ne valent rien.

Pensez aussi à la consommation d’essence. Avec la boîte manuelle, on parle de 11,3 L/100 km en ville et de 8,3 L/100 km sur route. Et on recommande fortement de mettre du Super. Ça paraît sur un budget, ça.

Encore envie de courir vers votre concessionnaire?

Si vous vous foutez des compromis, gâtez-vous. Vous tomberez en amour avec cette petite sportive japonaise.

Fiche technique
Nom : Toyota 86 2017
Prix de base : 31 535$ (frais de transport et de préparation inclus)
Configuration : Véhicule à roues motrices arrière avec motorisation à l’avant
Mécanique : Moteur Boxer à quatre cylindres de 2,0 litres
Puissance: 205 chevaux / 158 lb-pi de couple
Transmission : Manuelle ou automatique à six rapports
Consommation d’essence annoncée : 11,3 L/100 km (ville) / 8,3 L/100 km (route)
Concurrents: Subaru BRZ, Mazda MX-5, Nissan 370Z
Garantie de base : 3 ans/60 000 km
 

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs