Bien assurer les services automobiles qui révolutionnent l’économie du partage

L’économie du partage est de plus en plus populaire dans des industries qui nous touchent au quotidien, comme les transports, avec les services d’Uber et de Turo.

La Capitale

PRÉSENTÉ PAR

La Capitale Assurances générales

 

L’économie du partage est de plus en plus populaire dans des industries qui nous touchent au quotidien, comme les transports, avec les services d’Uber et de Turo.

Ce nouveau mode de vie et d’entrepreneuriat a forcé les autorités à s’y conformer et s’y adapter afin d’ajuster les lois et règlements. Mais en tant qu’utilisateurs de ces services, êtes-vous certain d’être bien assuré en cas d’incident?

«Cela n’arrive qu’aux autres»

L’idée est alléchante : louer son appartement ou sa voiture quelques jours par mois est la nouvelle façon d’arrondir ses fins de mois. Mais s’il y a bien un détail qu’il ne faut pas négliger, c’est bien celui des assurances! Heureusement, les compagnies d’assurance auto ont rapidement réagi à l’arrivée de services comme Uber et Turo et ont ajusté leurs couvertures pour protéger leurs clients dans ces nouvelles façons de se déplacer! 

Il faut savoir que lorsqu’on commence à louer ses biens d’une quelconque façon, nous sommes responsables des risques encourus par un tel acte. Dans tous les cas, ce n’est pas qu’un bien qui est mis en jeu, mais aussi la sécurité de personnes. Avant de se lancer dans une telle aventure, il faut bien s’informer!

Turo, la location de voitures 2.0

Si vous êtes propriétaire d’une voiture, vous avez probablement déjà constaté que celle-ci demeure stationnée la très grande majorité du temps. C’est de là qu’est venue l’idée de Turo : rendre votre voiture accessible au public lorsque vous ne l’utilisez pas. En plus d’un revenu additionnel, Turo est désormais un complément à l’offre actuelle de location et prêt de véhicule.

Maintenant la question qui tue! Qui sera responsable d’éventuels dommages dans le cas d’un accident? Qui couvrira le conducteur? Tout d’abord, Turo offre une assurance commerciale qui couvre le véhicule, mais pour tout ce qui touche les dommages physiques, c’est votre assurance personnelle qui prend en charge ce volet. En d’autres mots, en cas d’accident dont vous êtes le responsable, votre assurance prend le relais pour le remboursement des dommages. La morale de l’histoire, pour éviter tous types de désagréments, il est primordial d’appeler au préalable sa compagnie d’assurances pour se garantir que sa police couvre ce type de location. 

Uber, le taxi nouveau genre

Uber a été un agent de changement qui a créé beaucoup de réactions dans le monde du transport : légal ou illégal? Actuellement, le gouvernement du Québec travaille sur un projet-pilote afin de tester le service légalement, en parallèle au service de taxi traditionnel. En quelques mots, Uber permet de commander une voiture via l’application qui géocalise l’utilisateur pour déterminer quel chauffeur est le plus près de vous. À l’inverse, si vous souhaitez offrir vos services, vous recevrez des demandes de transport selon votre emplacement, en échange d’une rémunération.

Voici quand même quelques détails importants à connaître avant de s’embarquer dans un tel service. L’Autorité des marchés financiers rappelle qu’un contrat d’assurance automobile de base ne couvre pas le transport d’une tierce personne en échange d’une rémunération. C’est pourquoi les compagnies d’assurances automobiles ont ajusté le tir selon ces nouveaux besoins. Néanmoins, il est primordial de les contacter au préalable.

Partager au quotidien

Également, l’économie du partage passe par des initiatives comme car2go et Communauto. Cette dernière est établie depuis déjà plus de 20 ans et prend de plus en plus de place dans la vie des Québécois. car2go, ces petites Smart qui parcourent la ville, compte des milliers d’adeptes afin de faciliter les déplacements sur de courtes distances, principalement en milieu urbain. Bref, ce ne sont pas les alternatives qui manquent!

L’idée de partager un parc automobile est alléchante pour les gens qui n’ont pas besoin d’une voiture au quotidien et qui ont horreur de l’entretien mécanique! Communauto et car2go, propriétaires de milliers de voitures, mettent à la disposition du public des véhicules en libre-service ou en réservation pour des coûts minimes. Encore une fois, des compagnies s’assurances surveillent vos arrières avec une couverture précise aux besoins des utilisateurs. Vous pourrez donc rouler l’esprit tranquille!

Communauto et La Capitale

On peut imaginer que ce n’est pas évident d’assurer une foule de conducteurs de tous les genres et une flotte importante de véhicules. Communauto devient ainsi un beau casse-tête pour les compagnies d’assurances! Voici quelques détails bons à savoir avant de prendre le volant. Si vous êtes un conducteur de Communauto, dans un véhicule désigné de leur flotte, vous êtes automatiquement assurés quant à la responsabilité découlant des dommages matériels et corporels causés à d’autres personnes. Peu importe la situation dans laquelle vous vous trouvez, sachez que le conducteur et ses passagers ne seront jamais laissés à eux-mêmes puisque la tranquillité d’esprit et la sécurité passent avant tout.

Au-delà de l’économie

Turo, Communauto, Uber ou car2go ont tous en commun le partage des biens via une offre de service distincte. Cela s’imbrique dans l’économie du partage, mais également dans un mouvement écologique en diminuant le nombre de véhicules dans le parc automobile. D’ailleurs, les assureurs autos ont prévu une assurance particulière pour les propriétaires de voitures électriques et hybrides.

À plus long terme, on peut se demander si ce type de services de location automobiles diminuera le nombre de propriétaires de voitures au profit de modèles d’affaires comme Uber, Turo, Communauto, car2go... Ou bien il faudra simplement remettre en question le fait d’être un unique propriétaire par véhicule? Bref, beaucoup de mouvement dans l’industrie automobile!

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs