Fred Mercier

J’ai acheté une vieille Porsche et je ne l’ai jamais regretté

La Porsche 944 est un modèle qui m’a longtemps fait rêver.

Porsche 944 1986

La Porsche 944 est un modèle qui m’a longtemps fait rêver.

Bien avant d’avoir mon permis de conduire, je pouvais passer des heures sur des sites de petites annonces à analyser le marché et à imaginer qu’un jour, il y en aurait une dans ma cour.

Les années ont filé, et mes goûts en matière d’automobile ont évolué. Périodiquement, j’ai rêvé d’avoir un Jeep Wrangler, une Ford Mustang, et même un pickup. Mais ces envies n’étaient que passagères.

La Porsche 944, elle, restait toujours quelque part dans ma tête.

Et puis un jour, j’ai décidé de passer à l’acte. Je me suis payé une vieille Porsche. Je venais tout juste d’avoir 24 ans.

 

Faut dire que je suis tombé sur une perle rare. Ma perle rare. Une 944 1986 avec 150 000 kilomètres au compteur. Tellement propre que j’aurais mangé sur le moteur.

Dès les premiers kilomètres parcourus, j’ai eu le coup de foudre. Cette voiture a vieilli de brillante façon, je vous jure.

Ça se conduit comme un kart. Avec le moteur à l’avant et la transmission à l’arrière, elle affiche une répartition du poids à peu près parfaite. Ses quelque 150 chevaux peuvent sembler très timides sur papier, mais la voiture est si légère que cette puissance est bien suffisante pour procurer un réel plaisir de conduire.

«Char de riche»

Pour beaucoup de monde, le mot Porsche rime automatiquement avec millionnaire. J’ai beau expliquer que la 944 était considérée comme la «Porsche des pauvres» et qu’elle n’est équipée que d’un moteur à quatre cylindres, rien à faire.

Si un inconnu entend que j’ai une Porsche, je vois ses yeux s’écarquiller. Tout de suite, on pense que je suis plein aux as. Et ceux qui savent que je ne suis pas riche, eux, se demandent comment je fais pour me payer ça.

La réalité, c’est que plusieurs Porsche des années 70, 80 et même 90 sont beaucoup plus abordables que vous pourriez le penser. Des modèles comme la 914, la 928 et même la Boxster sont à la portée de main de beaucoup de gens. Pas juste des millionnaires.

 

En fait, j’ai payé ma Porsche moins cher que la grande majorité des voitures d’occasion sur le marché. Et vous savez quoi? Je pourrais la revendre pour le même prix que j’ai payé si je décidais de m’en départir.

Les dépenses qui restent, c’est de l’entretien.

Oui, elle a 30 ans. Non, elle n’est pas à l’abri des problèmes mécaniques. Mais si vous avez quelques connaissances de base en automobile, il y a moyen de conserver ces voitures sans avoir à aller au garage à tout bout de champ.

L’entretien est dispendieux, c’est vrai. Les pièces sont chères et les mécanos qui vont accepter de jouer là-dedans ne sont pas nombreux.

Aussi, il faut penser à se procurer une autre voiture pour les mois d’hiver. En tout cas, c’est ce que j’ai fait. Mais je vous assure que vous n’avez pas besoin de gagner dans les six chiffres pour vous permettre ça.

Nombreux sont ceux qui m’ont dit que j’allais regretter mon achat. Que je venais de me magasiner un paquet de problèmes. Ils avaient tort.

 

Je viens de terminer mon quatrième été à bord de ma 944. Depuis l’achat, j’ai parcouru 25 000 kilomètres à son bord, le sourire fendu jusqu’aux oreilles.

Je ne suis pas millionnaire et je me suis payé une vieille Porsche. Je ne l’ai jamais regretté.

Porsche 944 1986
Porsche 944 1986
Porsche 944 1986

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs