Fred Mercier

Une nuit de 6 heures peut doubler les risques d’accident

Pas besoin d’être mort de fatigue pour mettre sa vie en danger derrière le volant.

Fatigue au volant

Photographee.eu - Fotolia

Pas besoin d’être mort de fatigue pour mettre sa vie en danger derrière le volant. Même après une nuit de six heures, les automobilistes doublent quasiment leur risque d’être impliqués dans un accident de la route.

C’est du moins le résultat d’une étude menée par l’American Automobile Association (AAA). Réalisée auprès de 7234 conducteurs, celle-ci démontre que dès qu’une personne conduit après avoir passé une nuit de moins de sept heures, elle met sa sécurité et celle des autres usagers de la route en danger.

Les automobilistes ayant dormi entre six et sept heures auraient un risque d’accident 1,3 fois supérieur à celui des gens ayant dormi sept heures ou plus.

Après un sommeil de cinq à six heures, le risque est 1,9 fois plus grand qu’après la nuit de sommeil «normale». Après quatre à cinq heures, c’est 4,3 fois plus élevé. Et pour ceux qui ont passé une nuit de moins de quatre heures, le risque est 11,5 fois plus haut que pour ceux qui ont bien dormi.

Au Québec

Ces statistiques ont beau provenir des États-Unis, mais la réalité est très similaire au Québec.

À la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ, on estime que 87 décès et 8683 blessures sont annuellement imputables à la fatigue au volant.

 

À lire aussi: La fatigue au volant, un ennemi méconnu

 

Les courtes nuits de sommeil sont évidemment à pointer du doigt, mais la SAAQ vise aussi les longues périodes de temps passées en éveil.

Selon une étude justement rapportée par la Société, une personne qui a passé 24 heures d’éveil consécutif possède les capacités physiques et mentales de quelqu’un avec un taux d’alcool dans le sang de 100 mg/100 ml (0,10).

La fatigue au volant représente la troisième cause de décès et de blessures graves sur les routes du Québec, après l’alcool et la vitesse.
 

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs