Frédéric Mercier

Le Toyota C-HR débarque au Salon de l’auto de Montréal

Voilà un véhicule que vous risquez de croiser souvent sur les routes du Québec d’ici quelques mois.

Toyota C-HR

Frédéric Mercier

Voilà un véhicule que vous risquez de croiser souvent sur les routes du Québec d’ici quelques mois.

Le nouveau C-HR 2018, c’est la réponse de Toyota à la grande popularité des VUS sous-compacts, ces petits véhicules hauts sur patte. Le C-HR aura ainsi la lourde tâche de bien positionner Toyota dans une catégorie où la compétition est déjà plutôt féroce.

À son arrivé chez les concessionnaires au printemps, le petit dernier de Toyota sera propulsé par un moteur à quatre cylindres de 2,0 litres développant une puissance de 144 chevaux ainsi qu’un couple de 140 livres-pied.

 

Étrangement, Toyota ne proposera pas le rouage intégral avec ce nouveau véhicule. Seule une configuration à roues motrices avant sera proposée. Drôle de décision...

Même dans sa version d’entrée de gamme, le C-HR 2018 sera équipé d’une panoplie de technologies visant à améliorer la sécurité des occupants. L’ensemble Toyota Safety Sense comprend:

- Un système de freinage automatique en cas de collision imminente
- Un avertisseur de sortie de voie
- Des phares de route automatiques

 

Une primeur nord-américaine au Salon de l’auto de Montréal

En plus d’y exhiber son nouveau C-HR, Toyota profite du Salon de l’auto de Montréal pour présenter un véhicule bien spécial.

Pour une toute première fois en Amérique du Nord, on peut y faire connaissance avec le COMS, un petit modèle électrique pensé et conçu pour la conduite urbaine.

La Toyota COMS n’a rien d’une voiture de luxe. C’est le transport urbain motorisé dans son expression la plus simple. Elle ne peut pas aller bien loin non plus. Avec une vitesse maximale de 45 km/h et une autonomie limitée à un maximum de 50 kilomètres, elle est condamnée à un usage strictement urbain.

 

À Grenoble, en France, la COMS fait partie d’un service de voitures en libre-partage, un peu à la manière des Bixi à Montréal.

La présence de la COMS à Montréal ne signifie pas que le véhicule roulera sur nos routes de sitôt. Il démontre tout de même l’intérêt que porte Toyota au marché montréalais dans l’optique d’un éventuel partenariat avec une compagnie de libre-partage.

À suivre...

Toyota C-HR
Toyota C-HR 2018
Toyota COMS

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs