Voitures autonomes ? Non, téléguidées croit Ericsson

Et si, au lieu d’installer un coûteux système autonome complet dans chaque voiture, ces dernières étaient gérées ou téléguidées à distance avec la prochaine génération de réseaux cellulaires 5G, un tout nouveau groupe technologique s’inviterait dans la course, les opérateurs et équipementiers sans fil.

Ericsson, Telefonica

5g automobile connectée

Un tout nouveau groupe de joueurs s’invitent dans la course technologique aux voitures autonomes : les opérateurs et équipementiers de l’industrie sans fil.

Lundi, les sociétés Ericsson (grand fabricant suédois de réseaux cellulaires) et Telefonica (opérateur cellulaire espagnol) ont l’ambition d’utiliser les technologies sans fil pour mener prochainement des tests de conduite automobile.

À Barcelone, en Espagne, les deux sociétés ont fait la démonstration qu’une voiture pouvait être contrôlée à distance et déjouer les obstacles sur un parcours à 70 km du lieu de gestion en utilisant les réseaux cellulaires à Tarragona.

Cependant, la voiture n’était pas guidée par un système de navigation, mais bien par une personne aux commandes d’un système de guidage à l’occasion du congrès Mobile World, la plus grande foire industrielle du sans fil en Europe.

Le cloud automobile 5G

L’essai de conduite automobile téléguidée fut effectué pour prouver que la prochaine génération de réseau cellulaire 5G était suffisamment rapide et capable de réagir rapidement en quelques millisecondes à des décisions produites à distance.

Ericsson et Telefonica ont travaillé en partenariat avec KTH, l’Institut royal de technologie de Suède, et Idiata, une société de sécurité automobile.

La direction de Telefonica est d’avis que la gestion de conduite automobile à distance offre plusieurs applications comme le contrôle de flotte de véhicules électriques de campus ou la flotte de véhicules d’un réseau de transport public.

Le 5G en 2020

La prochaine norme sans fil 5G succédera au 4G globalement d’ici 2020 et les opérateurs cellulaires vont investir des milliards de dollars et d’euros dans la modernisation de leurs réseaux respectifs.

Si, en plus des clients et abonnés, les opérateurs pouvaient connecter des milliards d’objets connectés (dans ce qu’on appelle l’Internet de objets) et des millions de voitures, ceux-ci deviendraient de sérieux joueurs dans l’industrie automobile.

Des 29 milliards d’appareils connectés d’ici 2022, environ 18 milliards seront connectés à l’Internet des objets, selon l’équipementier cellulaire Ericsson. En 2022, la société prévoit 550 millions d’abonnements 5G dont la majorité, le quart, sera située en Amérique du Nord.

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs