Scandale diesel, Volkswagen plaide coupable aux États-Unis

Scandale, VW plaide coupable à tous les chefs d’accusation qui pesaient contre le groupe. Plusieurs conditions sont rattachées à l’entente.

Scandale diesel VW

Aujourd’hui, c’est vendredi, habituellement la journée que les grandes sociétés choisissent pour publier les plus mauvaises nouvelles les concernant – rappels de véhicules et autres –, et dans le cas de la division Volkswagen aux États-Unis, ses aveux de culpabilité dans la sombre affaire des moteurs diesel TDI truqués pour outrepasser les normes d’émissions antipollution.

Le vendredi les gens pensent davantage au congé du week-end, deux journées loin des médias où les mauvaises nouvelles ont le temps de se dissiper.

L’avocat conseiller principal, Manfred Doess, a plaidé coupable au nom du groupe VW aux États-Unis aux trois chefs d’accusation qui pesaient contre le constructeur, un aveu de culpabilité qui suit l’entente de 4,3 milliards $ avec les autorités américaines sur le trucage à grande échelle des moteurs diesel VW. Ce 4,3 G$ est le montant des amendes civiles et criminelles à payer.

La nouvelle qui était attendue depuis longtemps n’a pas remué les titres du groupe VAG  (Volkswagen Audi Group) sur les marchés boursiers européens et américains.

Le juge Sean Cox a accepté de l’avocat de VW son plaidoyer de culpabilité de conspiration en vue de commettre une fraude, faire obstruction à la justice et d’entrer des produits faussement identifiés. C’est la première fois qu’une société plaide coupable de conduite criminelle dans plusieurs cours de justice dans le monde, selon le porte-parole de VW, rapporté par l’agence Reuters.

Nouvelles obligations de VW

Selon le plaidoyer de culpabilité, le groupe VW a accepté de lancer des réformes généralisées, de mener des vérifications et une surveillance supervisées par un organisme indépendant pendant trois ans.

Outre l’amende de 4,3 G, le groupe américain VW a accepté de payer 25 G$ aux États-Unis pour dédommager les 500 k propriétaires de véhicules VW, les états, les autorités environnementales américaines et même ses concessionnaires. Au pays, VW Canada a accepté de payer 2,1 G$ pour régler la poursuite lancée par les propriétaires de véhicules TDI.

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs