Fred Mercier

La majorité des Américains ont peur des voitures autonomes

Plusieurs automobilistes américains continuent de se sentir inquiets quant à un avenir fait de véhicules autonomes.

Autonome

martialred - Fotolia

Malgré tous les investissements réalisés dans les technologies de voitures sans conducteur, une grande partie des automobilistes américains continuent de se sentir inquiets quant à un avenir fait de véhicules autonomes.

Dans une étude récemment publiée par l’American Automobile Association (AAA), on explique que 78% des Américains sondés disent avoir peur de prendre place à bord d’une voiture totalement automatisée.

Selon ces statistiques, les Baby-Boomers sont les plus réticents à cette technologie, alors que 85% d’entre eux se sont montrés défavorables à y prendre place. Même les milléniaux (73%) demeurent sur leurs gardes.

Règle générale, les femmes seraient aussi moins enclines à faire confiance à une voiture autonome que les hommes, toutes générations confondues (85% contre 69%).

 

À lire aussi: Volkswagen présente Sedric, son prototype de voiture autonome

 

L’aide à la conduite

Malgré ces chiffres peu élogieux, les conducteurs américains ont été nombreux à affirmer qu’ils désiraient des technologies d’aide à la conduite dans leur prochain véhicule. Surtout les milléniaux, qui sont favorables à ce genre de systèmes à 70%.

Les technologies d’aide à la conduite permettent au véhicule d’assister le conducteur sans nécessairement le remplacer. Les détecteurs d’angles morts, le régulateur de vitesse adaptatif et le freinage automatique en cas de collision imminente en sont de bons exemples.

 

Une question de temps, les voitures autonomes?

Malgré la réticence évidente du public, les voitures autonomes semblent être l’avenir de l’industrie automobile. L’immense majorité des décès de la route sont causées par l’erreur humaine, et tous les experts s’entendent pour dire qu’un réseau routier automatisé serait nettement plus sécuritaire.

Selon Jill Ingrassia, directrice générale de la sécurité routière et des relations gouvernementales au AAA, abonde en ce sens. «Les technologies de véhicules connectés et automatisés ont le potentiel de réduire drastiquement les risques d’accidents. Les constructeurs automobiles, les agences gouvernementales et les organisations comme l’AAA doivent continuer à travailler ensemble pour que ces nouveaux véhicules soient testés et commercialisés de façon sécuritaire.»

Encore faudra-t-il que les gens les achètent...

Voiture autonome Citroën

PSA

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs