Fred Mercier

Le Mazda CX-5 2017 est le VUS des gens qui aiment conduire

Conduire un véhicule utilitaire sport (VUS) est rarement une histoire de plaisir. La plupart des constructeurs proposent des modèles certes très pratiques, mais plutôt ennuyants.

Mazda CX-5 2017

Fiche d'appréciation

Cote d'ensemble:

8/10

Forces et faiblesses:

  • Plaisir de conduire
  • Insonorisation grandement améliorée
  • Garantie à kilométrage illimité
  • Version de base équipée d’un plus petit moteur
  • Espace de chargement limité
  • Équipement incomplet

Cote de l'auteur:

  • Consommation: 7/10

  • Équipement: 7/10

  • Prix: 8/10

  • Apparence: 9/10

  • Confort à l'avant: 8/10

  • Confort à l'arrière: 8/10

  • Comportement: 8/10

  • Performance: 8/10

  • Rangement: 7/10

Conduire un véhicule utilitaire sport (VUS) est rarement une histoire de plaisir. La plupart des constructeurs proposent des modèles certes très pratiques, mais plutôt ennuyants.

Heureusement, il y a le Mazda CX-5.

Déjà réputé pour son caractère plus dynamique que la grande majorité de ses concurrents, le CX-5 reçoit une cure de jouvence pour 2017.

Son design plutôt vieillissant est désormais remplacé par une carrosserie très fluide qui rappelle drôlement celle du nouveau CX-9, lancé par Mazda l’an dernier. Le CX-5 adopte ainsi une calandre revisitée, de nouveaux phares et de nouveaux feux qui en font, à mon humble avis, le plus beau véhicule de sa catégorie.

 

Bref, avant même d’avoir démarré le moteur, le premier contact avec le nouveau CX-5 s’annonçait prometteur.

Plus passionnel que rationnel

Une fois sur la route, la précision de la direction et l’efficacité de la transmission automatique à six rapports n’ont pas mis de temps à se démarquer. Rien de nouveau, toutefois. D’un point de vue mécanique, le CX-5 a très peu changé par rapport au modèle de 2016.

Et c’est une bonne nouvelle, parce que le comportement routier du CX-5 était déjà supérieur à celui de ses concurrents. Il le demeure.

Là où Mazda a fait des pas de géants, c’est au chapitre de l’insonorisation de son véhicule. Grande lacune de l’ancien CX-5, le nouveau venu propose un habitacle beaucoup plus hermétique qui laisse moins de place aux bruits de vents, même à haute vitesse. Un gros point faible que Mazda a finalement corrigé.

Bref, le comportement routier du CX-5 demeure son plus grand atout. Mazda se veut la marque des gens qui aiment conduire, et même ses VUS sont construits en ce sens.

Sauf qu’un VUS, c’est aussi fait pour être pratique. Et à ce chapitre, le CX-5 a encore des croutes à manger. À commencer par son espace de chargement. Dans le coffre, on a accès à 875 litres de rangement, un chiffre qui passe à 1687 litres si on abaisse la banquette arrière.

 

Pour vous donner une idée, le Honda CR-V et le Toyota RAV4 offrent tous deux plus de 1000 litres d’espace derrière la banquette et plus de 2000 litres une fois celle-ci rabattue. Le CX-5 est bien loin derrière.

Même constat à l’avant, où les espaces de rangement s’avèrent plutôt limités. C’est bien beau concevoir un habitacle joli et épuré, mais il ne faudrait tout de même pas oublier l’aspect fonctionnel du véhicule.

 

Autre ombre au tableau: l’absence de certaines commodités. Je pense entre autres au toit panoramique, qu’on n’a pas cru bon proposer. Ou bien à la compatibilité avec les systèmes Apple CarPlay et Android Auto, qui n’a toujours pas été confirmée.

Les palettes de changements de vitesses au volant brillent aussi par leur absence, même dans la version haut de gamme GT. Pour un véhicule qui se targue de séduire les amoureux de la conduite automobile, c’est plutôt ironique.

 

Un moteur de trop?

Sous le capot, le VUS japonais demeure disponible avec un moteur à quatre cylindres de 2,5 litres développant 187 chevaux et 185 livres-pied de couple. Cette motorisation fait son travail sans faille, avec une aisance qu’on retrouve difficilement ailleurs dans cette catégorie.

Toutefois, la version de base du CX-5 fait plutôt appel à un moteur de 2,0 litres de 155 chevaux, moteur qu’on peut d’ailleurs aussi retrouver dans la petite Mazda3.

Pour un VUS de ce format, on peut se questionner sur l’utilité d’offrir une motorisation aussi limitée. Il s’agit d’ailleurs d’une particularité canadienne; aux États-Unis, le moteur de 2,5 litre équipe toutes les versions.

Pourquoi donc proposer un moteur aussi timide sur le marché canadien? Pour offrir un meilleur prix de base?

À 24 900$, le CX-5 demeure effectivement l’un des véhicules les moins chers de sa catégorie. Toutefois, à ce prix-là, vous êtes pris avec le petit moteur, deux roues motrices seulement et une transmission manuelle pour combler tout ça. Oui, le CX-5 demeure disponible avec une boîte manuelle!

Pour avoir droit au moteur de 2,5 litre, il vous faudra débourser au minimum 26 300$. Et pour le rouage intégral, c’est 28 300$ pour le modèle GX, le moins équipé de la gamme.

 

Un diesel, peut-être un jour

D’ici quelques mois, Mazda compte ajouter une version diesel au CX-5. Il s’agira d’un moteur à quatre cylindres de 2,2 litres qui est déjà proposé sur d’autres marchés à travers le monde.

Ceux qui ont la mémoire longue se rappelleront que ce n’est pas la première fois que Mazda nous promet une motorisation diesel. Il y a quelques années, on nous assurait que la Mazda6 allait y avoir droit. Puis, plus rien.

Là, ça semble sérieux. On nous prédit une date de livraison vers la fin de 2017. On le croira quand on le verra...

En attendant, le CX-5 2017 ne réinvente pas la roue. Mazda ne fait qu’améliorer la recette qu’on avait déjà en place; celle d’un VUS qui mise davantage sur le passionnel que sur le rationnel. 

 

Fiche technique

Nom : Mazda CX-5 2017
Prix de base : 24 900$
Configuration : Véhicule à deux ou quatre roues motrices avec motorisation à l’avant
Mécanique : Moteur à quatre cylindres de 2,0L ou de 2,5L
Puissance/couple (2,0L): 155 ch/ 150 lb-pi
Puissance/couple (2,5L): 187 ch/ 185 lb-pi
Transmissions : Manuelle ou automatique à six rapports
Capacité de remorquage: 2000 lbs
Consommation d’essence annoncée (2,0 L FWD): 9,4 L/100 km (ville) 7,4 L/100 km (route)
Consommation d’essence annoncée (2,5 L FWD): 9,8 L/100 km (ville) 7,7 L/100 km (route)
Consommation d’essence annoncée (2,5 L AWD): 10,2 L/100 km (ville) 8,3 L/100 km (route)
Garantie de base : 3 ans/kilométrage illimité
Concurrence: Honda CR-V, Toyota RAV4, Ford Escape, Nissan Rogue

Mazda CX-5 2017

Frédéric Mercier

Mazda CX-5 2017

Mazda

Mazda CX-5 2017

Frédéric Mercier

Mazda CX-5
Mazda CX-5 2017

Frédéric Mercier

Mazda CX-5 2017

Frédéric Mercier

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs