Fred Mercier

Subaru Outback 2017: Adieu, transmission manuelle

En 2017, pour un dernier tour de piste, la transmission manuelle est offerte avec la Subaru Outback.

Subaru Outback 2017

Fiche d'appréciation

Cote d'ensemble:

8/10

Forces et faiblesses:

  • Rouage intégral de série
  • Conduite plus inspirée qu’avec un VUS
  • Dernière chance d’avoir un modèle à transmission manuelle
  • Puissance très limitée (4 cylindres)
  • Système d’infodivertissement dépassé
  • Insonorisation ordinaire

Cote de l'auteur:

  • Consommation: 7/10

  • Équipement: 7/10

  • Prix: 8/10

  • Apparence: 7/10

  • Confort à l'avant: 8/10

  • Confort à l'arrière: 8/10

  • Comportement: 8/10

  • Performance: 6/10

  • Rangement: 9/10

En 2017, pour un dernier tour de piste, la transmission manuelle est offerte avec la Subaru Outback.

Dès l’an prochain, toutes les versions de l’Outback seront équipées d’une boîte automatique à variation continue (CVT). Une bonne nouvelle, diront certains. Après tout, la transmission manuelle ne représente qu’un infime pourcentage des ventes du modèle en Amérique du Nord.

Et pourtant, on ne peut que se désoler de voir l’Outback abandonner sa version à trois pédales. Parce que dans un monde où les boîtes manuelles sont de plus en plus rares, la plus massive des Subaru demeurait l’un des rares modèles de gros gabarit à continuer de proposer une telle configuration.

 

À lire aussi: La Subaru Outback abandonne la transmission manuelle pour 2018

 

 

 

Un dernier tour de piste

Pour une dernière fois avant sa disparition, donc, j’ai pu mettre la main sur une Outback manuelle.

D’abord, il faut savoir que seules les versions équipées du moteur à quatre cylindres peuvent faire appel à ce type de transmission. Si vous voulez le bloc à six cylindres de 3,6 litres (256 chevaux), pas le choix d’opter pour l’automatique.

Avec la transmission manuelle, vous vous retrouvez donc avec un véhicule d’une puissance de 175 chevaux et d’un couple de 174 livres-pieds. Pour trimballer un bolide de 1602 kilos, c’est plutôt restreint. En accélération, le véhicule semble souvent à bout de souffle.

Qu’à cela ne tienne, le plaisir de conduire une aussi grosse bagnole avec une boîte manuelle est difficilement comparable. Parce que sur le marché, de nos jours, les seules voitures habituellement offertes avec une telle transmission sont les sportives et les compactes. Bon, il y a quelques exceptions, mais ça se résume pas mal à ça.

 

Sauf que dans la vie, pour mille et unes raisons, on a parfois besoin d’un véhicule plus spacieux. Et dans un cas comme celui-là, l’Outback est une excellente alternative aux VUS traditionnels.

Avec un espace de chargement de 2075 litres une fois les sièges arrière rabattus, l’Outback offre une convivialité très similaire à celles de VUS compacts comme le Nissan Rogue ou le Honda CR-V.

 

La consommation d’essence de l’Outback est aussi très similaire à celles de ses concurrents plus hauts sur pattes. Sauf si vous optez pour la transmission manuelle! Là, c’est plus difficile, avec une moyenne de 11 L/100 km en ville et de 8,3 L/100 km sur route...

Une technologie à revoir

Peu importe la transmission, la Subaru Outback propose un habitacle tout en simplicité. Au centre de la console, un écran tactile de 7 pouces abrite le système d’infodivertissement StarLink.

Le hic, c’est que l’Outback 2017 accueille toujours l’ancienne génération de ce système. Et celui-ci offre une convivialité très décevante et un temps de réponse parfois frustrant.

 

Pourtant, l’Impreza propose déjà une nouvelle version de StarLink pour 2017. Et pour l’avoir déjà essayé, je peux vous confirmer qu’il est pas mal plus convivial que celui qu’il remplace. Sans parler de la connectivité avec Apple CarPlay et Android Auto, toujours pas offerte avec le vieux système qui prend place dans l’Outback.

Subaru a déjà confirmé que cette nouvelle version de StarLink équipera les modèles 2018 de l’Outback. À mon avis, c’est la meilleure raison d’attendre l’an prochain si ce modèle vous intéresse.

Pour le reste, les différences entre l’Outback 2017 et 2018 demeurent somme toute bien mineures. Une nouvelle calandre, un intérieur qu’on dit plus luxueux... et une transmission automatique de série.

 

Un VUS qui n’en est pas un

À 29 785$, l’Outback 2017 est vendue à un prix très similaire à ceux des VUS compacts équipés d’un rouage intégral.

Et si le cœur vous en dit, vous pouvez toujours vous tourner vers la motorisation à six cylindres (3,6R), une option que la grande majorité des VUS compacts n’offrent plus. Par contre, à 37 385$, l’Outback 3,6R commence à être pas mal moins abordable.

Avec l’Outback, Subaru propose un véhicule aussi pratique qu’un VUS, tout en offrant un agrément de conduite plus relevé.

C’est le VUS des gens qui n’aiment pas les VUS.

 

Fiche technique

Nom : Subaru Outback 2017
Prix de base : 29 785$
Configuration : Véhicule à quatre roues motrices avec motorisation à l’avant
Mécanique de base : Moteur à quatre cylindres en H de 2,5L
Puissance/couple: 175 ch/ 174 lb-pi
Transmission : Manuelle à 6 rapports ou automatique à variation continue (CVT)
Consommation d’essence annoncée (manuelle): 11 L/100 km (ville) 8,3 L/100 km (route)
Consommation d’essence annoncée (automatique): 9,4 L/100 km (ville) 7,3 L/100 km (route)
Consommation d’essence observée: 8,8 L/100 km
Garantie de base : 3 ans/60 000 km
 

Subaru Outback 2017
Subaru Outback 2017
Subaru Outback 2017
Subaru Outback 2017

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs