Grande liquidation chez General Motors

Sous la gouverne de Mary Barra, GM se déleste des marchés déficitaires pour mieux concentrer ses ressources là où elle est rentable. Après la vente d’Opel-Vauxhall en Europe au français PSA, la sortie abrupte du Venezuela, GM ferme son usine en Inde et vend au japonais Isuzu ses actifs en Afrique du Sud.

GM - délestage d'actifs

C’est le grand ménage de printemps chez GM. Ventes, fermetures, tout ce qui est déficitaire doit sortir des livres.

Plus tôt ce printemps, il y a eu la vente au groupe français PSA des marques Opel en Allemagne et Vauxhall en Grande-Bretagne – deux marques déficitaires malgré leur présence en sol européen où la concurrence est à la fois nombreuse et vive. Puis, il y a eu la sortie abrupte du Venezuela où le gouvernement en route vers une énième révolution socialiste a saisi l’usine de GM. Le constructeur a donné congé à tout son monde et versé les indemnités de départ en guise d’adieu. Bon débarras.

La direction de GM sous la gouverne du PDG Mary Barra n’avait pas fini de donner son coup de balai que l’on apprend jeudi que GM quitte le marché indien en cessant d’y vendre des voitures, mais conserve son usine de Talegaon qui exporte ses produits uniquement au Mexique et dans les Amériques du Sud et du Centre. De plus, elle vend ses actifs en Afrique du Sud au japonais Isuzu.

Amérique du Nord, Amérique du Sud et Chine

Mary Barra tient absolument à augmenter le rendement sur l’investissement. Ce faisant, le prix de l’action qui est resté coincé entre 30 à 38 $US depuis 2014 devrait prendre du galon. Une réponse aux nombreuses critiques des actionnaires et investisseurs qui espèrent davantage d’une grande compagnie comme GM, premier constructeur aux États-Unis. Les principales activités de GM tiennent dorénavant dans les Amériques et la Chine.

Pour reprendre les mots de la PDG : «globalement, nous sommes maintenant présents dans les bons marchés qui mèneront à la profitabilité, renforceront notre performance commerciale et capitaliseront sur les occasions d’affaires à long terme».

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs