Il y a 50 ans naissait le moteur rotatif avec la Cosmo de Mazda

Il y a 50 ans, ce type de moteur rotatif a donné à Mazda la distinction nécessaire pour sortir du lot des constructeurs jusqu’à nos jours. Celui-ci apparut sous le capot du coupé biplace Cosmo Sport qui, plus tard, allait donner naissance à la gamme RX-7 et 8.

Mazda Cosmo 1967

Lorsque les premières RX-7 sont apparues au Québec, je me rappelle très bien de quelqu’un qui en était littéralement emballé par la sportivité du coupé Mazda. Si emballé que les policiers du village à bord de leurs voitures américaines étaient incapables de le rattraper. De toute façon, toute poursuite était inutile, ces derniers savaient où il logeait.

Faut dire que ce moteur avait de quoi d’enivrant, étant rotatif plutôt qu’alternatif, celui-ci pouvait aisément révolutionner jusqu’à 9000 tr/min, comme une motocyclette, malgré l’absence de couple à bas régime.

Tout ça pour dire que ce moteur fête ses cinquante ans. Né en 1967, le bloc rotatif apparut pour la toute première fois dans la Mazda Cosmo Sport dont on peut voir les photos ici. Même si seulement 1176 Cosmo furent produites à l’époque, ce type de moteur rotatif allait perdurer jusqu’aux dernières années des gammes de coupés RX-7 et RX-8 qui a pris sa retraite en 2012. Petit retour historique, ce type de moteur fut d’abord inventé par l’Allemand Felix Wankel, mais c’est Mazda qui l’a commercialisé.

Mazda a construit non seulement près de 2 millions de voitures à moteur rotatif, mais il a également bâti son image sur l’originalité de ce moteur, le seul constructeur qui y a cru pendant toutes ces années.

Le constructeur japonais a même coursé en championnat IMSA au cours duquel il a dominé pendant quelque temps dans les années 80. Mais c’est en 1991, quand une Mazda 787B mue par un 2,6 litres quatre rotors de 710 ch (PS) qui a remporté les 24 Heures du Mans, qu’il a connu la consécration.

Quant à un possible retour du rotatif dans une Mazda, c’est fort peu probable. Sa consommation élevée et l’efficacité et l’économie indéniables des moteurs électriques rendent tout développement de moteurs pétrole très incertain.

Bon cinquantième tout de même !

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs