Movin’On : le vert pour faire bonne impression

Jusqu'à demain, Montréal accueille la 20e édition du sommet Movin’On.

Movin’On Michelin 2017

Jusqu'à demain, Montréal accueille la 20e édition du sommet Movin’On. Présenté par Michelin, cet événement se définit comme étant le sommet de la mobilité durable, c’est-à-dire l’occasion pour faire le point sur les différentes méthodes de transport et analyser leur impact sur l’environnement et les sociétés tout en jetant un regard sur l’avenir. 
 
Sur les trois jours de l’événement, différentes conférences sur les thèmes suivants sont prononcées: la mobilité durable et urbaine, la sécurité routière, la décarbonisation, la voiture autonome, la ville intelligente, l’accélération des technologies et bien plus. De plus, les participants sont également invités à expérimenter des laboratoires et des ateliers qui ont pour but de présenter de manière concrète les enjeux de la mobilité durable en pensant en dehors de la boîte
 
Très trendy, le contenu m’a paru très en surface. En fait, je crains ne pas avoir appris grand-chose. 
 
Certes, Movin’On peut se vanter de recevoir des invités de renom: Denis Coderre (maire de Montréal), Jean Todt (président de la Fédération de l’Automobile et envoyé spécial pour la sécurité routière à l’ONU), Marc Garneau (ministre fédéral des Transports), Pierre Arcand (ministre de l’Énergie et des ressources naturelles), Don Romano (président de Hyundai Canada) et Cédric Mathieu (président de Turo Canada). Mais ça prend plus que des gros noms pour avoir du contenu.
 
Dans son allocution à la foule, le maire Coderre ne s’est pas gêné pour envoyer une pointe humoristique au 45e président américain en affirmant qu’à Montréal, on croit aux changements climatiques et on privilégie la construction de ponts plutôt que des murs. Tous ont évidemment applaudi avec vigueur. 
 
Quant à Jean Todt, son discours se résume à la mobilité basée sur le partage ainsi que la gestion rationnelle de l’espace disponible pour les déplacements. De par son rôle auprès de l’ONU, il a identifié la protection des plus vulnérables (enfants, personnes âgées, piétons, cyclistes, etc.) comme étant sa priorité. 
 

 

Après avoir assisté à la première journée, je suis resté sur mon appétit. J’ai eu le sentiment de m'être fait servir du réchauffé. Du réchauffé, ça fait le travail pour un petit lunch quand on est pressé. Quand on paie 1495$, on est en droit de s’attendre à plus qu’un plat surgelé passé au micro-ondes. Vous avez bien lu. L'accès à Movin'On 2017 coûte 1495$.
 
Par ailleurs, l’événement ne m’a paru vert qu’à moitié. Je m’explique. Oui, il était question de l’avenir du transport de manière globale. Mais, lorsque le maire de la métropole a demandé aux participants « En levant la main, qui parmi nous se trouve à Montréal pour la première fois? », j’estime qu’environ 25% de la foule s’est manifestée. Parmi eux, combien ont pris l’avion depuis les États-Unis ou l’Europe? C’est polluant, l’avion. 
 
À l’heure du lunch, les participants pouvaient se rassasier en faisant la file devant des camions de bouffe de rue. Mus par du combustible fossile, ces camions ne font aucun bien à la couche d’ozone... 
 
Autre paradoxe : des chapiteaux extérieurs ont été montés pour accueillir les conférenciers et les participants. Les chapiteaux, évidemment non-isolés, étaient climatisés. Oui, il faisait chaud, mais depuis quand l’air climatisé est écologique ?
 
Bien franchement, si j’avais eu à débourser 1495$, j’aurais été déçu. 
 

 

En revanche, en plus des trottinettes, autobus, véhicules de course et camion à ordures électriques à admirer sur place, les visiteurs ont la possibilité de parcourir quelques kilomètres au volant d’un véhicule électrique comme une Tesla Model X, une BMW i8, une Nissan Leaf ainsi qu’une Hyundai Ioniq. 
 
Il est aussi agréable d’avoir la chance d’apercevoir Patrick Carpentier, coureur automobile et porte-parole de la course de Formule E à Montréal, enfourcher une bicyclette électrique au look vintage. 
 
P.S. Avant que vous me le demandiez, oui, je me suis rendu à l’événement en transport en commun. 
Movin'On Michelin 2017

Germain Goyer

Movin'On Michelin 2017

Germain Goyer

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs