Futur Tesla Roadster: Elon Musk vise le 0-100 km/h en deux secondes

Avec une voiture plus légère et plus compacte comme le futur coupé Roadster sur lequel planche Tesla, l’incroyable chrono de 2 secondes en accélération entre 0 et 97 km/h (0-60 m/h) est à portée selon son PDG Elon Musk.

Rendu par Jan Peisert

Rendu par Jan Peisert

Le tout premier véhicule de Tesla, le coupé Roadster révélé en 2006, a terminé sa carrière – «temporairement» – en 2012. Temporairement parce que le constructeur californien anticipe de le relancer avec une nouvelle version encore plus performante.

Ce coupé biplace de prochaine génération que certains appellent «Roadster 4.0» verrait le jour vers 2019.

Mais ce qui retient le plus l’attention, c’est le potentiel d’accélération qu’aura ce coupé. Déjà que les lourdes berlines Model S de 2,2 tonnes sont capables d’atteindre en 2,5 s le 0-60 m/h ou 0-97 km/h en version P100D avec mode Ludicrous, plusieurs se demandent quel serait son temps d’accélération avec un puissant groupe électrique dans une voiture allégée de plusieurs centaines de kilos?

Mode « Maximum Plaid »

Elon Musk, PDG de Tesla, a répondu à cette question plus tôt cette semaine sur son compte Twitter. Selon lui, Tesla pourrait viser un temps inférieur à 2 secondes, même chaussé de pneus de route rainurés. Ce qui signifie un temps encore plus rapide si chaussé de pneus lisses.

Fidèle aux expressions colorées du film Spaceballs pour nommer les différents modes d’accélération, après Insane et Ludicrous des Model S, le troisième et dernier, «Maximum Plaid », serait réservé au Roadster de prochaine génération.

Ce à quoi pourrait ressembler le prochain Roadster 4.0...

Le rendu Photoshop par l’allemand Jan Peisert pour dessiner ce que pourrait être un coupé Roadster a été réalisé à partir du coupé Lykan Hypersport de W Motors équipé de portières papillon. Le travail d’infographie est reconstitué en vidéo sur la page YouTube de Peisert.

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs