Fred Mercier

Conduire avec la gueule de bois, c’est dangereux

L’alcool au volant, c’est inacceptable. Malgré quelques récalcitrants, le message semble enfin avoir passé. Mais qu’en est-il de la conduite le lendemain d’une soirée arrosée?

Lendemain de veille

gstockstudio - stock.adobe.com

L’alcool au volant, c’est inacceptable. Malgré quelques récalcitrants, le message semble enfin avoir passé. Mais qu’en est-il de la conduite le lendemain d’une soirée arrosée?

Même si votre taux d’alcool dans le sang est redevenu assez bas pour vous permettre de prendre le volant légalement, la conduite d’une automobile quand on subit les effets d’une gueule de bois n’est pas sans risque.

À quelques jours de la Saint-Jean-Baptiste, où la surconsommation d’alcool atteint parfois des sommets, Ford et Éduc’Alcool ont joint leurs efforts pour sensibiliser les automobilistes québécois à cette problématique trop souvent ignorée.

«Même après avoir dormi, même avec un taux d’alcool dans le sang revenu à zéro, il se pourrait qu’on ne soit pas en pleine possession de ses moyens pour conduire», avance Hubert Sacy, directeur général chez Éduc’Alcool.

Quelques études se sont d’ailleurs penchées sur le sujet, et les résultats ont de quoi étonner. En 2015, une analyse réalisée aux Pays-Bas a conclu que même avec un taux d’alcoolémie nul, les automobilistes aux prises avec un lendemain de veille présentaient une conduite plus erratique et que leur temps de réaction était grandement amputé. On parle même d’un comportement semblable à celui des conducteurs en état d’ébriété.

Une combinaison pour la sensibilisation

Visiblement motivée à faire passer le message, Ford a fait développer une combinaison qui simule les effets d’un lendemain de veille afin de sensibiliser la population à cette problématique.

Mis au point par l’institut allemand Meyer-Hentschel, le «Hangover Suit» permet de se mettre dans la peau d’une personne en lendemain de veille pendant quelques minutes, le temps d’observer les différences que cela peut avoir sur notre façon de conduire.

Avec des lunettes spéciales et un casque d’écoute, la combinaison intensifie la sensibilité à la lumière et aux sons ambiants. Des poids à la tête et aux chevilles affectent aussi l’équilibre et permettent de simuler un mal de tête.

 

De passage à Montréal cette semaine, des représentants de Ford Canada ont fait tester la combinaison à quelques représentants des médias. L’objectif est de faire jaser, bien entendu, mais surtout de démontrer que la surconsommation d’alcool peut avoir des répercussions à long terme sur nos aptitudes de conduite. 

 

d13c5d34-446c-464f-9e18-13e1ffac42c8

Ford

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs