Fred Mercier

Windsor, la ville qui respire l’automobile

Windsor n’est pas une destination touristique. Loin de là. Ville la plus au Sud du Canada, la municipalité ontarienne n’a pourtant rien d’exotique.

Windsor

Wikipedia

Windsor n’est pas une destination touristique. Loin de là. Ville la plus au Sud du Canada, la municipalité ontarienne n’a pourtant rien d’exotique.

Aux abords de la rive-sud de la rivière Détroit, celle-là même qui délimite la frontière entre l’Ontario et le Michigan, Windsor est grise, industrielle. Face à elle, de l’autre côté de la rivière, c’est la ville de Détroit, reine déchue de l’empire automobile américain.

Comme Détroit, l’histoire de Windsor est intimement liée à l’industrie automobile. Et comme à Détroit, la crise économique de 2008 a fait mal. Très mal.

En 2010, après près d’un siècle d’activités dans la ville canadienne, General Motors a mis la clé dans la porte de son usine de Windsor. Sept ans plus tard, on peut encore y apercevoir les vestiges à moitié démantelés.

Pas trop loin de là, une autre usine automobile fait partie des meubles à Windsor. C’est celle de Chrysler, qu’on a encore du mal à appeler par son nouveau nom, Fiat Chrysler Automobiles. Et celle-là, elle est encore debout.

 

Depuis 1928, des milliers de citoyens de Windsor et des environs peuvent mettre du pain sur leur table grâce à elle. Et malgré des temps plus qu’incertains au tournant de la dernière décennie, le bâtiment ontarien fonctionne toujours à plein régime.

 

La fierté d’une ville

Suffit d’une petite promenade dans le centre de Windsor pour comprendre que la ville a connu des jours meilleurs. Profitant de sa proximité avec Détroit durant les grandes années de l’industrie automobile américaine, Windsor a aussi goûté à la prospérité.

Aujourd’hui, c’est plus tempéré. Windsor n’a rien d’une ville fantôme, soyons clair là-dessus. Sauf que son centre-ville n’a rien de bien vivant et certains bâtiments ont cruellement besoin d’amour.

Près de l’usine FCA, toutefois, ça grouille un peu plus.

Avec plus de 6000 employés et une production ininterrompue de 24 heures par jour, l’usine de FCA est le plus important employeur de Windsor. Et avec des édifices couvrant plus de 400 000 mètres carré sur un terrain de 50 hectares, disons qu’elle est difficile à manquer.

 

 

Sans elle, la santé économique de la ville en prendrait pour son rhume. Vous imaginez, une ville d’une population d’à peine plus de 200 000 personnes qui perd 6000 emplois d’un coup?

Heureusement, l’usine semble être là pour rester. Même que depuis l’arrivée de la nouvelle Chrysler Pacifica sur sa chaîne d’assemblage, on voit l’avenir avec optimisme à Windsor.

 

À lire aussi: Quel avenir pour la Dodge Grand Caravan?

 

En apportant des investissements totalisant environ un milliard de dollars à l’usine ontarienne il y a deux ans, FCA a lancé un message bien clair. Une nouvelle qui a pu rassurer ces milliers d’employés qui gagnent leur vie à la sueur de leur front, sans air climatisé à part ça.

 

Une histoire de minivans

L’usine FCA de Windsor, c’est d’abord et avant tout celle de ses employés. Ces hommes et ces femmes qui mettent la main à la pâte depuis près de 90ans. Ils sont fiers, et ça paraît.

Mais Windsor, c’est aussi le lieu de fabrication d’un modèle iconique de Chrysler. L’histoire de cette usine, c’est aussi celle de la Caravan. Ou l’«Autobeaucoup», pour les nostalgiques. Un véhicule qui est venu changer la façon de se déplacer des familles nord-américaines.

Bien entendu, l’usine est apparue bien avant la Caravan. Plymouth Barracuda, Dodge Charger, Chrysler New Yorker, elle en a vu passer des modèles, cette usine. Sauf que depuis 1983, l’établissement ontarien a fait de ce modèle son bébé. Et ça dure depuis bientôt 35 ans.

La Grand Caravan, contrairement à ce que plusieurs semblent penser, est encore bien populaire chez les concessionnaires. Autant au Canada qu’aux États-Unis, c’est le modèle le plus prisée chez Dodge, et de loin. Chez nous, il s’agit même du quatrième véhicule le plus vendu en 2016, toutes catégories confondues.

Et après quelques rumeurs quant à un arrêt de production de la Grand Caravan en raison de l’arrivée de la Chrysler Pacifica, les deux modèles coexistent désormais sur la même ligne de production.

 

Pacifica ou Grand Caravan, peu importe. À Windsor, on est simplement fier d’avoir survécu aux aléas du marché automobile. L’an prochain, l’usine célébrera ses 90 ans.

Dans une industrie aussi changeante et souvent trop cruelle, ça tient pratiquement du miracle. 
 

FCA Windsor

FCA

FCA Windsor

FCA

FCA Windsor

FCA

FCA Windsor

Frédéric Mercier

FCA Windsor

Frédéric Mercier

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs