Fiat 124 Spider Abarth: merci Mazda, mais...

On a conduit pendant une semaine la nouvelle Fiat 124 Abarth. Voici ce qu'on en a pensé.

Fiat 124 Spider Abarth 2017

Germain Goyer

On a conduit pendant une semaine la nouvelle Fiat 124 Abarth. Construite sur la même plate-forme que la Mazda MX-5 de quatrième génération, elle est assemblée dans la même usine que cette dernière à Hiroshima au Japon. Elle est toutefois animée par une mécanique Fiat, soit le quatre cylindres Multiair turbocompressé de 1,4 L. 
 
Voici ce qu’on a aimé, mais aussi ce qui nous a déplu. 
 
Ce qu’on a aimé : 
 

 

 
Sonorité 
Les - voitures! - italiennes ont bien des défauts, il faut l’admettre. Mais elles sonnent. Et elles sonnent mieux qu’aucune autre. Ok, la 124 est à demi italienne. Mais de ses quatre échappements sort tout le meilleur de l’Italie. Merci au mode sport. 
 

 

 
Conduite 
Vous avez déjà conduit un go-kart? Eh bien la 124 Spider Abarth se conduit de la même manière. Elle est aussi basse, aussi agile et surtout aussi plaisante qu’un go-kart. 
Son moteur est turbocompressé et ça paraît. Sous les 3500 tours/minute, il ne se passe pas grand-chose. Mais une fois qu’on dépasse les 4500 tours/minute, il y a plus d’action que jamais et on a l’impression d’être dans un ring de boxe au douzième round. Pour un maximum de plaisir, il faut jouer du levier et se tenir en haut régime. 
Face aux muscle cars, la 124 Spider oublie son sentiment d’infériorité dès la première courbe.  De virage en virage, les voitures paraîtront de plus en plus petites dans votre rétroviseur. 
Évidemment, elle est propulsion et il y a peu de poids à l’arrière. Dès que la chaussée est moindrement mouillée, le train-arrière a tendance à se faire aller. J’ose à peine imaginer sur la neige ou la glace... 
 

 

 
Silhouette 
L’ancienne Miata et la MX-5 sont des chouchous des Québécois. Elles font partie du paysage estival depuis 1990. En revanche, plus personne ne se retourne à leur passage. Pour celui qui veut se démarquer, la 124 est une alternative à envisager sérieusement. Esthétiquement, elle est superbe. Ses feux arrière ont même un petit quelque chose de fort joli emprunté à la Dodge Viper de dernière génération. 
 
Toit 
Il est absolument génial. Pour le baisser ou le remonter, il suffit de quelques secondes et d’une seule main. Chapeau! C’est un système mécanique d’une simplicité déconcertante, mais tout autant efficace. La plupart des décapotables actuelles ont un toit électrique. Il faut peser pendant de longues secondes sur le bouton et attendre que le toit se plie ou se déplie. À long terme, je ferais des crises d’angoisse simplement en pensant à un éventuel bris du système. Et surtout à la facture de réparation. 
 
Ce qui nous a déplu : 
 

 

 
Prix
Avec un prix de base d’environ 33 000 $, les MX-5 et 124 Spider partent sur un pied d’égalité, à quelques centaines de dollars près. Dans le cas de la Fiat à l’essai, son prix dépassait les 48 000$. On parle d’une fois et demie le prix de base. Ça commence à faire beaucoup. Beaucoup trop, même. 
Avec 160 chevaux-vapeur, le quatre cylindres italien s’avère plus puissant que celui de la japonaise qui en développe 155. La version Abarth peut se vanter d’offrir quatre cavalli de plus pour un total de 164. De la puissance supplémentaire, personne ne va s’en plaindre. Mais pas à n’importe quel coût non plus. Et dans ce cas-ci, on trouve ça pas mal cher payé. 
 

 

 
Infodivertissement 
L’un des – rares – atouts de FCA à l’heure actuelle, c’est son système d’infodivertissement UConnect. Facile à utiliser, il est complet et sans flafla. Chez Fiat, on a plutôt opté pour le système Mazda Connect. Déjà que l’intérieur a presque été entièrement piqué à la MX-5, on aurait pu faire une exception pour le système d’infodivertissement. Un autre exemple de la loi du moindre effort chez FCA. 
 

 

 
Dégagement pour la tête 
Si vous êtes un géant – vert ou non... -, ce n’est pas le véhicule pour vous. En ce qui me concerne, je mesure 5 pieds et 11 pouces (et ½!) et mes cheveux frottaient au plafond lorsque le toit était en place. De toute manière, ça aussi, c’est pareil avec la MX-5. 
 

 

 
Volant 
Sur le capot et le coffre, on s’est donné la peine d’apposer des écussons Abarth. Considérant le supplément déboursé pour cette version, c’est bien normal. On pense que ça aurait été la moindre des choses de réserver le même sort au volant qui arbore le logo Fiat. 
 

 

 
Fiabilité
On ne vous apprendra rien en affirmant que la fiabilité n’est pas la principale qualité des Fiat. En réalité, c’est tout le contraire. Comme on le mentionnait dans l’essai routier de la Fiat 500X, ce constructeur s’est classé en fin de rang avec Ram dans le plus récent palmarès de fiabilité publié par Consumer Reports. Mauvaise fiabilité rime souvent avec piètre valeur de revente. Pour ce volet, la MX-5 excelle et la 124 devra ramer excessivement fort pour conserver une valeur de revente acceptable. 
 

 

 
Bref 
Si vous êtes du genre à manger votre spaghetti avec du lait parce que vous ne vous en faites pas trop avec le mélange des cultures, cette italienne construite à partir d’une japonaise pourrait vous plaire. En la conduisant, je vous mets au défi d’être marabout. C’est impossible. À moins d’être en panne... Surtout en raison des ratés que Fiat a connues  au chapitre de la fiabilité, je pencherais définitivement du côté de la MX-5. 
 

 

 

Fiat 124 Spider Abarth 2017

Germain Goyer

Fiat 124 Spider Abarth 2017

Germain Goyer

Fiat 124 Spider Abarth 2017

Germain Goyer

Fiat 124 Spider Abarth 2017

Germain Goyer

Fiat 124 Spider Abarth 2017

Germain Goyer

Fiat 124 Spider Abarth 2017

Germain Goyer

Fiat 124 Spider Abarth 2017

Germain Goyer

Fiat 124 Spider Abarth 2017

Germain Goyer

Fiat 124 Spider Abarth 2017

Germain Goyer

Fiat 124 Spider Abarth 2017

Germain Goyer

Fiat 124 Spider Abarth 2017

Germain Goyer

Fiat 124 Spider Abarth 2017

Germain Goyer

Fiat 124 Spider Abarth 2017

Germain Goyer

Fiat 124 Spider Abarth 2017

Germain Goyer

Fiat 124 Spider Abarth 2017

Germain Goyer

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs