Fred Mercier

Le Porsche Macan Turbo est un VUS qui se prend pour une voiture sport

Faudra s’y faire, les VUS sont désormais une catégorie incontournable pour les constructeurs automobiles.

Porsche Macan Turbo 2017

Fiche d'appréciation

Cote d'ensemble:

8/10

Forces et faiblesses:

  • Comportement d’une voiture sport
  • Puissance phénoménale
  • Transmission PDK parfaite
  • Prix d’une 911
  • Places arrière limitées

Cote de l'auteur:

  • Consommation: 7/10

  • Équipement: 9/10

  • Prix: 5/10

  • Apparence: 8/10

  • Confort à l'avant: 9/10

  • Confort à l'arrière: 6/10

  • Comportement: 8/10

  • Performance: 9/10

  • Rangement: 7/10

Faudra s’y faire, les VUS sont désormais une catégorie incontournable pour les constructeurs automobiles.

Même des marques comme Maserati, Jaguar ou Alfa Romeo ont désormais leur gros véhicule à quatre roues motrices, n’en déplaise aux puristes. Le marché est tout simplement trop lucratif pour se faire bouder.

 

À lire aussi: Un VUS chez Ferrari?

 

Chez Porsche, on a compris ça depuis longtemps. En 2003, le constructeur de Stuttgart lançait le Cayenne. Les «Porschistes» ont chialé, s’offusquant que le fabricant de l’emblématique 911 se rabaisse à produire un 4x4 qui n’ira jamais dans la boue.

Puis, les chiffres de ventes ont commencé à entrer. Et près de 15 ans plus tard, on réalise à quel point Porsche aurait été dans la merde sans l’apport du Cayenne à ses chiffres de vente.

Et comme la mode des VUS ne semble pas sur le point de s’estomper, un deuxième modèle du genre est désormais en vente chez les concessionnaires Porsche du pays. Et déjà, le Macan est devenu le chouchou des Canadiens.

 

L’an dernier, le petit nouveau a officiellement détrôné le Cayenne à titre de modèle le plus vendu de la marque au Canada. Tout au long de 2016, Porsche a écoulé 2800 exemplaires du Macan et 2325 Cayenne. Pendant la même période, on n’a vendu que 945 Porsche 911 et 345 Boxster... Les chiffres parlent d’eux-mêmes.

Une attitude de 911

Construire des VUS n’est donc pas un luxe chez Porsche, mais bien une nécessité. Cela n’empêche toutefois pas le constructeur de développer des véhicules fidèles à son image.

Le Macan, dans sa version Turbo que nous avons mise à l’essai, n’est rien de moins qu’un bolide de course haut sur pattes. Animé par un moteur à six cylindres de 3,6 litres turbocompressé, il propose une puissance phénoménale de 400 chevaux et un couple tout aussi hallucinant de 406 livres-pied. Avec l’ensemble «Performance Package», on passe à 440 chevaux et 442 livres-pied. C’est suffisant pour passer de 0 à 100 km/h en 4,4 secondes et atteindre une vitesse de pointe de 272 km/h. Tout ça dans un VUS!

 

Impressionnant, en effet. Mais ce n’est pas tout. Beaucoup de marques sont capables de construire des VUS qui vont vite, et ça n’en fait pas des chefs d’œuvres automobiles pour autant.

Si on compare le Macan Turbo à une voiture sport, c’est qu’il en a presque tous les attributs. Et ça va pas mal plus loin que sa vitesse de pointe.

Tout dans ce VUS rappelle une voiture sport. Sa direction est précise, chirurgicale même. Sa suspension, sans avoir la fermeté d’un véhicule conçu pour la piste, est assez rigide pour négocier des virages avec fougue.

Puis, il y a la transmission. La fameuse boîte PDK à sept rapports qu’on peut retrouver un peu partout dans l’alignement de Porsche. Je l’ai déjà dit et je le redis, c’est la meilleure transmission automatique offerte sur le marché en ce moment. Point à la ligne.

Chaque fois que je prends la route au volant d’un véhicule qui en est équipé, j’ai la ferme impression que la PDK réussit à lire dans mes pensées. Elle change de rapport au moment opportun, exactement comme je le ferais si j’étais au volant d’un véhicule manuel. Exactement comme je le ferais, mais en beaucoup plus vite. Parce qu’avec son double embrayage, la PDK exécute son travail avec précision en à peine quelques millisecondes.

 

Le meilleur des deux mondes

Avec le Macan Turbo, on a réussi à produire un VUS qui peut définitivement se faire appeler Porsche sans gêne. C’est vrai, le moteur est à l’avant et son design n’a rien de celui d’une 911, mais le Macan peut porter l’écusson du constructeur de Stuttgart avec fierté.

En fait, là où le Macan trébuche, c’est justement sur l’aspect pratique. Quand on achète un VUS, c’est pour avoir plus d’espace. Et de l’espace, le Macan en offre très peu. La place pour les jambes à l’arrière est très limitée, tout comme la capacité chargement dans le coffre.

Rendu là, pourquoi ne pas se tourner vers une Panamera à quatre roues motrices. Parce que pour plusieurs, un VUS, c’est maintenant un essentiel. Ce n’est pas toujours rationnel, mais c’est ça qui est ça. Et ça, Porsche l’a compris.

Le Macan n’offrira jamais la même stabilité et le même plaisir de conduire qu’une 911 ou même qu’une Panamera. Un VUS est plus lourd, mais il a aussi un centre de gravité beaucoup plus haut qu’un coupé. C’est la loi de la physique.

Par contre, le Macan Turbo est probablement le VUS qui se rapproche le plus d’une voiture sport sur le marché en ce moment. On ne pouvait s’attendre à rien de moins de la part de Porsche.

 


Fiche technique

Nom: Porsche Macan Turbo Pack Performance 2017
Prix de base: 99 000$
Prix du modèle à l’essai: 110 300$
Configuration : Véhicule à quatre roues motrices avec motorisation à l’avant
Mécanique de base: Moteur à six cylindres turbocompressé de 3,6 litres
Transmission: Automatique PDK à sept rapports
Puissance/couple: 440 ch/ 442 lb-pi
Accélération 0-100 km/h: 4,4 secondes
Vitesse maximale: 272 km/h
Consommation d’essence: 14,1 L/100 km (ville) / 10,1 L/100 km (route)
Concurrence: Audi SQ5, Mercedes-Benz GLC 43, BMW X3 M40i

Porsche Macan Turbo 2017
Porsche Macan Turbo 2017
Porsche Macan Turbo 2017
Porsche Macan Turbo 2017

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs