L’industrie pétrolière fait « une campagne de peur »

L’industrie pétrolière et les cons­tructeurs automobiles font une campagne de peur pour décourager les Québécois de s’acheter une voiture électrique, a déploré l’Association des véhicules électriques du Québec (AVÉQ) dans une vigoureuse sortie publique, lundi.

7e18ae3f-993a-4fa0-97ad-8eb31da68b60

Martin Archambault, Administrateur AVÉQ

Photo courtoisie

L’industrie pétrolière et les cons­tructeurs automobiles font une campagne de peur pour décourager les Québécois de s’acheter une voiture électrique, a déploré l’Association des véhicules électriques du Québec (AVÉQ) dans une vigoureuse sortie publique, lundi.

«Dans certains cas, leur réaction est proche de la panique. Ils font une campagne de peur avec pas grand-chose», a dénoncé Martin Archambault, administrateur de l’AVÉQ, qui en veut à l’Institut économique de Montréal (IEDM).

D’après Martin Archambault, ceux qui, comme l’IEDM, répètent que les contribuables vont devoir payer pour les véhicules électriques des autres font fausse route.

«Le prix des voitures à essence n’a pas augmenté là où il y a eu des lois pour mettre de l’avant ce type de voiture», a-t-il noté, irrité, écorchant aussi les intérêts pétroliers au passage.

M. Archambault regrette que ce type de discours circule, car il fragilise l’orientation de la Stratégie en électrification des transports du Québec.

«Oui, l’orientation est menacée. Même si, à la base, elle est bonne, nous prônons une approche un tantinet plus agressive», a-t-il laissé tomber.

 

« Tout croche »

Normand Mousseau, professeur et auteur d’un rapport sur les enjeux énergétiques, est même allé jusqu’à qualifier de «toute croche» la sortie de l’IEDM contre l’obligation des concessionnaires de vendre plus de voitures électriques.

Mais ce qui choque le plus Martin Archambault, ce sont les vendeurs de voitures qui inventent des problèmes aux véhicules électriques pour dissuader leurs clients de s’en procurer.

«Grâce à un client mystère envoyé chez un concessionnaire, nous avons pu entendre des arguments du genre: “Pas fiable en hiver”, “Pas de borne nulle part”», a-t-il confié. Selon lui, les vendeurs de voitures les boudent simplement parce qu’elles leur font gagner moins d’argent.

Demande importante

Or, jamais la demande de voitures électriques n’a été aussi importante ici. Elle double chaque année depuis 2011. Pendant qu’aux États-Unis, une usine GM est forcée d’arrêter d’en produire faute de clients, il y a une liste d’attente de 10 mois pour ce même type de voiture dans la province, souligne M. Archambault.

«À partir du moment où ce ne sont pas seulement des militants zélés qui montent dans des ponts pour en demander, mais des gouvernements et des citoyens qui s’y intéressent, l’industrie va devoir apprendre à vivre avec ça», a-t-il conclu.

Un peu d’histoire

Politique d’électrification de Québec : 2012

Objectif de voitures électriques d’ici 2020 : 100 000

Emplois liés à la voiture électrique : 5000

Voitures électriques au Québec : 14 390

Voitures électriques dans le monde : 2 000 000

Bornes au Québec : 1650

Bornes rapides : 83

Proportion de véhicules électriques au Québec

55 % hybrides rechargeables

45 % voitures entièrement électriques

Propriétaire moyen

45 ans, homme

86 % de tous les propriétaires

Salaire annuel médian de 65 000 $

Répartition des véhicules électriques au Québec

Montréal : 1789

Québec : 1276

Laval : 735

Terrebonne : 422

Longueuil : 406

Sherbrooke : 392

Gatineau : 292

Trois-Rivières : 286

Saint-Jean-Sur-Richelieu : 224

Lévis : 212

Modèles les plus populaires au Québec

Chevrolet Volt : 44 %

Nissan Leaf : 20 %

Tesla Modèle S : 9 %

Source : l’Association des véhicules électriques du Québec

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs