Jeep Renegade: pour les pauvres riches

Pendant une semaine entière, on a pris le volant du véhicule d’entrée de gamme chez Jeep : le Renegade.

Jeep Renegade 2017

Pendant une semaine entière, on a pris le volant du véhicule d’entrée de gamme chez Jeep : le Renegade.
 
Construit sur la même plate-forme que le Fiat 500X, il s’ajoute à la longue liste des dédoublements de modèles du groupe FCA. Le Renegade Trailhawk 4X4 qui m’a servi de monture pendant sept jours était animé par le quatre cylindres de 2,4 L jumelé à la boîte automatique à neuf rapports. 
 
Voici ce qu’on a aimé, mais aussi ce qui nous a déplu. 
 
Ce qu’on a aimé : 
 
Places arrière 
Contrairement au Fiat 500X qui proposait une ligne de toit très arrondie, le Renegade est beaucoup plus carré. Ce faisant, les places arrières sont plus spacieuses et le dégagement pour la tête est nettement mieux. Bref, les grands ados n’auront pas la tête qui frotte au plafond. 
 
Coffre 
Toujours grâce à la forme carrée du véhicule, le Renegade compte sur un coffre très spacieux. Il a ce petit côté pratique que le 500X n’a pas. Une petite famille n’aura donc pas à jouer au Tetris avec les bagages des vacances pour les faire entrer. 
 
Points d’ancrage 
Bon, qui se sert vraiment de points d’ancrage sur une auto? Pas grand monde... La plupart des gens qui achètent ce véhicule, c’est pour effectuer l’aller-retour maison-boulot et les petites sorties de la fin de semaine. C’est plus esthétique qu’autre chose. Mais pour celui qui veut faire du hors-route et qui reste pris - oui, ça peut arriver même avec un Jeep -, ça peut être très pratique. 
 
Easter egg 
Le Renegade est rempli d’Easter eggs ou d’œufs de Pâques si vous travaillez pour l’OQLF et ça va plaire au geek en vous. On retrouve notamment la légendaire grille Jeep à sept fentes dans les feux avant et arrière ainsi que dans le vide-poche central sur les haut-parleurs. D’ailleurs, les lumières arrière reprennent la forme des bidons d’essence des premiers Willys. Chapeau au gens du design et du marketing. Le choix d’un véhicule ne devrait jamais être influencé par des futilités du genre par contre. 
 
Modes de conduite 
Comme un Jeep digne de ce nom, le Renegade est capable de s’aventurer plus loin que le premier stationnement de centre d’achat que vous croiserez. Tout dépendant de la surface sur laquelle vous roulez, vous pouvez sélectionner le mode de conduite approprié : automatique, neige, sable, boue et roche. 
 
Ce qui nous a déplu :
 
Prix 
Avec un prix de départ de 21 745$, le Renegade se veut une porte d’entrée dans le monde des Jeep. Il ne faut pas tomber dans le panneau en lui ajoutant trop d’options car la facture grimpera vite. Trop vite. Tel qu’essayé, son prix s’élevait à 40 690$. On est à quelques poussières du double du prix de base. Pourtant, les sièges sont en tissu et le hayon n’a pas de fermeture électrique. Avoir acheté ce véhicule à ce prix, on aurait la ferme impression de ne pas en avoir eu pour notre argent. 
 
Transmission 
À quoi bon une transmission à neuf rapports si la neuvième vitesse ne s’engage jamais? En roulant à la vitesse tolérée sur l’autoroute, il faut forcer manuellement le neuvième rapport, sans quoi, il n’embarquera jamais. Une efficace boîte à sept rapports ne serait-t-elle pas un choix plus judicieux? On est pas mal sûr que oui. 
 
Finition 
Oui, c’est bien des surpiqûres orange, mais encore faudrait-il qu’elles tiennent. Au moment de l’essai, le Renegade avaient parcouru environ 4000 kilomètres et les coutures commençaient déjà à se défaire. Si vous aviez payé plus de 40 000$ pour le véhicule, on parie que vous ne seriez pas de bonne humeur. 
 
Visibilité 
La position de conduite est relativement haute, ce qui permet une bonne visibilité globale. Or, le pilier D est extrêmement large, augmentant ainsi le niveau de difficulté, notamment, du stationnement arrière à 90 degrés. 
 
Consommation d’essence 
Le petit Renegade, il a soif. Et en ville, il a encore plus soif. En conduite urbaine, la consommation affichée s’est élevée jusqu’à 15 L aux 100 km. C’est près de 4 L de plus que celle annoncée par l’Energuide canadien. Encore une chance qu’il n’y avait pas de passagers ou des bagages dans le coffre. 
 
Support des sièges 
Si jamais vous empruntez une courbe de manière plus serrée qu’à l’habitude, tenez le volant fermement et ne comptez surtout pas sur le support latéral pour vous garder en place. Toute la semaine, j’ai eu l’impression d’être une balle de ping-pong entre les extrémités latérales du siège qui se prenaient pour des raquettes. 
 
Bref 
Dans le palmarès des dix marques les moins fiables selon Consumer Reports, Jeep se classe au 7e rang. Même si elle est en meilleure position que ses consœurs du groupe FCA (Dodge, Chrysler, Fiat et Ram), il ne faut pas se réjouir trop rapidement. Étant donné que la fiabilité demeure un grand défi pour cette marque pourtant légendaire, on se retient de le recommander. 
 

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs