Un garagiste fatigué de passer pour un escroc

Un garagiste de la Montérégie souhaite changer la réputation d’escroc des mécaniciens grâce à des photos et des vidéos qui permettent aux clients de voir les réparations effectuées sur leur véhicule.

6378dbec-6c9b-494b-b85c-8d9b70e36b3a

Ronney Goulet œuvre dans le milieu de la mécanique depuis 35 ans. Il souhaite implanter partout son système permettant de filmer et de photographier chacune des réparations pour mieux expliquer aux clients pourquoi elles étaient nécessaires.

Photo Collaboration Spéciale, Carl Vaillancourt

Un garagiste de la Montérégie souhaite changer la réputation d’escroc des mécaniciens grâce à des photos et des vidéos qui permettent aux clients de voir les réparations effectuées sur leur véhicule.

Depuis un an, le propriétaire du garage Sanco de McMasterville, Ronney Goulet, filme et photographie toutes les étapes de la réparation des véhicules. Il a installé un téléviseur de 50 pouces dans sa salle d’attente, ce qui permet au mécanicien d’expliquer aux clients les réparations réalisées et pourquoi il était nécessaire de les faire.

« Les gens ont souvent une confiance aveugle envers leur mécanicien jusqu’à ce qu’ils sentent qu’ils paient trop pour rien, dit Ronney Goulet. Il y a autant de malversations dans le milieu des garages qu’il y en a dans la construction, mais personne n’en parle. J’ai tellement de clients qui viennent ici et qui me disent qu’ils ont fait changer une pièce dans un autre garage, mais quand je vérifie, la pièce est manquante ou usagée », affirme-t-il.

Dans le but de changer cette image négative envers les mécaniciens, M. Goulet a inventé le Système interactif multifonctionnel (SIM), dont il ne se passerait plus.

Selon lui, le client a besoin de se faire rassurer parce qu’il n’est souvent pas un spécialiste en mécanique automobile et que les mécaniciens en ont souvent profité.

VENDRE SON INVENTION

Le garagiste a d’ailleurs l’intention de commercialiser son invention pour que le plus de garages possible au Québec soient transparents avec les clients.

C’est lors d’une visite d’une cliente, en 2015, que l’idée de lancer ce concept lui est venue. Il a pris des photos pour montrer à la cliente en question les réparations nécessaires sur sa voiture, puis il avait senti que cela avait grandement rassuré sa cliente.

Ce n’est toutefois que l’an dernier qu’il a commencé réellement à mettre en place le concept avec l’aide d’un de ses clients qui est programmeur informatique. Ce dernier a permis l’implantation du SIM dans son garage.

Une innovation qui lui permet de se différencier des autres garagistes indépendants, selon lui.

« Quand les gens voient les travaux, ils ont plus confiance. Il y a facilement un à deux clients par jour qui veulent se faire expliquer les travaux réalisés. C’est très utile », soutient M. Goulet.

UNE ASSURANCE QUALITÉ

Daniel Fillion fait partie des propriétaires de véhicules qui ont connu des mésaventures avec leurs garagistes au fil des dernières années.

Un bruit sur son véhicule l’a obligé à consulter deux différents garages. Après des dépenses supérieures à 1000 $, le problème persistait. Après une recommandation d’un de ses proches, il s’est rendu au Garage Sanco. Son problème a été réglé pour 160 $, une situation qui a eu pour effet de le mettre en rogne après les deux autres garages.

«Disons que ça remet plusieurs choses en perspectives quand tu sais que tu as peut-être payé trop cher depuis tant d’années. Ça mine la confiance que tu as envers ton garagiste. C’est certain que je n’y vais plus maintenant», a expliqué l’homme retraité et propriétaire d’une Cadillac CTS.

 

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs