Kia Niro 2017: l'utilitaire compact qui consomme peu

Le Kia Niro est un nouvel utilitaire de taille compact. Un autre, direz-vous? Mais celui-là a une particularité peu commune parmi les véhicules de son genre: il a une motorisation hybride.

Kia Niro 2017

Le Kia Niro est un nouvel utilitaire de taille compact. Un autre, direz-vous? Mais celui-là a une particularité peu commune parmi les véhicules de son genre: il a une motorisation hybride.

En mars dernier, un nouvel utilitaire compact a fait son entrée dans les salles d’exposition des concessionnaires Kia. Il s’appelle Niro. En bengali, ce mot signifie: sans fin. Jolie métaphore pour mettre en valeur une particularité encore trop rare dans son créneau : son groupe motopropulseur hybride qui lui permet de tirer plus de kilomètres de chaque litre d’essence qu’il consomme.

Cela vous étonne ? C’est pourtant vrai. Les véhicules de taille compacte combinant une carrosserie transformable et une motorisation hybride sont rares. Sur le marché canadien, on n’en trouve que deux, du moins dans la gamme de prix du Niro. Depuis 2011, Toyota offre la Prius v, une variante de la Prius ordinaire que plusieurs considèrent d’ailleurs comme la version familiale de cette auto hybride. De son côté, depuis 2012, Ford vend au compte-gouttes la C-Max hybride, une petite fourgonnette légèrement plus courte qu’une Kia Rondo (sans l’inutile troisième banquette), qui est également proposée en version hybride rechargeable.

À part ces deux véhicules, le seul autre utilitaire compact à motorisation hybride offert au pays est un RAV4. Lancé en 2016, cette nouvelle variante du populaire utilitaire de Toyota est cependant beaucoup plus chère qu’un Niro, une différence de prix qui s’explique, en partie du moins, par ses quatre roues motrices, attribut qui fait défaut au Kia, comme à ses deux rivales directes.

Ce coup d’oeil sur le marché aide à mieux cerner le portrait du Niro, d’autant plus que la gamme Kia compte plusieurs autres utilitaires : le petit Soul, dont il existe une version électrique; le Sportage, un utilitaire compact très populaire qui peut être muni d’une transmission intégrale; le Sorento, un utilitaire plus volumineux qui est le champion des ventes de la marque; enfin, les fourgonnettes Rondo et Sedona. Et pour tous ces véhicules, Kia n’offre pas de motorisation hybride.

Véhicule abordable

À Chicago, au moment de dévoiler le Niro, en février 2016, le constructeur coréen avait annoncé qu’il triplerait l’offre de véhicules « verts » d’ici 2020. Le Niro, un véhicule abordable, constitue donc un point de départ attrayant pour cette stratégie. Pour preuve, le modèle L d’entrée de gamme est offert à partir de 24 995 $, alors que le modèle SX Touring, celui qui a la dotation la plus complète, affiche un prix de départ de 32 995 $. De plus prix qui placent ce nouveau venu de Kia dans la mire de la Prius v (28 875 $-34 860 $) et de la C-Max (24 237 $-28 358 $).

Il en va de même avec sa motorisation. Le duo constitué d’un 4 cylindres de 1,6 L et d’un moteur électrique synchrone de 32 kW (44 ch) alimenté par une batterie au lithium-ion-polymères (LiPo) de 1,56 kWh procure au Niro une puissance nette de 139 ch. La Prius dispose des 134 ch que lui procurent un 4-cylindres de 1,8 L et un moteur électrique de 60 kW (82 ch) alimenté par une batterie au nickel-hydrure métallique (NiMH) de 1,0 kWh, alors que la C-Max hybride, qui a recours à un 4-cylindres de 2,0 L jumelé à un moteur électrique de 88 kW (120 ch) et une batterie au lithium-ion de 1,4 kWh, dispose de 188 ch.

Le groupe motopropulseur du Niro est complété par une boîte de vitesses automatique à 6 rapports et double embrayage, qui se révèle particulièrement efficace et surtout très discrète. La Prius v et la C-Max font plutôt usage d’une boîte automatique à variation continue qui, dans chaque cas, ne brille pas par le raffinement. Ces deux véhicules ont également un freinage moins facile à moduler.

Le moins gourmand

La consommation de carburant, un facteur déterminant dans le choix d’un véhicule hybride, favorise également le Niro. Selon la version, la cote moyenne de ce véhicule va de 4,7 à 5,4 L/100 km, alors que Toyota annonce une moyenne de 5,8 L/100 km pour la Prius v et Ford, une moyenne de 5,9 L/100 km pour la C-Max. Malgré cette « sobriété », le Kia nous permet d’accélérer plus rapidement de 0 à 100 km/h que sa rivale japonaise : 9,5 s lui suffisent contre 10,9 pour la Toyota. La Ford offre cependant un temps encore plus court, soit 8,6 s, mais pour l’agrément de conduite, on repassera. À ce chapitre, le Kia Niro est nettement supérieur à cause d’une suspension souple qui masque bien les défauts du revêtement et d’une direction précise bénéficiant d’une assistance bien dosée. Sa boîte automatique dispose aussi d’un mode sport qui permet, au moment opportun, de tirer un peu plus de vivacité de son groupe motopropulseur pour effectuer, par exemple, un dépassement sans souci.

L’intérieur du Niro à un aménagement moderne, sans excès de design. Dans un souci d’améliorer l’ergonomie, ses concepteurs ont orienté légèrement vers le conducteur la section centrale du tableau de bord et la console qui sépare les deux sièges baquets, de surcroît très confortables. L’habitacle peut accueillir confortablement quatre adultes. Il est d’ailleurs plus spacieux que celui de la Prius v, surtout au niveau de la banquette arrière où l’on dispose d’un dégagement supérieur pour les jambes. Le volume utile maximal du coffre, par ailleurs, est plus important que celui de la C-Max, malgré le fait que cette dernière ait une carrosserie plus longue. La Prius v, qui bénéficie d’une carrosserie plus haute, a cependant le coffre plus volumineux, un avantage qui se monnaie, non seulement par une consommation légèrement plus élevée, mais aussi des prix moins attrayants. La version d’entrée de gamme de la Toyota, par exemple, affiche un prix de base de 4000 $ supérieur à celui du Kia Niro L, le modèle capable de consommer jusqu’à 20 % moins de carburant.

Il faut préciser que le Niro partage sa mécanique avec la Hyundai Ioniq hybride, une autre nouveauté de 2017 qui vise toutefois la clientèle de la Prius ordinaire. Hyundai propose également une version hybride rechargeable de l’Ioniq (rivale de la Prius Prime et de la Chevrolet Volt), de même qu’une version électrique (comparable à la Nissan LEAF). Or, puisque le Niro partage aussi la plateforme de l’Ioniq, cela signifie qu’une version hybride rechargeable fera bientôt son apparition sur notre marché. La filiale étatsunienne de Kia l’annonce d’ailleurs déjà aux visiteurs de son site Internet, sans toutefois préciser à quel moment elle sera en vente. Capable de parcourir près d’une soixantaine de kilomètres en mode électrique, cette variante devrait être suivie d’une autre, électrique celle-là, qui compléterait ainsi un trio Kia «vert» en devenir.

 

FICHE TECHNIQUE


• Prix de base — 24 995 $ (L); 27 495 $ (EX); 29 095 $ (EX Premium); 32 995 $ (SX Touring).

• Transport et préparation — 1 740 $

• Groupe motopropulseur — L4 atmosphérique DACT, 1,6 L; moteur électrique synchrone de 32 kW; batterie LiPo de 1,56 kWh; puissance nette de 139 ch à 5 700 tr/min; couple net de 195 lb-pi à 1 000-2 400 tr/min. Boîte de vitesses automatique à 6 rapports. Roues avant motrices.

• Particularités — Suspension indépendante aux quatre roues. Freins à disque aux roues avant; freins à tambour aux roues arrière. Antiblocage de série. Pneus : 205/60R16 (L et EX); P225/45R18 (SX).

• Cotes — Empattement : 2 700 mm; longueur : 4 355 mm; largeur : 1 805 mm; hauteur : 1 535-1 545 mm. Poids : 1 409-1 467 kg. Volume du réservoir : 45 litres. Volume du coffre : 635-1 789 L. Consommation moyenne (constructeur) : 4,7 L/100 km (L); 4,8 L/100 km (EX); 5,4 L/100 km (SX).

• Concurrence —
Ford C-Max
Hyundai Ioniq hybride
Toyota Prius v
Toyota RAV4 hybride

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs