Un Québécois derrière le design d'une Corvette améliorée

Il est discret, probablement trop discret, et sa présence dans le monde du design automobile n’est pas reconnue à sa juste valeur.

Callaway Corvette AeroWagen

Callaway Cars

Il est discret, probablement trop discret, et sa présence dans le monde du design automobile n’est pas reconnue à sa juste valeur. Si son nom est peu connu, ses réalisations sont éloquentes.

Je vous parle de Paul Deutschman, un Québécois qui œuvre dans ce milieu depuis environ 30 ans et dont le travail consiste à embellir et à améliorer des voitures pourtant déjà bien nées.

 

Bienvenue à l’AeroWagen

Prenons l’exemple de la C7, la Corvette de dernière génération qu’il a modifiée pour le compte de la firme américaine Callaway.

Paul en a transformé la partie arrière pour en faire une sorte de «hatchback» dont les éléments se greffent à merveille à la carrosserie existante. Cet ajout permet non seulement d’améliorer l’espace intérieur, mais aussi l’aérodynamique de la voiture et même sa silhouette, ajouteront certains. Ce modèle est ainsi rebaptisé AeroWagen et peut s’adapter à toutes les versions de la Corvette C7, incluant la Grand Sport et la Z06. On a affaire à une sorte de «shooting break» dans la pure tradition britannique. 

 

À lire aussi: Une Corvette familiale de 757 chevaux

 

Future étoile du style

La seule ombre au tableau est le prix de cette Corvette AeroWagen, qui se chiffre à 14 990 $US, incluant les frais d’installation. Évidemment, il faut fournir la voiture par-dessus le marché.

 

Cette personnalisation de la Corvette en fait cependant un véhicule unique dont la valeur risque de s’apprécier avec le temps. Nul doute qu’elle contribuera aussi à la notoriété de Paul Deutschman, dont le nom mérite de figurer sur le même plateau que les Bertone, Pininfarina, Giugiaro et autres célébrités de ce monde.

Paul Deutschman

Deutschman Design

Callaway Corvette AeroWagen

Callaway Cars

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs