Fred Mercier

En chiffres: l’achat d’une voiture démystifié

L’été tire à sa fin, et plusieurs automobilistes profitent de ces derniers moments de chaleur pour changer de véhicule.

Vente auto

Gstudio Group - stock.adobe.com

L’été tire à sa fin, et plusieurs automobilistes profitent de ces derniers moments de chaleur pour changer de véhicule. Si bien qu’au Canada, septembre est le troisième mois le plus populaire pour l’achat d’un véhicule, derrière mai et juin.

C’est du moins ce que révèle une étudie réalisée par Environic Research Group, qui a tenté d’en apprendre davantage sur nos habitudes de consommation quand vient le temps de magasiner un nouveau véhicule.

Neuf ou usagé?

Selon les résultats de l’étude, 47% des acheteurs potentiels auraient initialement l’intention d’acheter un véhicule usagé alors que 53% se tourneraient tout de suite vers le neuf. Au moment de l’achat, toutefois, ce sont 44% des acheteurs qui optent pour l’usagé et 56% pour le neuf.

Les consommateurs prennent aussi le temps de bien analyser le marché et leurs besoins avant de passer à la caisse.

En moyenne, les Canadiens sondés prennent un peu plus de deux mois et demi entre le début et la fin de leur processus d’achat. Seulement 16% d’entre eux prennent moins de deux semaines pour passer à l’acte.

Des prix qui varient

Une analyse des prix demandés sur le site d’annonces Kijiji permet aussi de donner une bonne idée de la valeur marchande des véhicules au Canada.

 

À lire aussi: Les 10 modèles les plus populaires de l'été sur Kijiji

 

Dans l’ensemble du pays, au cours de la dernière année, le prix moyen pour un véhicule à vendre sur Kijiji était de 13 625, 87$. Durant la même période, les véhicules à vendre par un concessionnaire se détaillaient en moyenne à 19 009,22$ alors que la moyenne était de 8 232,37$ pour ceux vendus par des particuliers.

Au Québec, Honda est la marque la plus annoncée sur Kijiji, suivie de près par Toyota.
 

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs