Fred Mercier

Philippe Couillard discute de voitures à hydrogène

Philippe Couillard a rencontré des représentants de Honda Canada pour discuter de voitures à hydrogène, aujourd’hui.

6d185f4d-37a6-4473-82bb-187b91b6ccb3

Photo d'archives, Simon Clark

Philippe Couillard a rencontré des représentants de Honda Canada pour discuter de voitures à hydrogène, aujourd’hui.

Dans une vidéo en direct diffusée à même sa page Facebook, le Premier ministre du Québec, accompagné des ministres Pierre Arcand et David Heurtel, a posé quelques questions aux gens de Honda au sujet de la voiture à hydrogène.

 

 

La discussion s’est déroulée autour d’une Honda Clarity, un modèle que le constructeur japonais construira en versions hybride rechargeable, électrique et à hydrogène. Pour le moment, toutefois, seule la version hybride rechargeable sera commercialisée au Canada.

 

À lire aussi: La Honda Clarity pourra fonctionner à l'hydrogène ou à l'électricité

 

Comme le mentionne Philippe Couillard, l’infrastructure nécessaire à l’alimentation de véhicules à hydrogène est à peu près inexistante au Québec. Pierre Arcand, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, a toutefois spécifié qu’«il y a déjà des gens au Québec qui sont intéressés à fournir ces bornes qui vont nous permettre d’avoir de l’hydrogène. [...] L’objectif, c’est qu’autour de 2018, il va y avoir des véhicules et il va y avoir des endroits où on peut se procurer de l’hydrogène», poursuit-il.

Mis à part Honda, d’autres constructeurs automobiles comme Toyota (Mirai) et Hyundai (Tucson FCEV) ont déjà investi massivement dans le développement d’un modèle à hydrogène.

Contrairement à une voiture électrique «ordinaire», la voiture à hydrogène produit elle-même son électricité grâce à une réaction chimique entre l’oxygène et l’hydrogène. Le plus grand avantage, c’est que la recharge se fait en quelques minutes, un temps comparable à celui d’un plein d’essence pour un véhicule traditionnel. Avec un plein d’hydrogène, une voiture comme la Clarity peut parcourir jusqu’à 580 kilomètres.

Bien des points d’interrogation demeurent quant à l’avenir de cette technologie sur nos routes, mais on sait maintenant que le gouvernement se penche sur la question.
 

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs