Chevrolet Corvette: l’icône américaine

Plusieurs automobiles sport ont marqué l’imaginaire des gens, mais rares sont celles qui ont réussi à perdurer. C’est le cas de la Chevrolet Corvette.

Chevrolet Corvette 2017

Fiche d'appréciation

Cote d'ensemble:

8/10

Forces et faiblesses:

  • Silhouette très réussie
  • Comportement routier impressionnant
  • Qualité de construction supérieure
  • Visibilité arrière réduite
  • Volume du coffre limité
  • Embrayage ferme (boîte manuelle)

Cote de l'auteur:

  • Consommation: 6/10

  • Équipement: 8/10

  • Prix: 7/10

  • Apparence: 9/10

  • Confort à l'avant: 8/10

  • Comportement: 9/10

  • Performance: 9/10

  • Rangement: 5/10

Plusieurs automobiles sport ont marqué l’imaginaire des gens, mais rares sont celles qui ont réussi à perdurer. C’est le cas de la Chevrolet Corvette. Depuis son lancement, en 1953, année après année elle suscite l’admiration des amateurs de performance et d’exotisme.

Depuis une soixantaine d’années déjà, la Chevrolet Corvette fascine les passionnés de voitures de haute performance. Son image de marque, toujours très forte, dépend largement de l’évolution plus ou moins soutenue que son constructeur lui a fait subir au fil des ans. Sans cela, elle aurait disparu comme tant d’autres. 

D’ailleurs, rappelez-vous ces Corvette des années 80. À l’époque, elles plaisaient à une clientèle bien définie. Mais jamais n’aurait-on osé les comparer aux Porsche 911 d’alors. Ces « Vettes » d’antan avaient fière allure et le ronronnement rauque de leur gros V8 faisait saliver les badauds, comme leur capacité d’accélération. Mais leur comportement routier et la qualité de leur construction n’égalaient pas les standards allemands. Elles étaient inconfortables, bruyantes et balourdes. De plus, quelques tours sur piste suffisaient pour exposer les limites désolantes de leur freinage, de leurs pneumatiques et de leur direction.

Radicalement nouvelle

L’apparition de la septième génération de Corvette, en 2014, a contribué à rehausser son image de marque et à l’aligner sur des produits plus raffinés et plus sophistiqués qui attirent une clientèle fortunée plus jeune. C’est donc une automobile radicalement différente que produit maintenant l’usine de Bowling Green, au Kentucky, lieu d’origine de la Corvette depuis 1981. Une usine maintes fois agrandie et modernisée depuis que GM l’a rachetée à Chrysler, qui y fabriquait des climatiseurs pour ses véhicules à une époque oubliée.

La Corvette du 21e siècle — belle façon de la distinguer de ses devancières — a un châssis tout aluminium, qui est 20 % plus rigide que celui en acier de la Corvette de génération antérieure. Sa carrosserie est toujours fabriquée avec des matériaux composites, mais elle utilise aussi certains matériaux modernes comme la fibre de carbone. Quant à ses groupes motopropulseurs, ils sont à la mesure d’une concurrence internationale. Si bien que maintenant le porte-étendard de Chevrolet supporte la comparaison avec l’Audi R8, l’Acura NSX et, bien entendu, la Porsche 911.

La gamme Corvette réunit trois versions très distinctes. Chacune est proposée sous forme de coupé et de cabriolet. Chacune offre aussi son niveau de confort et de performance.

Ainsi, la Corvette Stingray, version d’entrée de gamme, se veut une voiture de grand tourisme performante qui mise davantage sur le confort et l’agrément de conduite au quotidien. La Corvette Grand Sport (GS pour les intimes) vise plutôt les amateurs de conduite sportive, avec ses suspensions plus fermes, ses pneus de plus grande taille, etc., bref, des équipements procurant une conduite plus pointue. Enfin, il y a la Corvette Z06. Le monstre. Un modèle d’exception très puissant que l’on peut aisément substituer à une Ferrari 488 GTB.

Moteurs modernes

Sous le capot, toujours aussi long, mais fabriqué en fibre de carbone, loge un V8 de 6,2 L à soupapes en tête. Cette architecture de culasse constitue la seule concession au passé de cette voiture, car ce moteur utilise désormais divers dispositifs modernes comme l’injection directe, un système de calage variable des soupapes et un refroidissement des pistons par jets d’huile, tout cela pour être au diapason de son époque.

On parle d’un moteur, mais, en réalité, il y en a deux. Le V8 LT1 atmosphérique livre 455 ch et 460 lb-pi de couple à la Stingray. Pour la Grand Sport, mais aussi la Stingray équipée de l’échappement de performance optionnel (1 380 $), il fournit 5 ch et 5 lb-pi. Pour sa part, le V8 LT4 à compresseur Eaton réservé à la Z06 produit 650 ch et autant de livres-pied de couple. Cela lui permet d’accélérer de 0 à 100 km/h en moins de 3 s et des poussières, avec une boîte automatique de surcroît ! La boîte manuelle prolonge d’environ 3 dixièmes de secondes cette accélération, selon le constructeur. Et les deux autres Corvette ? Leur accélération de 0 à 100 km/h frôle les 4 s avec la boîte automatique, qu’elles partagent d’ailleurs avec la Z06. Mais à moins d’aller le vérifier sur une piste de course, qui s’en souciera ?

Les boîtes manuelles à 7 rapports (celle de la Z06 a un étagement distinct) visent naturellement des conducteurs plus conservateurs. Pour les autres, qu’ils soient simplement soucieux de confort et de simplicité, ou plus progressiste, il y a cette boîte automatique à 8 rapports, une option proposée pour 1 990 $ pour les trois versions de la Corvette. Personnellement, c’est celle que je préfère, et de loin. D’abord, elle élimine l’obligation d’utiliser un embrayage, qui demeure un peu ferme et rétif, bien que le levier de vitesses, lui, offre un maniement précis. N’empêche que dans le trafic des heures de pointe, on s’en passerait. Ensuite, la boîte automatique dispose d’un mode manuel commandé par des palettes fixées au volant, qui réagit avec précision et une rapidité déconcertante. Enfin, pour les amateurs de performances pures, c’est elle qui livre les meilleures. Pourquoi s’en passer ?

Tout pour la personnaliser

Pour satisfaire la clientèle ciblée par ce bolide, le constructeur a multiplié les possibilités de personnalisation. C’est logique. Après tout, lorsqu’on s’offre un joujou coûtant de 70 000 à plus de 100 000 $, on voudra sans doute le singulariser. Pour cela, l’acheteur a le choix d’une panoplie d’options destinées à enjoliver l’apparence de l’extérieur et de l’habitacle. Qu’on pense, par exemple, aux cinq couleurs offertes pour la capote des décapotables, aux 21 modèles de roues en alliage inscrits au catalogue et aux 24 agencements proposés pour l’intérieur (combinant différents sièges, différents revêtement et différentes teintes). L’acheteur a aussi le choix d’une douzaine de bandes décoratives pour la carrosserie et de cinq couleurs différentes d’étriers de freins!

Naturellement, l’offre ne se limite pas à l’apparence de la voiture, puisque Chevrolet offre également différents équipements destinés à mettre en valeur les capacités de la Corvette, comme l’ensemble Performance Z51 offert pour la Stingray (idéal pour les amateurs d’autocross), ou encore les disques de freins en céramique et la suspension haute performance Z07 avec son système de gestion de la conduite Magnetic Selective Ride Control, qui s’ajuste du bout des doigts.

La Corvette actuelle est à des années-lumières des versions d’autrefois. Elle est fabriquée avec des matériaux de grande qualité et sa finition est soignée. Ce bolide est enfin devenu confortable et son habitacle bien aménagé rend la conduite d’autant plus agréable. De nombreux dispositifs d’aide à la conduite font aussi que la Corvette moderne pardonne plus les écarts de conduite — dans la mesure du raisonnable, bien entendu. Et sur piste, même après plusieurs heures de conduite, le conducteur comme la voiture en redemandent. Tout un exploit pour... une sexagénaire!

 

FICHE TECHNIQUE


• Prix de base — 64 795 $ (Stingray); 76 295 $ (Grand Sport); 93 145 $ (Z06).

• Transport et préparation — 2 100 $

• Groupes motopropulseurs — Stingray et Grand Sport : V8 LT1 SET, 6,2 L, 455 ch à 6 000 tr/min (Stingray), 460 ch à 6 000 tr/min (Grand Sport); 460 lb-pi à 4 600 tr/min (Stingray), 465 lb-pi à 4 600 tr/min (Grand Sport). Z06 : V8 LT4 SET suralimenté, 6,2 L, 650 ch à 6 400 tr/min, 650 lb-pi à 3 600 tr/min. Boîte de vitesses manuelle à 7 rapports ou automatique à 8 rapports. Roues motrices arrière.

• Particularités — Suspension indépendante aux quatre roues. Freins à disque aux quatre roues. Antiblocage de série. Pneus : Stingray : 245/40ZR18 (avant), 285/35ZR19 (arrière); Grand Sport et Z06 : 285/30ZR19 (avant), 335/25ZR20 (arrière).

• Cotes — Empattement : 2 710 mm; longueur : 4 493 mm; largeur : 1 965 mm; hauteur : 1 234-1 237 mm. Poids/Grand Sport : 1 555-1 582 kg. Volume du réservoir : 70 litres. Volume du coffre : 425 L (coupé). Consommation moyenne (essai; BVA) : 14,3 L/100 km.

• Concurrence —

Acura NSX
Audi R8
BMW M6
Dodge Challenger SRT Hellcat et Demon
Ferrari 488 GTB et Spider
Ford Mustang Shelby GT500
Lamborghini Huracan
Lexus LC
McLaren Série Sport
Mercedes-AMG GT
Nissan GT-R
Porsche 911

 

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs