Hyundai Elantra: de moins en moins dans l’ombre

Voici ce qu'on a aimé et ce qui nous a déplu de la Hyundai Elantra 2017.

Hyundai Elantra 2017

Fiche d'appréciation

Cote d'ensemble:

7/10

Forces et faiblesses:

  • Prix de base attrayant
  • Douceur de roulement
  • Transmission automatique tout simplement efficace
  • Ennuyante à conduire
  • Valeur de revente inférieure à ses concurrentes
  • Sièges avant manquent de soutien

Cote de l'auteur:

  • Confort à l'avant: 6/10

  • Équipement: 7/10

  • Prix: 8/10

  • Apparence: 7/10

  • Confort à l'arrière: 6/10

  • Comportement: 7/10

  • Performance: 6/10

  • Rangement: 7/10

Le segment des berlines compactes compte une tonne de joueurs. Il y a évidemment les références qui trônent au sommet depuis toujours: Toyota Corolla et Honda Civic. Il y a aussi les Volkswagen Jetta et Mazda 3 pour ceux qui sont prêts à gagner un peu de plaisir de conduire au détriment de la fiabilité. Et il y a la Hyundai Elantra.
 
Longtemps regardée de haut par ses rivales, l’Elantra est arrivée de manière revue et améliorée en 2017, faisant ainsi oublier les précédentes générations. 
 
L’Elantra est populaire au Québec, on ne peut en débattre. Dans le plus récent palmarès des 50 véhicules les plus vendus dans la province, la berline compacte de Hyundai s’est classée au troisième rang, derrière les Ford Série F et Honda Civic. Une position fort enviable.
 
 
Ce qui se cache sous le capot 
 
Un choix de deux moteurs à quatre cylindres s’offre à l’acheteur d’une Elantra: 2,0 litres atmosphérique et 1,6 litre turbocompressé pour la version Sport. Cette dernière est livrable avec une boîte manuelle à six rapports ou une automatique à double embrayage comptant un rapport de plus. 
 
Quant au moteur de base, qui équipait notre version à l’essai, il peut être jumelé à la boîte manuelle citée ci-haut ou à une automatique conventionnelle à six rapports. Cette dernière s’est avérée fort efficace et maintes fois moins désagréable qu’une transmission à variation continue (CVT) qu’on retrouve chez plusieurs concurrentes. 
 
Développant 147 chevaux et 132 livres-pied, le moteur fait le travail sans broncher, mais sans non plus soulever de passions. 
 
Malgré la superstructure dont Hyundai ne cesse de se vanter, le comportement routier de l’Elantra demeure acceptable et loin d’être époustouflant. Ce qui est davantage marquant, c’est sa douceur et son silence de roulement. C’est fort agréable et j’ai bien apprécié. 
 
 
À la pompe 
 
Pour ce qui est du volet de la consommation d’essence, la Hyundai Elantra ne réussit pas à se démarquer de ses principales adversaires. En ville et sur route, elle consomme respectivement 8,3 et 6,4 L/100 km. En ville, c’est autant que la Jetta, mais c’est plus que la Civic (7,8 L/100 km) et la Sentra (8,1 L/100 km). Sur route, la Jetta (5,9 L/100 km), la Civic (6,0 L/100 km) et, de justesse, la Sentra (6,3 L/100 km) proposent une consommation inférieure à la berline coréenne. 
 
 
Aménagement 
 
Bien qu’un peu basse, la position de conduite demeure tout à fait acceptable. L’habitacle est sombre et majoritairement de couleur noire. On n’a pas essayé d’en faire en arc-en-ciel et c’est tant mieux. Il vieillira sans doute bien. Quant aux sièges, ils pourraient certainement offrir un meilleur soutien. Personnellement, j’étais bien mieux assis à bord de la Jetta, par exemple. 
 
La clientèle cible des berlines compactes est large. On retrouve autant des étudiants que des petites familles et des membres de l’âge d’or. Peu importe, la catégorie à laquelle vous appartenez, un grand coffre est toujours pratique. Sachez que celui de l’Elantra est logeable (407 litres), mais tout de même moins que certaines de ses rivales: 428 litres pour les Honda Civic et Nissan Sentra et 440 litres pour la Volkswagen Jetta. 
 
Technologie 
 
Le système d’infodivertissement qu’on retrouve à bord de la Hyundai Elantra n’est pas le plus intuitif du marché. Ce serait faux de dire qu’il est complexe, mais son utilisation requiert tout de même un certain effort. À titre de comparaison, le système UConnect, qui est intégré dans la plupart des véhicules du groupe FCA, est infiniment plus facile à utiliser. Mais bon, j’imagine que c’est aussi une simple question d’habitude. 
 
 
Bref 
 
Si vous êtes à la recherche d’une bonne affaire, l’Elantra pourrait s’avérer une avenue intéressante. L’offensive marketing de Hyundai est très agressive et les promotions se succèdent. Si ce modèle vous intéresse, demeurez à l’affût des offres du constructeur coréen. C’est à ce chapitre qu’elle se démarque entre autres.
 
Par ailleurs, si vous achetez une Elantra neuve, prévoyez la garder longtemps. Malgré ses qualités, elle déprécie rapidement et vous seriez grandement déçus de constater sa faible valeur de revente au bout d’à peine quelques années. 
 
Fiche technique
 
Nom: Hyundai Elantra 2017
Prix de base: 15 999 $
Prix du modèle à l’essai: 23 999 $
Configuration: Véhicule à roues motrices avant avec motorisation à l’avant
Mécanique: Moteur à quatre cylindres de 2,0 litres atmosphérique
Puissance/couple: 147 ch/132 lb-pi
Transmission: Manuelle à six vitesses ou automatique à six rapports
Consommation d’essence annoncée: 8,3 L/100 km (ville) 6,4 L/100 km (route)
Garantie de base: 5 ans/100 000 km
Concurrence: Honda Civic, Toyota Corolla, Nissan Sentra, Subaru Impreza, Volkswagen Jetta, Mazda 3
 
Appréciation (sur 10)
Consommation d’essence: 6
Équipements: 7
Prix: 8
Style: 7
Confort (à l’avant): 7
Confort (à l’arrière): 6
Tenue de route: 7
Performance: 6
Espace de rangement: 7
Note globale: 7
 
Forces
Prix de base attrayant
Douceur de roulement 
Transmission automatique tout simplement efficace
 
Faiblesses
Ennuyante à conduire 
Valeur de revente inférieure à ses concurrentes 
Sièges avant manquant de soutien 
 
Hyundai Elantra 2017

Hyundai

Hyundai Elantra 2017

Hyundai

Hyundai Elantra 2017

Hyundai

Hyundai Elantra 2017

Hyundai

Hyundai Elantra 2017

Hyundai

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs