Un dirigeant de General Motors ne croit pas Elon Musk

Il a même été jusqu’à dire qu’il «était plein de merde».

727c5929-9bb6-4aa5-a574-0e1b428e9b8f

AFP

Dans le monde des voitures autonomes, on assiste actuellement à une course contre la montre et ça joue du coude entre les acteurs. 
 
Alors qu’Elon Musk affirme que la conduite autonome peut entièrement être assurée par des caméras, des radars et des capteurs ultrasoniques, Scott Miller, chef de la voiture autonome chez General Motors, ne le croit pas un seul instant. Dans une entrevue accordée à un média australien, il a même été jusqu’à dire qu’Elon Musk était «plein de merde» (traduction littérale de «full of crap»). 
 
Rappelons que le PDG de Tesla a dit que toutes les voitures de la marque construites après octobre 2016 allaient être équipées de la technologie nécessaire pour être entièrement autonomes et répondre aux critères du cinquième niveau (sur cinq) sur l’échelle de la Society of Automotive Engineers. Ce niveau stipule que la voiture doit être autonome et qu’elle doit exécuter les tâches normales d’une voiture sans l’intervention humaine, et ce, sans égard à l’état de la chaussée ou aux conditions environnementales. 
 
Pour Scott Miller, un véhicule ne peut être complètement autonome sans l’utilisation d’un lidar. Ce dernier permet de mesurer une distance à partir d’un faisceau lumineux. Ce qu’ Elon Musk avance est physiquement impossible, selon lui.  
 

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs