La seule bonne manière de stationner

Se garer en marche arrière pour voir et savoir toujours où on va.

L'art de bien de stationner

Marc Lachapelle

Si on est logique, qu’on aime conduire et qu’on veut le faire de la manière la plus sûre possible, il n’y a qu’une seule manière de garer son véhicule: en marche arrière. C’est ce qu’enseignent les écoles de conduite. Les meilleures, à tout le moins. 
 
On parle ici de stationnement perpendiculaire. Ce que les Français appellent se garer «en bataille» entre d’autres véhicules stationnés côte à côte. Parce qu’en stationnement parallèle, le long d’un trottoir, on s’entend que la marche arrière est la seule technique efficace. Essayez en marche avant et vous risquez de vous retrouver à Vlog comme vedette de la vidéo comique de la semaine.
 
Simple logique et sécurité optimale
 
Le principe est simple: en s’approchant d’un espace pour s’y stationner en marche arrière, on s’assure d’abord qu’il est assez grand et libre de tout obstacle. Qu’il s’agisse d’un enfant, d’un animal, d’un objet ou d’un adulte légèrement égaré.
 
On manœuvre ensuite tranquillement pour placer son véhicule au beau milieu de l’espace disponible en tournant la tête et en utilisant les rétroviseurs extérieurs. Si vous êtes comme moi, vous allez vous y reprendre à une ou deux reprises, sinon plus, pour que ça soit parfait. Comme ça, votre belle carrosserie risque moins de se faire cabosser par les portières d’un véhicule stationné trop près.
 
Je suis maniaque, je le reconnais. Que voulez-vous, j’adore conduire et le stationnement fait partie de cette activité que j’apprécie au plus haut point. Depuis quelques centaines de mois, comme me le rappelle le formulaire de renouvellement de mon permis, chaque année.
 
Et lorsque viendra le temps de repartir, vous aurez une vue parfaite sur les environs où vous vous apprêtez à rouler au lieu de reculer comme une tortue aveugle en craignant d’écraser quelqu’un ou de vous faire emboutir par la camionnette du gars pressé qui texte en roulant.
 
 
L’exception qui confirme la règle
 
La seule exception embêtante, c’est quand on se retrouve à l’épicerie, au centre commercial ou à l’aéroport et qu’on a des valises, des boîtes ou des sacs à placer dans le coffre ou la soute de son véhicule.
 
Ça m’est arrivé ce matin et je me permets d’ajouter que c’était chez Costco, parce que les lignes doubles qui séparent les espaces y sont particulièrement utiles pour stationner. Parfaites pour bien centrer l’utilitaire sport allemand que je conduisais.
 
Le Volkswagen Atlas est costaud, mais j’ai réussi, malgré tout, à me rendre sans peine à l’arrière avec un de ces immenses wagons qui tiennent lieu de panier dans ces entrepôts. Bien entendu, la manœuvre n’est pas aussi facile dans tous les stationnements.
 
L’immense majorité de mes voisins de stationnement étaient d’ailleurs garés à l’envers, le museau en premier. Pour eux, les caméras, les sonars, les détecteurs d’obstacles et le freinage automatique en marche arrière ne sont plus des accessoires de luxe. Plutôt des nécessités qui se multiplient de nos jours. Et c’est tant mieux.
 
La solution serait de n’avoir que des rangées simples dans tous les stationnements. On se garerait et on repartirait toujours en marche avant, sans stress et sans danger, en voyant toujours parfaitement où on va.
 
L’ennui, c’est qu’il faudrait presque doubler la surface de stationnements qui débordent déjà en permanence, ou presque. Quelle que soit votre opinion sur la société de consommation frénétique dans laquelle nous vivons, la chose est improbable, sinon impossible.
 
Et la règle est parfaitement claire
 
Or, les stationnements de magasins et de grandes surfaces sont l’exception, justement. Pas la règle. À moins que vous n’ayez justement un gros problème de consommation. Un problème sérieux qui n’implique pas simplement quelques milligrammes de poudre, mais plutôt des chariots pleins de sacs et de boîtes. Si c’est le cas, j’espère pour vous que Magasineurs anonymes, ça existe.
 
Parce que le reste du temps, il faut toujours se garer en marche arrière. Point final. Je vous l’accorde, c’est plus difficile que de plonger de l’avant dans le premier espace libre, quitte à s’y retrouver tout croche entre les lignes. Mais justement, le pire est alors fait, dès le départ. Et le reste est facile.
 
Il y a même des endroits où il est interdit de se garer autrement qu’en marche arrière. Tous mes compliments au village de Saint-Roch-de-Richelieu, par exemple, qui impose cette règle quand on stationne derrière l’édifice de la mairie. Espérons qu’il y en a plein d’autres.
 
Il y a malheureusement aussi des endroits qui imposent le stationnement par l’avant seulement. Pour que les agents de sécurité puissent voir les plaques d’immatriculation sans effort, semble-t-il. C’est quoi cette mauvaise blague? À bas la paresse crasse!
 
Faites-moi plaisir et stationnez toujours comme des champions, en marche arrière.
 
L'art de bien de stationner... ou pas!

Marc Lachapelle

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs