Hennessey a l’ambition de créer l’auto la plus rapide au monde avec sa Venom F5

John Hennessey a profité du salon SEMA qui se tient actuellement à Las Vegas pour dévoiler son plus récent projet : la Venom F5.

Hennessey Venom F5

Hennessey

John Hennessey a profité du salon SEMA qui se tient actuellement à Las Vegas pour dévoiler son plus récent projet: la Venom F5. 
 
Avec cet hypercar, Hennessey Special Vehicles n’avait qu’un seul objectif en tête, soit de concevoir la voiture de production la plus rapide au monde. On vise 301 MPH, soit un peu plus de 484 km/h. 
 
Pour ce faire, un tout nouveau moteur V8 biturbo de 1622 chevaux-vapeur a été spécialement développé. Ce dernier sera couplé à une boîte à simple embrayage comptant sept rapports. 
 
 
Pour réussir à atteindre une vitesse aussi astronomique, il faut également réduire, autant que possible, le poids de la voiture. La Venom F5 ne pèse que 1338 kilogrammes, soit à peine plus qu’une Honda Civic berline qui en pèse 1247. 
 
Au chapitre des performances, on prévoit qu’elle pourra atteindre une vitesse de 300 km/h en moins de dix secondes. Quant au 0-400 km/h -0, elle compte le faire en moins de trente secondes. Rappelons que cet automne, la Koenigsegg Agera RS a complété cet exercice en 36,44 secondes et qu’elle-même venait de battre le record établi par Bugatti avec la Chiron à peine quelques semaines auparavant. 
 
 
Une voiture tout aussi spectaculaire ne sera évidemment pas produite en grande série. L’objectif est d’en assembler 24. Malgré un prix de 1,6 M$ US, soit l’équivalent d’un peu plus de 2 M$ CAN, il y a fort à parier que ces deux douzaines se vendront comme des petits pains chauds. 
 
Voyez ci-dessous la vidéo présentant les différentes étapes de développement de cet impressionnant hypercar avec en plus, comme musique de fond, la pièce Dream On d’Aerosmith. Une chanson absolument appropriée! 
 
Hennessey Venom F5

Hennessey

Hennessey Venom F5

Hennessey

Partager votre opinion

En commentant sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre nétiquette.

Commentaires des lecteurs